Mathieu Potte-Bonneville
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

4 Éditions

Billet de blog 16 juin 2008

La culture : quelle barbe!

Le groupe d'action féministe "la Barbe", dont j'ai déjà parlé ici, a frappé de nouveau, au coeur du forum Libération consacré à la culture. Récit, par les intéressées.

Mathieu Potte-Bonneville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le groupe d'action féministe "la Barbe", dont j'ai déjà parlé ici, a frappé de nouveau, au coeur du forum Libération consacré à la culture. Récit, par les intéressées.

Samedi 14 juin 2008 au Théâtre des Amandiers, les femmes à barbe crèvent le plancher : surgissant à trois reprises derrière les orateurs de ce forum censé « révolutionner la Culture », les féministes du groupe La Barbe ont témoigné leur admiration aux grands hommes de la Scène Culturelle Française, réunis ce jour-là au théâtre des Amandiers.


Le matin elles bondissaient barbues derrière Jacques Ralite et Jérôme Deschamps, au beau milieu d’un débat animé par Jean-Louis Martinelli, le directeur du théatre, intitulé « Savez-vous évaluer le spectacle vivant », pour dénoncer les chiffres clefs du sexisme de ce secteur. Les extraits du rapport dit "Reine Prat"- mandaté par le Ministère de la Culture dans le cadre de la Mission Egalités – sont accablants : LA BARBE félicite les organisateurs de ce "Forum de la culture", soucieux de faire "émerger des pistes d'avenir" - qui ont veillé à ne convier que 12 femmes sur les 88 intervenants. Nous sommes tout aussi rassurés de savoir que les hommes dirigent 92% de théâtres, 89% des institutions musicales, 86% des établissements d'enseignement, 78% des établissements à vocation pluri-disciplinaires et 71% des centres de ressources. Et s’il peut sembler pénible d’apprendre que des femmes dirigent près de la moitié des centres chorégraphiques (41%), il est bon de rappeler qu’un homme qui danse fait un peu « mauvais genre ».

A la pause elles distribuèrent des barbes postiches aux femmes de l’assistance, contribuant ainsi à l’animation d’un évènement pour le moins « barbant » malgré ses ambitions affichées. Mais le spectacle – a priori bien inoffensif, n’eut pas l’air de séduire les organisateurs, qui résolurent d’interdire dorénavant à ces dangereuses activistes l’entrée de l’ensemble des salles. Le service d’ordre, bien fournis et omniprésent durant tout le forum, fut averti.

Oubliée, la pompeuse « charte » du Forum publiée en pleine page dans le cahier de Libé, qui mettait en avant « le pluralisme, la reconnaissance d’intérêts divergents, d’opinions contraires, exprimés dans le respect de l’autre et la diversité des engagements et actions des personnes et associations qui décident d’y participer, comme la diversité des sexes, des races, des spiritualités et des cultures ». Le forum s’annonçait pourtant – d’après ses promoteurs - comme le lieu par excellence où les contestations spectaculaires étaient attendues, voire invitées, pourvu « qu’elles ne mettent pas en danger la sécurité des personnes ». Il faut croire que le ridicule tue. Face aux grands Hommes de ce monde, la dérision est une lame acérée.


Le paradoxe fut promptement relevé par les intrigantes et la direction du théâtre se résolut à contre-cœur d’offrir à nos barbues l’entrée de la grande salle, où péroraient de concert Philippe Sollers et Henri Guaino. Leur dialogue à dormir debout sur la « transcendance républicaine » fit donc place à l’oraison d’une femme à barbe dans le micro de l’écrivain…tandis que ces comparses étaient malgré tout mises à terre par la sécurité – toute entière dévouée à la défense du conseiller de Mr Sarkozy. « Chantons la femme, muse des poètes ! » dit la barbue. « Mais gardons-nous de projeter sa vision du monde – Ô combien futile – sur les murs des musées. Pour le bien de la femme, protégeons-là contre les démons du spectacle et évitons-lui les affres de la création. »

Ce groupe d’action féministe nommée « la Barbe » intervient depuis quelques mois dans divers lieux de pouvoir économique (conseils d’Administration de la grande distribution), politique (Sénat, Assemblée Générale des maires d’Ile de France), et culturel… A qui le tour ?

(Ce billet reprend, au poil près, le communiqué de presse rédigé par La Barbe)

Pour les contacter : labarbelabarbe@gmail.com

Site internet : www.labarbelabarbe.org


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire