M. Macron condamne la dictature au Venezuela

Les indignations très sélectives de M. Macron...

Dans son discours à l'ouverture de la conférence des Ambassadeurs, le Président de la République a fait part de son inquiétude à propos de la situation au Venezuela : "Une dictature tente de se survivre au prix d'une détresse humanitaire sans précédent, de radicalisation idéologique inquiétante". Il a aussi déclaré que les Français ne comprennent pas "les complaisances dont fait l'objet, de la part de certains, le régime qui se met en place au Venezuela", dans une allusion transparente à Jean-Luc Mélenchon (voir ici).

Voici donc un pays dans lequel depuis l’arrivée au pouvoir du Président actuel, des milliers d'opposants au régime ont été torturés, emprisonnés ou tués alors que plusieurs centaines d'autres ont purement et simplement disparu (voir ici ). Un pays dans lequel soixante-deux journalistes sont emprisonnés et où les associations de défense des droits de l’homme sont condamnées à la disparition par une loi votée en novembre 2016 (voir ici). Un pays dont le Président a décoré en février 2017 un homme politique français de premier plan de "l'ordre de la République de la première catégorie" (voir ici).

Il ne peut évidemment s'agir que du Venezuela de Nicolas Maduro, le seul pays qualifié de dictature par M. Macron dans son discours et l'homme politique français qui a fait preuve d'une telle complaisance en acceptant une décoration des mains d'un dictateur ne peut être que Jean-Luc Mélenchon.

Eh bien non... Il s'agit de l’Égypte du Président Abdel Fattah al-Sissi, lequel n'a pas été démocratiquement élu (contrairement au dictateur Nicolas Maduro...) mais est parvenu au pouvoir par un coup d’état en 2013 et a instauré depuis un régime encore plus répressif que celui de M. Moubarak. Et l'homme politique français qui a été décoré est M. Jean-Yves Le Drian, à l’époque ministre de la Défense de M. Hollande et à présent ministre des Affaires étrangères de M. Macron.

Mais M. Maduro n'a pas eu le bon goût d'acheter vingt-quatre Rafale et une frégate à la France, contrairement à M. al-Sissi...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.