Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

51 Billets

11 Éditions

Billet de blog 22 juil. 2008

Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

La presse sous influence, une si longue histoire

Je feuillette Quand les patrons s'organisent*, le livre de Danièle Fraboulet, historienne et spécialiste de l'UIMM. Livre précis, passionnant, paru en novembre 2007, en plein coeur de l'affaire UIMM. Mais assez peu relayé dans le débat public (à part France Culture, Rue89 et Yves Calvi sur France 5) parce que s'il décortique bien la stratégie de l'UIMM depuis sa naissance (en 1900), il s'arrête... en 1950.

Mathieu Magnaudeix
journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Je feuillette Quand les patrons s'organisent*, le livre de Danièle Fraboulet, historienne et spécialiste de l'UIMM. Livre précis, passionnant, paru en novembre 2007, en plein coeur de l'affaire UIMM. Mais assez peu relayé dans le débat public (à part France Culture, Rue89 et Yves Calvi sur France 5) parce que s'il décortique bien la stratégie de l'UIMM depuis sa naissance (en 1900), il s'arrête... en 1950.

Ce n'est donc pas dans ce livre que l'on trouvera de sulfureuses révélations sur la façon dont l'Union de la métallurgie a «fluidifié» le dialogue social depuis la Guerre froide, d'après les propos très énigmatiques de son ancien délégué général, Denis Gautier-Sauvagnac.

Vrai bon livre d'histoire malgré tout. Bigrement intéressant. Surtout pour ce qu'il recèle de développements inattendus. Danièle Fraboulet montre ainsi comment, entre mille stratagèmes pour influencer le débat public, la déjà très puissante UIMM possédait, au début du siècle, en pleine révolution industrielle, une bonne partie... de la presse hexagonale.

Morceaux choisis (pp. 117 à 119) :

«La famile de Wendel est propriétaire de L'Echo de Lorraine, fondé en 1906, du bihebdomadaire Le Courrier Lorrain, acheté en 1913, elle finance L'Avenir de la vallée de l'Orne (1919-1933). Elle est actionnaire du Lorrain, de la SA la Presse de l'Est qui subventionne des journaux (L'Eclair de l'Est, L'Impartial de l'Est). Jacques Marcellot, gérant des forges d'Eurville à Saint-Dizier prend part à la création du Patriote en 1905, organe de l'action libérale, et soutient la Croix de Haute-Marne, le Petit Champenois et, à Paris, La Libre Parole. Après un premier échec aux législatives de 1907, ce contrôle plus étroit n'est certainement pas étranger à son élection à la Chambre des Députés en 1919. Gaston Japy [sénateur du Doubs et pilier du patronat de la métallurgie] défend des thèses très conservatrices dans l'Eclair comtois, la Dépêche républicaine de Besançon, la République de l'Est. Alexandre Dreux fonde l'Avenir lorrain en 1931 pour soutenir la campagne électorale de son fils Fernand.»

Et puis il y a le contrôle indirect exercé sur les plus grands quotidiens de l'époque. «La volonté de s'opposer à tout mouvement pacifiste impose de dominer des journaux influents», écrit Danièle Fraboulet...

«Le Comité des Forges, celui des houillères et le Consortium des Assurances contrôlent, dès 1929, Le Temps [le journal se compromettra dans la Collaboration, sera saisi et son imprimerie confiée à un nouveau journal... le Monde, ndlr, par l'intermédiaire d'un homme de paille, Louis Mill. A la mort de celui-ci en 1931, la Société du Temps, transformée en société anonyme avec de nouveaux statuts rédigés au siège du Comité des Forges, est co-dirigée par Emile Mireaux et Jacques Chastenet, directeur de la banque de l'Union des Mines.

La rubrique financière du Temps est affermée à l'Agence économique et financière dont l'intermédiaire est Edouard Julia, délégué général par l'Association nationale des sociétés par actions, elle-même contrôlée par Théodore Laurent, trésorier de l'UIMM et vice-président du Comité des Forges. En décembre 1933, le Comité des Forges (...) devient alors l'actionnaire quasi unique, le journal s'orientant de plus en plus à droite (...). Le Comité des Forges domine aussi l'Ordre, l'Etoile belge, l'Independance belge, le Moniteur des intérêts matériels et octroie des subventions à la Liberté de Camille Aymard et à l'Epoque d'Henry de Kerillis.»

Rappel salutaire, non?

*Quand les patrons s'organisent, Stratégies et pratiques de l'Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950. Danièle Fraboulet, Presses universitaires du Septentrion, 25 euros.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod