«Penser printemps» pour cesser d'être «trop négatif»

« On a l’impression si on s’écoute collectivement, si on branche la radio ou qu’on allume la télé, que tout est terrible (…) En ce moment notre pays est, je trouve, trop négatif sur lui-même. » Emmanuel Macron, le 21 novembre 2019 à Amiens.

Comment ne pas comprendre le président de la République ? Il y a en effet tant de raisons d’être optimiste dans cette douce France, cher pays de notre enfance.

Grâce à la politique économique de M. Macron, la France est de loin le premier payeur de dividendes en Europe et a enregistré un nouveau record historique en 2019 (voir ici).

La suppression de l’ISF et à la mise en place de la « flat tax » sur les revenus du patrimoine ont permis aux 10% des Français les plus riches d'être les grands gagnants des réformes fiscales de 2018 (voir ici).

Le groupe Carrefour a bénéficié de presque 2 milliards d’euros d’aides publiques depuis 2013, dont 744 millions au titre du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, et a supprimé dans le même temps 4000 emplois (voir ici). 3000 autres suppressions de postes sont prévues : une excellent nouvelle de plus pour les actionnaires.

Certes, des esprits chagrins discernent quelques nuages dans ce beau ciel bleu, mais ce ne sont que de petits cumulus selon la météo En Marche.

9,1 millions de personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 2018, en augmentation de 0,6% par rapport à 2017 (voir ici). Ah ces pauvres ! Franchement, ils « déconnent ».

Les droits aux allocations de chômage vont être réduits pour 1,3 millions de demandeurs d’emploi avec la réforme mise en œuvre à partir du 1er novembre 2019. Mais enfin, il faut bien les inciter à « traverser la rue » tous ces gens qui se complaisent dans l’oisiveté !

Depuis novembre 2018, la police est responsable de 2 décès, 5 mains arrachées, 25 éborgnés et 316 blessures graves à la tête (voir ici). Mais, que l’on se rassure, il n’y a ni répression ni violences policières car  « ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit » selon le président de la République.

Des enseignants, des médecins, des policiers se sont suicidés et un étudiant s’est récemment immolé par le feu. Mais cela n’a aucune dimension politique selon la porte-parole du gouvernement pour qui il est surtout « important de regarder le contexte psychologique ».

Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes possibles et il est donc temps de cesser d’être « négatif ». L'heure est venue de répondre à l’invitation que nous lançait le candidat Macron en janvier 2017 : il nous suffit tout simplement de « penser printemps » !

On se souvient qu'en avril 2018, le président de la République avait enterré le plan Banlieue qu'il avait lui-même commandé à M. Borloo. Comment ne pas déborder d'optimisme alors qu'il vient de confier avoir été « bouleversé » par le film « Les Misérables » de Ladj Ly ? Avec un « born again » de la justice sociale à la tête de l’État, les « gens qui ne sont rien » peuvent résolument voir la vie en rose.

-----

Mes remerciements à Fred Sochard à qui j'ai emprunté ce dessin :

 © Fred Sochard © Fred Sochard
 © Mougey - Le Canard Enchâiné © Mougey - Le Canard Enchâiné

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.