marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

405 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2022

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Les guignols qui nous gouvernent

Si une déclaration d’un membre du gouvernement ou d'un député de la minorité présidentielle vous apparait par trop caricaturale, le doute ne doit pas vous effleurer : elle est authentique. Les Guignols et le Gorafi sont irrémédiablement dépassés.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 5 septembre 2017, quelques semaines après avoir baissé le montant des APL de 5 euros, le président de la République avait lancé cet appel: « J'appelle publiquement tous les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros par mois. » Les locataires n’en finissent pas de remercier les innombrables propriétaires qui ont répondu à l’appel présidentiel.

Le 17 décembre 2018, M. Gilles Le Gendre, alors président du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, concédait que le gouvernement et sa majorité avaient sans doute commis une erreur : « C’est le fait d’avoir probablement été trop intelligent, trop subtil, trop technique dans les mesures de pouvoir d’achat. » Si l’intelligence et la subtilité des hiérarques du régime n’avaient pas vraiment frappé les esprits, les matraques et les tirs de LBD de sa police avaient généreusement frappé les corps.

Le 16 mars 2020, M. Macron annonçait le début du confinement et formulait cette recommendation : « Lisez, retrouvez aussi ce sens de l'essentiel. Je pense que c'est important dans les moments que nous vivons. La culture, l'éducation, le sens des choses est important. » Il est vrai qu’il venait de répéter cinq fois que nous étions « en guerre », donc pas de quoi s’affoler.

Le 1er avril 2020,  lors d’une audition à l’Assemblée Nationale, le Premier ministre Édouard Philippe affirmait haut et fort : « Il n'y a pas de preuve que le port du masque dans la population apporterait un bénéfice. (…) Ce serait même plutôt le contraire, à cause d'une mauvaise utilisation. » Ce facétieux Édouard Philippe n’avait pu résister au plaisir de raconter une petite blague à l’occasion du 1er avril.

Le 18 novembre 2020, après une n-ième réunion du très secret Conseil de défense, le Journal Officiel publiait ce décret qui restera dans les annales de la République : « Les interdictions mentionnées au présent décret ne font pas obstacle à la vente d'arbres de Noël à compter du 20 novembre 2020 ». C’était bien dans le Journal Officiel et non pas dans le Gorafi.

Ce qui précède n’est qu’un petit échantillon des déclarations mémorables commises par les dignitaires du régime pendant le premier quinquennat de M. Macron. Depuis le début du deuxième quinquennat, la crise de l’énergie a donné l’occasion à plusieurs membres du gouvernement de montrer l’étendue de leur talent burlesque.

Le 24 mai 2022, Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, y allait de ses conseils sur les « petits gestes » pour « sauver la planète » : « On va fermer la lumière en pensant qu'on a fait des grosses économies d'énergie et puis on va envoyer derrière un mail un peu rigolo à nos amis avec une pièce jointe et on aura consommé beaucoup plus d'énergie. » La même déclarait le 30 août 2022 à propos de l’utilisation de jets privés : « C'est clairement un problème qui est très limité en terme d'impact climatique. » Rien à voir avec l’envoi d’une pièce jointe dans un mail, évidemment.

Le 20 juillet 2022, le porte-parole du gouvernement, M. Olivier Véran s’exprimait lui aussi sur « ces gestes du quotidien [qui] ont un très fort impact sur notre consommation énergétique » : « Quand on part en week-end ou en vacances, on débranche un maximum de prises électriques, parce que sinon ça continue de consommer de l’énergie et notamment, on débranche son WiFi. » Surtout, ne jamais oublier de débrancher le wifi avant de sauter dans son jet privé.

Le 27 septembre, la Première ministre, Mme Elisabeth Borne, apparaissait en doudoune dans une réunion à Matignon. Le même jour, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, annonçait une autre révolution vestimentaire sur les antennes de France Inter : « Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé. Et je pense que ce sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d’énergie, de faire preuve de sobriété. »

Le 28 septembre, c’est l’inénarrable Gilles Le Gendre qui s’est rappelé à notre bon souvenir pour nous faire part de la décision radicale qu’il avait prise avec son épouse : « Moi, ça y est, chez moi, ma femme et moi, on a décrété : on ne se sert plus du sèche-linge. Honnêtement, ce n'est pas très compliqué à faire. » Et d’expliquer que désormais, lui et son épouse allaient « éteindre le linge ». Avant de rectifier : il voulait dire « étendre ». Il avait confondu avec le wifi. On le lui pardonne : tant de « petits gestes » à expliquer à 67 millions d’enfants, même les plus intelligents et les plus subtils s’y perdent !

Alors que nous ne sommes qu’au début de l’automne, la bouffonnerie gouvernementale tourne à plein régime. La collection automne-hiver s’annonce très prometteuse.

Dans une émission de juin 2011, à propos de la hausse des prix de l’énergie de l’époque, les Guignols de l’Info avaient présenté leur solution : le co-foutage de gueule, « approuvé par le Grenelle de l’environnement », qui se déclinait en co-chauffage, co-éclairage et co-mijotage. Onze ans plus tard, les Guignols et le Gorafi sont définitivement ringardisés par la Macronie.

Face à l'inflation, voici quelques solutions ! - Les Guignols - CANAL+ © Les Guignols

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP