marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2020

Plan social chez Nokia : Prends le crédit d’impôt-recherche et tire-toi !

L’équipementier de télécommunications vient d’annoncer son quatrième plan social en quatre ans. Les 1233 emplois supprimés le seront principalement dans la Recherche et Développement.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’était le 15 avril 2015 : Nokia officialisait son offre de rachat d’Alcatel-Lucent après une réunion à l’Elysée entre le président de la République François Hollande, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et les PDG des deux groupes. Le journal Le Parisien titrait : « Fusion Nokia-Alcatel-Lucent : les syndicats inquiets, Macron confiant. »

Après la désastreuse fusion en 2006 entre Alcatel et Lucent, cette fois, promis juré, c’était la bonne : un plus un ferait plus que deux. Emmanuel Macron se montrait très confiant (voir ici) : « Ce rapprochement doit faire naître un grand champion européen, à la fois des équipements et des technologies sur le téléphone mobile et le fixe avec le meilleur de la technologie de Nokia et d'Alcatel. (…) C'est aujourd'hui une nouvelle phase de la vie de l'entreprise qui s'ouvre, après le travail de redressement depuis deux ans, c'est la phase d'expansion, de reconquête qui se fait. » Et le ministre de poursuivre : « Ce qui est important pour nous, c'est que d'une part il n'y aura aucune destruction d'emplois en France, et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia. (…) Un centre d'excellence de recherche et développement sera en France développé. »

Cinq ans et trois plans sociaux plus tard, Nokia France ne compte plus que 3 640 salariés dans sa filiale Alcatel-Lucent International. Près de 900 postes y ont déjà été supprimés entre 2016 et 2019. Et Nokia vient aujourd’hui d’annoncer la suppression de 1233 postes supplémentaires, dont environ 1000 dans la recherche et développement (voir ici). Le porte-parole du groupe Nokia en France a en effet fait savoir que le groupe était totalement libéré de ses engagements depuis ce mois-ci (voir ici).

Lors de l’annonce du précédent plan social en février 2019, la CGT avait indiqué que Nokia avait perçu 344 millions d’euros au titre du crédit d’impôt recherche depuis la fusion en 2016 (voir ici). Cela représente un peu plus de 100 M€ par an, soit de quoi payer environ un millier d’ingénieurs. Un tiers des ingénieurs payés par le contribuable, ce n’était sans doute pas suffisant pour créer assez de « valeur pour les actionnaires » de Nokia.

Le ministère de l’Économie a fait savoir aujourd’hui que Nokia devait « améliorer très significativement » son plan (voir ici). Dans les jours qui viennent, nous allons donc observer les gesticulations habituelles de Bruno Le Maire qui va faire les gros yeux devant les caméras afin d’obtenir de Nokia quelques concessions cosmétiques qui auront été convenues à l’avance. Et puis, la direction de Nokia pourra faire ce qu'elle a prévu car la politique industrielle de M. Macron tient en un mot : laisser-faire.

© F. Ginte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone