Mathieu Potte-Bonneville
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

4 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2008

Parler dans sa barbe

Mathieu Potte-Bonneville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Harrietamy

Barbe postiche apposée sur la statue de la République, militantes barbues interpellant par leur prénom les dirigeants masculins de grandes entreprises, pour les féliciter de leur résistance courageuse à la féminisation : comiques, sérieuses, malaisantes, transportantes, les interventions du groupe La BARBE ressuscitent en politique une vieille question : « D’où parlez-vous ? »
1. Une barbe hante l’Europe
Il y a quelques mois déjà, le manifeste qui circulait sur internet impressionnait - on eût dit qu’Olympe de Gouges avait volé la barbe de Victor Hugo :
« Pour exprimer leur raz le bol haut et fort, ces femmes ont décidé d’investir barbues tous les hémicycles, toutes les antichambres, tous les lieux du pouvoir des hommes. Comme ces lieux sont partout, il faut
Qu’elles soient nombreuses, qu’une épidémie de barbes se propage !
Que la Barbe des femmes soit le signe de leur volonté de résister à l’hégémonie masculine et de rendre visible et ridicules toutes les situations d’inégalité entre hommes et femmes.
Que les barbes surgissent partout où les femmes se sentiront écrasées par la domination, par l’exploitation, par le sexisme des hommes.
Que partout où les hommes se croient en terrain conquis, les barbes disent que les femmes aussi veulent en être, quitte à jouer le jeu de la masculinité, quitte à arborer les attributs du pouvoir »

Quelques semaines plus tard, c’était la République (la place, la statue, le symbole) qui se trouvaient saisies de pilosité politique :


Le 27 mars, un pas a été franchi : à l’hotel Hyatt de Paris, le groupe La BARBE a investit l’Assemblée Générale Ordinaire du CNCC, Conseil National des Centre Commerciaux, réunissant des géants de l’immobilier commercial et de la grande distribution - tous secteurs où la représentation des femmes est notoirement très faible, et tombe à des niveaux  homéopathiques à mesure qu’on s’élève vers les postes dirigeants (le communiqué de presse de La BARBE précise : « Selon une étude d’Egon Zehnder International, dans les CA des 200 plus grandes entreprises industrielles, des 20 plus grandes banques, des 20 plus grandes compagnies d’assurance et dans des firmes plus modestes de 14 petits pays européens, la représentation moyenne des femmes est de 8 %2. Par ailleurs, si l’on considère la proportion de femmes occupant un poste dirigeant les chiffres sont encore inférieurs : elle est de 5 % en moyenne. Dans 62 % des sociétés passées en revue, une seule femme siège au conseil d’administration. »). Sur la vidéo de l’intervention de La BARBE, l’intensité physique du moment est saisissante : l’équilibre précaire de la militante, la sidération des professionnels en costume trois-pièces interpellés par leur prénom (« Nous félicitons Eric, le Président, Raoul, Marc, Maurice, Jean-Christophe, Jean-Louis, Eric… ») signalent que quelque chose bouge, en-deçà même des paroles échangées. L’habituelle surdité opposée aux dénonciations du sexisme ne peut pas s’exercer avec sa tranquillité ordinaire : parce que le lieu depuis lequel la dénonciation s’opère échappe aux catégories et aux classements attendus, parce qu’un flageolant postiche suffit à destabiliser la distribution des rôles et des voix.

2. Une vieille question

« D'où parlez-vous ? » La question, paraît-il, faisait florès en 1968. Son souvenir suscite régulièrement une ironie facile : il y aurait là, suggère-t-on, un signe de dogmatisme gauchiste, voire un déni de démocratie n'autorisant de parole qu'authentique et prolétarienne. Or, la question "d'où parlez-vous ?" mérite encore d'être posée. Elle pointe vers l'un des ressorts essentiels à toute domination sociale : s’assurer que ceux que l’on domine occupent un lieu d’où ils ne risquent pas d‘être entendus. Pas de domination, en effet, qui n'organise sa propre impunité en distribuant secrètement des positions inégales dans l'espace de la parole, de sorte qu'à l’injuste répartition des statuts, des salaires, des pouvoirs ou des places, réponde un ordre du discours barricadé d’avance, puisque celui qui voudrait y faire valoir le tort qu’il subit est mis d'emblée hors-jeu - disqualifié, ou relégué au rang de témoin exotique, ou cantonné au rôle de conscience scandalisée. A ce titre il, ou elle, confirmera chaque fois qu’il ouvrira la bouche par son timbre, son accent, sa véhémence ou sa voix de fausset, le bien-fondé de cette mise à l'écart que ses paroles voudraient contester. Prenez, au hasard, les inégalités hommes-femmes dans le monde professionnel : qu'une femme s'en inquiète et cette indignation sera reçue, au mieux, d'un air grave (si l'inquiétude est formulée du dedans des normes qui la rendent audible, mais inoffensive), au pire, avec l'ironie et les airs entendus que suscite encore et toujours, en pareil cas, de telles manifestations « d'hystérie ». De là les paradoxes et dilemmes qui scandent l’histoire du féminisme, et qu’analyse notamment Joan W. Scott dans son ouvrage La citoyenne paradoxale : qu’une femme gomme ses particularités pour se faire entendre dans le lexique de l’universalisme et elle risque faire disparaître, au foyer de son propre discours, l’objet même du litige (car que pourrait-elle reprocher à cet espace de parole qui l’accueille si obligeamment ?). Qu’une femme exhibe, au contraire, sa différence sexuelle, qu’elle brandisse sa position minoritaire pour exiger l’égalité, et elle risque de se voir à la fois soupçonnée de « différentialisme », reléguée à son genre comme on assigne à résidence, voire accusée de faire le jeu de l’éternel féminin.

3. Une bonne nouvelle

« D’où parlez-vous ? » n’est donc pas d’abord la question que poseraient quelques gauchistes attardés ; c’est d’abord la question du pouvoir, sa manière de désamorcer toute contestation en traçant autour de lui un cercle de codes, de signes et de normes implicites : à l’intérieur du cercle, la critique sera sans objet (« de quoi vous plaignez-vous ? ») ; à l’extérieur, elle sera sans prise (« on vous entend mal »). C’est pourquoi il faut applaudir à chaque fois que s’invente une façon de desserrer les mâchoires de ce piège, de jouer à saute-frontière, de faire tourner le cercle jusqu’à donner le vertige à ceux qui s’y trouvent inscrits. L’initiative du groupe La BARBE a à ce titre quelque chose de merveilleux (le genre d’initiatives dont la nouvelle peut sauver votre lundi matin, vous arracher un instant à la mélancolie ambiante, vous faire croire à l’alliance retrouvée du comique, de la justesse et du courage). C’est qu’à la question « d’où parlez-vous »,  cette épidémie de barbes invente une réponse oblique : ni universalisme neutralisant les différences de sexe, ni différentialisme excipant d’une identité féminine minorisée, mais appropriation ironique des signes qui donnent à l‘adversaire le droit exclusif de parler, de manière à montrer leur caractère absolument vide (il suffit d’une barbe, postiche circulant, clin d’œil aux remarques de Freud sur l’angoisse masculine de voir le phallus s’envoler). De manière, encore, à inquiéter toutes les formes de l’entre-soi masculin. De manière, enfin, à devenir lorsqu’on se plaint du sort des femmes, inassignable au rôle de la femme qui se plaint.
Dans le Parménide de Platon, le jeune Socrate s’inquiète auprès de son vieux maître : « maître, si à toute chose sensible correspond une Idée, cela veut-il dire qu’il y aurait aussi une Idée de la crasse, ou du poil ? » Inquiétude masculine sans doute : que le poil soit, non un attribut de nature, mais une Idée, il n’y a peut-être rien de plus effrayant pour l’ordre sexuel et politique régnant. En attendant : la BARBE !

Leur site internet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement