marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

399 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2022

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Abondance et insouciance : la perspective Jet-ski

« Nous vivons la fin de ce qui pouvait apparaître comme une abondance (…) et la fin, pour qui en avait, d’une certaine forme d’insouciance ». Emmanuel Macron, déclaration en préambule du Conseil des ministres du 24 août 2022.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Revigoré par les ronds dans l’eau effectués au large du fort de Brégançon, le président de la République a ouvert le Conseil des ministres de rentrée par des propos empreints d'une inhabituelle gravité. Peut-être parce qu’il n’a rien de positif à annoncer pour la quasi-totalité de la population, il a choisi un registre « churchillien » : « Notre régime de liberté a un coût, qui peut exiger des sacrifices ». Ce n’est pas encore le sang, la sueur et les larmes mais préparez-vous, nous donne-t-il à entendre.

Pourtant, le sang, la sueur et les larmes, c’était déjà le quotidien de beaucoup de gens sous le premier quinquennat Macron : les manifestants gazés, matraqués, mutilés et éborgnés, les réfugiés pourchassés jour et nuit à Calais ou à la frontière italienne, celles et ceux qui sont morts sous les coups, les tirs de grenades ou les charges de la police (Cédric Chouviat, Zineb Redouane, Steve Maïa Caniço et tant d’autres), tous ont éprouvé dans leur chair que ce n'est pas « notre régime de liberté [qui] a un coût », c'est plutôt la liberté qui a un coût sous le régime de M. Macron.

Mais il y a plus : selon le chef de l’État, « ce qu'on est en train de vivre est de l'ordre d'une grande bascule ou d'un grand bouleversement ». Et le voilà parti à gloser sur la fin de l’abondance et de l’insouciance. Les neuf millions de pauvres que compte notre pays seront ravis d’apprendre qu’ils vivaient jusqu'ici dans l’abondance. Il en va de même pour les chômeurs dont Mme Borne, alors ministre du Travail, a durci les conditions d’obtention et le montant des allocations. Cette abondance avait aussi échappé aux milliers d’étudiants qui font la queue dans les soupes populaires et il faut sans doute attribuer cela à l’insouciance de la jeunesse. C’est assurément encore l’insouciance qui conduit les demandeurs d’emploi à ne pas traverser la rue pour trouver un boulot.

Mais le temps de l’insouciance, c’était aussi celui où Mimi Marchand faisait des photos du président sur son jet-ski entre deux conférences pour sauver le monde. Désormais, il en est réduit à se faire photographier en train de faire du canoë et à devoir se cacher quand il enfourche son scooter marin. Un tout petit souci en vérité. Le temps de l’abondance, c’est encore celui où les oligarques prennent leur jet privé pour faire un saut de puce entre deux réunions. Certes, des aigris les traquent sur Twitter, des écolos pisse-froid voudraient les interdire et ce pauvre Clément Beaune se voit contraint de promettre de les « réguler » par des « incitations », et surtout pas par des « interdictions ». Tout ne va donc pas si mal. Le temps de l’abondance, c’est toujours celui où les amis de M. Macron, les patrons du CAC40, s’accordent de généreuses augmentations et distribuent des montants record de dividendes à leurs actionnaires. Que la fête continue !

Vue du jet-ski élyséen et pour les premiers de cordée, la fin du temps de l’abondance et de l’insouciance est remise à plus tard. Pour les gueux, c’est maintenant.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda