marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2020

Karl Olive : portrait d’un arriviste qui n’y arrive pas

« La suprême bassesse de la flatterie, c'est d'encourager l'ingratitude. » Victor Hugo.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien qu’ayant constitué l’un des gouvernements les plus pléthoriques de ces dernières décennies, le président de la République a laissé sur le bord du chemin un élu qui n’a pas ménagé sa peine pour y être nommé : Karl Olive, maire de Poissy (Yvelines) depuis 2014. Emmanuel Macron aimant s’entourer de personnalités qui le flattent sans risquer de lui faire de l’ombre, le maire de Poissy avait toutes les qualités pour entrer au gouvernement. Il se voyait déjà en haut de l'affiche, rentrant dans sa ville avec un gyrophare sur sa voiture de fonction. La consécration ! Hélas ! d’autres avaient senti le vent venir bien avant lui et ont obtenu les bonnes places.

Sa carrière politique avait pourtant débuté sous les meilleurs auspices grâce à ses deux parrains condamnés en 2009 pour corruption passive et recel d'abus de biens sociaux : Jacques Masdeu-Arus (maire RPR / UMP de Poissy de 1983 à 2008) et Pierre Bédier (ancien secrétaire d’État dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, ancien maire RPR / UMP de Mantes-la-Jolie, ancien député et actuel président LR du Conseil départemental des Yvelines).

Le maire de Poissy se définit comme un « gaulliste » appartenant à « la droite sociale, humaniste, moderne et populaire », un joli chapelet d’oxymores (voir ici). Ses affiliations politiques sont surtout dictées par l’air du temps, pour autant qu’il souffle vers la droite. Il a soutenu Nicolas Sarkozy durant son mandat puis Alain Juppé lors de la primaire LR pour l’élection présidentielle de 2017. Il s’est rangé un temps derrière François Fillon avant de lui retirer son appui en mars 2017 quand le vent tournait. Il a quitté LR en septembre 2017 avant d’y adhérer de nouveau en septembre 2018. Souvent Karl varie, bien fol est qui s'y fie, ont dû se dire Emmanuel Macron et Jean Castex.

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent » disait Edgar Faure. Ces deux dernières années, Karl Olive s’est donc rapproché à grande vitesse d’Emmanuel Macron. En juin 2019, après le cuisant échec de LR aux élections européennes, il signait avec plusieurs dizaines d’élus de droite une tribune de soutien au président de la République. Puis, fin août 2019, il annonça qu’il quittait à nouveau LR afin de briguer l’investiture LREM pour les municipales de 2020. Finalement, il obtint à la fois l’investiture de LR, le soutien de Pierre Bédier et celui de LREM, tout en se présentant sous l’étiquette de Génération Terrain, une association d’élus de droite des Yvelines qu’il a fondée en 2017 ! Sans oublier une ancienne figure locale du Front National car il ne faut pas insulter l’avenir si d’aventure il se teintait de brun.

Depuis deux ans, Karl Olive courait sans cesse les plateaux de télévision pour se faire connaitre. Pour paraphraser une formule célèbre, il y sautait régulièrement sur sa chaise comme un cabri en disant le terrain ! le terrain ! le terrain ! Car « le terrain », c’est ce qui tient lieu d’idée à notre édile. Il ne manquait jamais une occasion d'y chanter les louanges d’Emmanuel Macron et de soutenir sa politique. « En temps de guerre il faut aller au front, se retrousser les manches. On est là pour servir l’État, nous sommes des sentinelles » déclarait-il ainsi avec le zèle du converti avant de visiter une école Potemkine de Poissy avec le président de la République en mai dernier (voir ici).

Karl Olive manifeste une vraie passion pour le bétonnage. Depuis 2014, les opérations immobilières se succèdent à Poissy et quand celles-ci permettent de chasser les classes populaires, comme dans le quartier de la Coudraie, c’est tant mieux. Mais c’est aussi un passionné de foot : en faisant aboutir le projet de construction du nouveau centre d’entraînement du PSG à Poissy, il a donc fait d’une pierre deux coups : le béton et le foot. Au passage, Nasser Al-Khelaifi, le PDG du PSG et de BeIn Sports, est un homme d’une probité irréprochable (voir ici) qui a démontré qu’il savait prendre soin de ses amis.

Karl Olive ne doit pas se décourager mais il faut qu’il choisisse le bon cheval dès maintenant pour 2022. Reprendre sa carte LR, pour la troisième fois ? Les fidèles risquent de lui reprocher son caractère volage et son flirt appuyé avec Emmanuel Macron. Cirer un peu plus les bottes de ce dernier ? Très aléatoire car le succès est tout sauf garanti et le cavalier semble faire peu de cas du palefrenier. Il reste le RN : eux aussi se disent gaullistes maintenant, de droite, populaires, bla-bla-bla. Monsieur le Maire : prenez les devants cette fois-ci et voyez la vie en brun !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot