Macron, le chauffard qui n’a aucun remords

« Je peux vous le dire : nous avons eu raison de ne pas reconfiner la France à la fin du mois de janvier parce qu’il n’y a pas eu l’explosion qui était prévue par tous les modèles. Je peux vous affirmer que je n’ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec » Emmanuel Macron, le 25 mars 2021.

Le véhicule est lancé à pleine vitesse sur une petite route de campagne. Il pleut. Soudain, on distingue un tracteur immobilisé sur la route à une centaine de mètres.

Les passagers du véhicule disent au chauffeur de freiner. Il s’y refuse. Lecteur assidu de revues scientifiques, il ne croit pas à ces modèles sur l’augmentation des distances de freinage sur une chaussée mouillée. Aux passagers qui l’accompagne, il assure qu’il n’y aucune raison de freiner si tôt, et dit vouloir donner une chance au tracteur de lui dégager le passage.

Le véhicule poursuit sa route, le tracteur est de plus en plus proche et les passagers, effrayés, crient : « Freine ! » Imperturbable, il leur répond : « Les secondes qui viennent seront difficiles, je prendrai toutes les mesures utiles en temps et en heure. »

Arrivé à quelques mètres du tracteur, il freine. Très légèrement. C’est l’accident. Le conducteur du tracteur est tué ainsi que les passagers du véhicule. Le chauffeur, lui, s’en sort sans une égratignure.

Interrogé, le chauffard a répondu aux enquêteurs : « Je peux vous le dire : nous avons eu raison de ne pas freiner plus tôt.(...) Je peux vous affirmer que je n’ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec. »

 © Allan Barte (@AllanBARTE) © Allan Barte (@AllanBARTE)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.