A Bercy, ils sont tous écolos!

Ça y est. Nos ministres sont devenus écolos. Comme ça, en quelques jours. Le succès d'Europe Ecologie aux européennes n'y est bien sûr pas pour rien. Mais à ce point-là, c'est assez drôle. Que je vous raconte — ce sera bref.

 

Je suis journaliste du service économie de Mediapart. Je reçois donc tous les communiqués de presse du ministère... de l'économie (souvent surnommé Bercy, à cause de sa localisation à Paris). Depuis lundi, j'ai reçu 5 communiqués... dont 4 étaient très écologiquement corrects. Bien dans la ligne "green-friendly" définie par Nicolas Sarkozy au vu du score des Verts et de leurs amis.

 

Ça a commencé dès lundi, lendemain des élections. A 17h46, Jean-Louis Borloo (numéro deux du gouvernement, ministre du Développement durable) et sa collègue Christine Lagarde (Economie) m'invitent à un «petit-déjeuner de presse de présentation de la conférence des experts sur la contribution climat et énérgie».

 

 

A ce petit-déjeuner programmé le 10 juin, un intervenant de choix : Michel Rocard. L'ancien premier ministre socialiste a récemment été nommé M. Pôle nord (et sud) par Nicolas Sarkozy...

 

Ça continue quelques minutes plus tard, à 18h30.

 

 

Cette fois, pas moins de 6 ministres s'y mettent pour m'annoncer le lancement d'un appel à projet «prêts bonifiés véhicules décarbonés» —des aides pour inciter au développement de voitures et d'équipement automobiles propres : Borloo et Lagarde, mais aussi Luc Chatel (industrie), Chantal Jouanno (secrétaire d'Etat à l'écologie) et Hubert Falco secrétaire d'Etat... à l'aménagement du territoire.

 

Nouveau communiqué ce mercredi 10, à 9h53. Comme je ne suis pas allé au petit-déjeuner avec Michel Rocard, Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde m'envoient le dossier de presse, où je peux trouver des tableaux, des chiffres, des graphiques. Et, bien sûr, le discours de Michel Rocard.

 

Ce mercredi, à 17h25, c'est au tour d'une autre ministre de Bercy de m'annoncer une verte nouvelle! J'apprends que la secrétaire d'Etat au commerce extérieur Anne-Marie Idrac «souhaite constituer une vitrine des éco-entreprises françaises en partenariat avec le Grand Wuhan». Bigre!

 

 

Mais au fait, qui est donc ce grand Wuhan dont me parle Mme Idrac? Je lis, donc et apprends qu'un certain M. Li, premier vice-gouverneur de la province chinoise du Hubei qui préside aux destinées du Grand Wuhan, une conurbation de 30 millions d'habitants, veut conclure un partenariat avec des entreprises vertes françaises.

 

Bon, en lisant précisément ce communiqué, on s'aperçoit que rien de très concret n'a été conclu avec le fameux M. Li. Mais dans la communication, l'important, c'est d'abord le message...

 

Dans ce flot de messages très écolos, il faut pourtant signaler une certaine faute de goût : mardi matin, Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au commerce et au tourisme, m'a proposé de faire le point sur la nouvelle classification «5 étoiles» pour les hôtels super-luxe : la décroissance n'est pas encore tout à fait au programme...

 

 

NB : On attend encore un communiqué vert de Laurent Wauquiez. Mais le secrétaire d'Etat à l'emploi (rattaché à Bercy, lui aussi, encore pour quelques jours) va vraiment devoir se creuser la tête : le chômage augmente, Pôle emploi sature, on se demande bien quelle annonce écolo-compatible il va pouvoir inventer...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.