Façons de faire

 Une idée communément admise voudrait que, vis-à-vis de la politique, le rôle de la philosophie consiste à prendre de la hauteur - se détourner des querelles de personnes, des questions d'intendance ou de l'art des coups tordus pour examiner les fondements et les principes qui règlent la vie de la cité : pour mettre, en quelque sorte, la politique en majuscule.

 

Une idée communément admise voudrait que, vis-à-vis de la politique, le rôle de la philosophie consiste à prendre de la hauteur - se détourner des querelles de personnes, des questions d'intendance ou de l'art des coups tordus pour examiner les fondements et les principes qui règlent la vie de la cité : pour mettre, en quelque sorte, la politique en majuscule. Il me semble, ce sera en tout cas le parti-pris de ce blog, que le débat public est au contraire encombré de hauteur et de majuscules, lorsque les inflexions d'une politique et l'invention de sa critique possible se jouent souvent au ras des façons de faire.

Les pratiques policières et administratives envers les étrangers sans-papiers en offrent, ces temps-ci, quelques excellents exemples. On s'est ainsi indigné de l'usage du terme de "rafle" pour désigner les contrôles et arrestations massifs désormais régulièrement pratiqués dans certains quartiers de Paris, arguant du fait que les fins de telles opérations ne peuvent se comparer avec celles qui prévalaient en 1942. Or, s'inquiéter de la ressemblance entre les rafles d'aujourd'hui et celles d'hier n'implique pas forcément d'en amalgamer les objectifs ; cela peut consister, aussi, à souligner la continuité de procédures qui, du bouclage d'un quartier au choix du petit matin, tracent entre des périodes évidemment différentes une étrange diagonale de savoir-faire policiers, de méthodes qui ont fait leurs preuves et de recettes éprouvées. S'intéresser à de telles diagonales n'est pas seulement affaire d'indignation ou d'écoeurement ; cela permet aussi de rendre lisible la façon dont les pouvoirs, baptisant de noms différents des mesures techniquement identiques, défont, érodent ou contournent l'unité du droit. Ainsi, sous le distinguo subtil entre "détention" et "rétention", seule l'absence dans le second cas des recours juridiques valables en prison distingue vraiment les façons de faire - ce dont l'ONU s'inquiète, ces jours-ci, soulignant que sous la "rétention" perce une extension mondiale des pratiques de détention arbitraire. Mais l'attention aux techniques permet encore, à l'inverse, de dresser l'oreille, lorsque se réactivent entre ces murs d'autres continuités, d'autres traditions - celle du cahier de doléances, par exemple, ressuscitée depuis la mi-décembre par les "retenus" du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, et qui parcourt la série de mouvements survenus depuis dans les CRA, sur lesquels la presse est par ailleurs bien silencieuse.

Au passage, on se souviendra que la démocratie ne se mesure pas seulement à la fermeté de ses garanties constitutionnelles (encore que de cela aussi, il faudrait examiner l'usage) ; elle tient aussi aux moindres gestes, au degré de confiance avec laquelle les citoyens peuvent ouvrir leur verrou lorsqu'on toque aux petites heures. Une vieille plaisanterie, dont je ne sais plus si elle venait d'Amérique du sud ou du bloc de l'Est, disait que la démocratie, c'est lorsqu'on est sûr qu'à six heures, celui qui sonne, c'est le laitier. Ces temps-ci, la certitude s'érode. Ce ne sont pas des façons.

Comme une sorte de contrepoint au séminaire "Politique des usages" que j'anime au Collège International de Philosophie (vous y êtes les bienvenus !), il devrait donc être question de cela sur cette page : des usages, façons, manières, techniques, modes, styles, méthodes, tactiques, recettes, trucs, bricolages, par lesquels l'espace social se prolonge jusqu'au creux des conduites intimes, se modèlent les rapports entre pouvoir et gouvernés, s'inventent ce que Michel de Certeau nommait "les mille manières de braconner". Quelque part entre le meaning is use de Wittgenstein, et le walk this way de Run DMC. Quant à savoir où cela nous mène, on verra - à l'usage...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.