Politiques insensé(e)s pour perdre la tête

Assemblée Nationale, mardi 19 mars 2019. Débat à l’issue de la projection du documentaire de Gérard Miller et Anaïs Feuillette : « la folie à l’abandon » diffusé ce mercredi 20 mars 2019 sur France 3 à 23h50. Propos étranges concernant la psychiatrie

A l’issue de la projection du documentaire "la folie à l'abandon" faisant un état des lieux de l’abandon des usagers, des familles et des professionnels du soin psychique, Martine Wonner, députée LREM d’Alsace et psychiatre a pu énoncer clairement, distinctement, qu’elle était pour « qu’il y ait moins de psychiatres », pour en finir « avec la toute-puissance psychiatrique », pour réformer le financement de la psychiatrie sur la base de « projets innovants » ; qu’elle était aussi pour lancer une énième Mission parlementaire sur la psychiatrie… Rappelons tout de même que lors de la dernière Mission d’Information sur la Santé Mentale (décembre 2013) conduite par Denys Robiliard, une des propositions était d’en finir avec la somme toujours plus conséquente de rapports sur la psychiatrie… Nombre inversement proportionnel aux décisions cohérentes prises ces vingt dernières années dans le champ de la psychiatrie au sens large (à tous les âges de la vie, sous toutes ces formes de prise en charge : sanitaire, social, médico-social…).

Ainsi donc, cette nouvelle antipsychiatrie gestionnaire se montre à visage découvert et va trouver comme alliés de circonstance les intérêts de lobbys privés en tout genre : firmes, vendeurs de nouvelles panacées, think tank néolibéraux… 

Dans le même temps, à l’image de la maison de la solidarité des gilets jaunes de Commercy, sont détruits les liens de solidarité qui unissent les citoyens dans les lieux de soin et dans les lieux publics.

C’est contre cette antipsychiatrie gestionnaire que nous nous lèverons demain pour le printemps de la psychiatrie. Contre les psychiatries sécuritaires et normalisantes soumettant toujours plus les psychiatrisés à des pratiques indignes.

Contre le silence entourant les délocalisations toujours plus forcées de populations malades en Belgique. Population malade rebaptisée « handicapées » pour que le scandale soit mieux étouffé. Nous plaçons les personnes malades loin de chez elles, coupées de tout lien de proximité. Les conseils généraux, la sécurité sociale financent ces structures des milliers d’euros par mois pour chaque personne délocalisée, dans l’indifférence…

Depuis de nombreuses années, la mode n’est plus à la construction de structures pouvant accueillir dignement les personnes dans l’Hexagone. La mode est à les mettre à la rue en créant des « équipes mobiles précarité » pour aller vers les personnes malades à la rue. La mode est à créer des services psychiatriques au sein des prisons plutôt que d’empêcher que les personnes malades aillent en prison et qu’elles soient prises en charge plus tôt. La mode est à placer les personnes sans solution dans des hôtels miteux où les marchands de sommeil touchent une grande partie des AAH et des APL des personnes malades. La mode est à tenir des discours anti institution et pro inclusion pour ne pas créer de structures pour les personnes qui en ont réellement besoin.

 Toutes ces modes sont à vomir. Elles sont une honte quotidienne. Mais la honte n’est pas endossée par celles et ceux qui la crée. Elle est endossée par les soutiers du quotidien.

Nous n’en pouvons plus de devoir compter, de devoir prioriser, de devoir choisir qui nous pouvons abandonner sans soin, qui nous pouvons laisser crever dehors faute de place, faute de temps, faute de disponibilité, faute de fric.

Cette honte est décuplée, elle se mue en colère, elle se transforme en révolte quand nous entendons, comme hier, autant de bêtises de la part d’élus de la nation… Autant de mots renversés, de concepts retournés qui font toujours plus la part belle aux logiques financières déshumanisantes.

C’est cette haine feutrée, sourde n’acceptant pas de parole contraire, n’acceptant pas d’être contrariée par le réel, cette haine hautaine qui provoque la violence et la colère. Colère pour être du côté de la vie et non de la haine mortifère qui se fait projet politique.

Dernier exemple en date, la ministre de la santé n’est pas contre l’idée d’augmenter encore l’âge du départ en retraite... Dans quel monde vit-elle ? Rencontre-t-elle souvent des gens en recherche d’emploi qui, à 55 ans se font jeter car trop vieux, trop chers, trop peu disruptifs ?

On nous prend vraiment pour des idiots.

Ce que nous vivons est violent. Nous ne nous laisserons pas détruire par les marchands de sommeil politique, par cette antipolitique qui s’exprime partout dans la société, dans le champ de la psychiatrie et ailleurs.

Soulevons-nous collectivement pour mettre un terme au saccage de la société et à ce système qui nous balance des pavés de condescendance dans la gueule tous les jours.

Soulevons-nous pour nos enfants, pour nos vieux, pour tout le monde pour que la honte se retourne et change de camp.

Soulevons-nous pour ne pas, pour ne plus rester à terre.

RDV ce jeudi 21 mars pour le printemps de la psychiatrie

 

Pourquoi le printemps de la psychiatrie ?

 L’objectif est de lancer un mouvement large dans le temps sous une forme inédite : usagers, familles, professionnels citoyens intéressés. L’enjeu est d’ouvrir de nouveaux possibles pour le soin, l’accompagnement des personnes ayant des troubles psychiques, à tous les âges de leur vie, dans toutes les structures qu’elles pratiquent : que ce soit des lieux de vie, des structures ambulatoires, qu’elles soient des enfants, des adultes, des personnes âgées.

Le constat est une aggravation progressive et intense des conditions d’accueil, de soins et d’accompagnement des publics concernés depuis une vingtaine d’année avec des effets délétères accélérés depuis dix ans. L’insupportable a germé tout au long de ces années, dans les pratiques de plus en plus contraignantes et sécuritaires.

Pour se passer de la psychiatrie et de la psychiatrisation accrue de la société, encore faudrait-il mettre le paquet sur tous les échelons précédents : créer des liens sociaux forts dans la société, avoir une politique de prévention majeure, accessible et disponible rapidement et facilement. Traiter les problèmes sur les scènes où elles émergent et ne pas rendre les individus responsables de ces problèmes comme ce qu’il se passe actuellement dans le monde du travail.

Métaboliser la colère, le désespoir en luttes micropolitiques dans les pratiques et macropolitique dans la société française.

Il nous faut donc tout penser et tout faire en même temps. La tâche est énorme mais nécessaire : penser à partir des pratiques pour instituer du nouveau. Penser à partir des impasses de la société présente et notamment le premier qui nous concerne tous : le manque de temps.

Le temps est devenu un outil de discipline pour empêcher de penser, pour être dans une urgence permanente, dans une accélération destinée à rattraper les supposés « retards ». Ne sommes-nous pas en avance sur l’absence de sens donner individuellement et collectivement à l’existence ?

Ne sommes-nous pas en avance sur la saturation du temps pris pour ne pas vivre correctement ?

Nos revendications portent sur : 

  • Les DROITS INALIENABLES de tout citoyen : à l’égalité, au respect, à la dignité quelque soit la situation sociale, sanitaire, psychique ou politique des personnes.
  • Le TEMPS : avoir le temps de travailler, de bien travailler, de se soigner, de soigner et prendre soin, du souci accordé à autrui. Nous sommes en retard sur le temps à prendre pour vivre et exister sereinement, décemment.
  • Le SENS de ce que sont devenus les soins psychiques, de ce que sont devenus les métiers accueillant la détresse, la souffrance et la maladie. Pour les problèmes humains il faut d’abord et avant tout des humains à qui parler et pas uniquement des techniques.
  • L’IMAGINATION nécessaire qu’il faut mobiliser dans les métiers s’occupant des humains à contrario de l’imaginaire étriqué d’aujourd’hui.
  • Le MODELE DE SOCIETE que nous voulons : une société qui inclut réellement et non pas qui exclut sous prétexte de « politiques inclusives ». Inclusion dans la société ordinaire quand cela est possible, inclusion dans un milieu protégé et dans des institutions réellement accueillantes quand cela est nécessaire.
  • La TRANSPARENCE face aux conflits d’intérêt des lobbys de la santé mentale, des laboratoires pharmaceutiques, des vendeurs de « nouvelles méthodes »
  • La mise en question des INSTITUTIONS, de ce qu’elles deviennent dans ce climat d’étouffement économique, financier, autoritaire, maltraitant.
  • La LANGUE et sa nécessaire adéquation entre les discours et les actes : contre les éléments de langage, pour une pensée complexe qui avance au fur et à mesure des problèmes qui se posent.
  • Les MOYENS nécessaire pour que la relation humaine soit ce qui compte le plus dans les soins.

A poursuivre...

Mathieu Bellahsen 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.