mathieu magnaudeix

journaliste à Mediapart

New York - Etats-Unis

Sa biographie

Né en 1980, deux ans trop tôt il paraît pour être un millenial, tant pis pour moi la vie continue. Passions étranges: histoire, science politique, Véronique Sanson, Elton John (j'ai des diplômes en tout ça + de l'ESJ, l'école de journalisme de Lille).

J'ai tâté du journalisme dans des radios locales de France Bleu (j'aime beaucoup les micros) et à Berlin, en stage au bureau de l'Agence France Presse et de Libération. Puis premier boulot de journaliste au magazine économique Challenges où j'ai écrit sur les gens riches et rencontré beaucoup de patrons. Très très instructif.

A Mediapart, j'ai suivi l'actualité économique et sociale en pleine crise (2008 à 2012), couvert la révolution tunisienne, tenté de chroniquer le quinquennat de François Hollande et raconté l'OPA d'Emmanuel Macron sur la présidence de la République.

Depuis octobre 2017, je suis le correspondant de Mediapart au Trumpistan (qui n'est pas que cela). Et toujours un très fier membre fondateur de l'Association des journalistes LGBT, créée en 2013, qui encourage les rédactions à traiter les sujets LGBT avec précision et justesse, et organise chaque année la cérémonie des Out d'Or.

Livres:

  • Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012), avec Lénaïg Bredoux
  • Macron & Cie, enquête sur le nouveau président de la République (Don Quichotte, 2017, avec la rédaction de Mediapart).
  • Et un autre projet en chantier, depuis les Etats-Unis, à paraître en mars 2020. Stay tuned!

Pour me contacter: @mathieu_m sur Twitter ou mathieu.magnaudeix@mediapart.fr.  (photo: © éd. Don Quichotte)

Lire ses articles dans le journal
Son blog
161 abonnés Je pensais comme ça...
Ses éditions
1 / 12
Voir tous
  • López Obrador à Trump: « "America First" est un mensonge »

    Par
    Donald Trump vient de menacer de taxer les importations mexicaines d'ici le 10 juin « si le problème de l'immigration illégale n'est pas résolue ». Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a répondu avec ironie. Et en lui rappelant les règles élémentaires de la « non-violence » et de la diplomatie. Voici sa lettre, traduite en français.
  • « Cher ami »

    Par
    Jeudi, Emmanuel Macron m'a sermonné. Publiquement, devant des centaines de journalistes et tous ses soutiens réunis. Il m’a donné du « cher ami », cette expression qui suggère la condescendance avec politesse. M’a reproché de « faire le lit du Front national ».
  • Les censeurs

    Par
    Le soir, il est rare que je rentre chez moi en tremblant. C'est pourtant arrivé mercredi soir. Je ne revenais pas d'un terrain de guerre. Je n'avais pas passé ma journée à parler à des rescapés de la tuerie de vendredi. Ce soir-là, je rentrais juste de l'Assemblée nationale.
  • « Richie » et le sexe des puissants

    Par
    Le 3 avril 2012, « un peu avant 13 heures », Richard Descoings est retrouvé mort dans la chambre 723 de l’hôtel Michelangelo de New York, étendu sur son lit. Quelques heures plus tôt, deux escorts boys recrutés sur le site Planet Romeo avaient quitté sa chambre. Une maladie cardiaque liée à l’hypertension, diront les légistes américains. La France est stupéfaite. A Sciences-Po, les étudiants pleurent une rock star.
  • Appel à témoin: les ratés de la formation des chômeurs

    Par
    Nicolas Sarkozy en a fait un des axes de sa campagne. Le président veut même, en cas de rééelection, convoquer un référendum sur la formation des chômeurs dont on se demande bien quelle pourrait être la question. Mais loin des effets de manche présidentiels, la réalité est bien différente. Alors que le chômage explose, la formation des chômeurs se porte mal, très mal.
Voir tous