Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

51 Billets

11 Éditions

Billet de blog 3 mars 2017

Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

« Cher ami »

Jeudi, Emmanuel Macron m'a sermonné. Publiquement, devant des centaines de journalistes et tous ses soutiens réunis. Il m’a donné du « cher ami », cette expression qui suggère la condescendance avec politesse. M’a reproché de « faire le lit du Front national ».

Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Jeudi, Emmanuel Macron m'a sermonné. Publiquement, devant des centaines de journalistes et tous ses soutiens réunis. Il m’a donné du « Cher ami », cette expression qui suggère la condescendance avec politesse. M’a reproché de « faire le lit du Front national ».
C’est un peu désagréable, et faux, mais je n’écris pas ce billet pour pleurnicher. Simplement pour raconter un peu les ficelles de tels événements médiatiques et les sinuosités de la communication politique.
Qu'ai-je fait? J’ai posé une question. La question, la voilà : « Nous sommes à très peu de temps de la présidentielle, dans la situation politique que vous avez décrite au début, qui est assez troublante. (…) Ce projet, notamment en cas de second tour face à Marine Le Pen, est-ce qu'il vous permet de répondre aux attentes des classes populaires, aux attentes des classes moyennes dont vous avez beaucoup parlé, dont vous commencez à beaucoup parler. Le risque est d'être vu comme le candidat du “mondialisme”, mot de Marine Le Pen, de l'UMPS, mot de Marine Le Pen aussi, finalement du cercle de la raison, des “technos” et de ce que par votre parcours vous pouvez incarner, que vous le vouliez ou non. Comment répondez-vous avec ce projet à ces questions-là? »

Emmanuel Macron présente son projet, à Paris, jeudi 2 mars


L’interpellation n’était pas incroyable d’originalité. Elle était un petit peu piquante, tout au plus, et posait la question du soutien populaire pour Emmanuel Macron, une préoccupation légitime à 50 jours de la présidentielle. Je l’ai assortie d’une petite question bonus sur les paradis fiscaux. Macron l’a vite évacuée. Ce qui l’intéressait, c’était la première partie de la question.
Macron choisit alors de transformer la conférence de presse en meeting. « Pour le deuxième point que vous évoquez, aussi longtemps que la presse qui prétend le combattre, propagera, les arguments du Front national, elle aidera en effet ce débat. Aussi longtemps que vous passerez plus d'énergie à expliquer que je suis le candidat de l'oligarchie financière, un ancien banquier uniquement, et rien d'autre, et que je ne vaux pas mieux que quatre années de ma vie professionnelle, à vos yeux, parce que moi j'en suis très fier de ces années, en effet vous continuerez à faire le lit du Front national cher ami. »
Assis aux premiers rangs, les soutiens de Macron (pas les journalistes) applaudissent. Plutôt rare dans une conférence de presse. Un peu gênant du reste : à l'image, c'est très étrange.
Macron part alors dans une longue tirade. C’est parti pour très précisément quatre minutes vingt secondes de communication pure. Non, il n’est pas « l’affreux banquier » que l’on croit! Il vante ses réformes, manie l'anaphore, se lance dans un long plaidoyer pro domo. « J'ai le droit de demander de ne pas être assigné à résidence. Je ne suis pas né dans l'oligarchie financière ou la banque d'affaires! » Il répète : « Je suis le candidat des classes moyennes et des classes populaires. » Il ne répond pas à ma question. Cette tirade avait un autre but : construire une belle tirade pour les réseaux sociaux, tenter de casser l'image de relais des patrons qui lui colle à la peau, jouer le Macron-intelligent-tellement-brillant face à Mediapart-ces-gauchos-tellement-prévisibles.
J’ai essayé de protester. De répondre. Puisque je t’étais pris à partie, d’apporter mes arguments. J’ai lancé un truc du genre « ce sont les questions que tout le monde se pose! » (ce dont tous ses proches conviennent!) et « m'assimiler au FN, franchement, faut pas déconner ». Sauf que je n’avais plus le micro. Bêtement, je l’avais rendu une fois la question posée, sans même m'en rendre compte. Conseil crucial dans ce genre de grande messe médiatique: il ne faut jamais rendre le micro. À un moment où je devais prendre ma voisine à témoin, Macron a cru que je ne l'écoutais plus. Il en remis une louche avec un ton de maître d’école. « Mais je réponds à votre question de fond! Vous pouvez ne pas écouter ma réponse, c'est un choix… non mais… vous en êtes souvent le porte-voix, donc je vous réponds ».
Quel succès! Les macronolâtres ont a-do-ré la séquence. Ils m’ont sur Twitter qualifié de gogo, de « poire », ou de porte-parole du FN , comme le boss. Macron lui-même semblait très content de son coup: trop belle occasion de se payer un journaliste, de Mediapart en plus – c’est comme au Scrabble, ça compte triple –, et au passage de se dépeindre en laborieux de la République arrivé là par ses propres mérites, loin de l’image qui lui colle à la peau.

Et puis ça lui a permis de réveiller une conférence de presse qui devenait assez soporifique, tellement technique, tellement « techno ».

Tellement lui.
Il était tellement content que son équipe web en a fait un clip viral posté quelques heures plus tard sur le compte Facebook de Macron:


Un million de vues en vingt-quatre heures.
Sur Facebook,  il y a petit « teaser » qui accompagne la vidéo : « Question cash, réponse cash, saison 2 »

La « saison » 1, c’était en novembre : sur le plateau de Mediapart, Emmanuel Macron avait fait exactement le même coup à ma consœur de Mediapart, Rachida El Azzouzi. C’était au sujet des chauffeurs Uber.

L’équipe de Macron avait alors isolé la vidéo et l’avait, déjà, fait abondamment buzzer sur les réseaux sociaux.
Visiblement, l'équipe d'Emmanuel Macron considère qu'il n'y a que Mediapart qui lui pose des « questions cash ». C'est donc une excellente nouvelle. D'ailleurs on va continuer de poser les questions qui fâchent.
À l’époque toutefois, Rachida El Azzouzi jouait à domicile et avait pu lui répondre. Cette fois, ça m’était impossible.

« Cher ami », ce n’était vraiment, vraiment pas élégant.
Surtout qu’en fait, vous savez quoi ? je ne suis pas plus avancé après votre tirade. Vous n’avez toujours pas répondu à ma question.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal