Mathieu Repiquet
Sciences - Santé - Société - Investigation
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2021

Mathieu Repiquet
Sciences - Santé - Société - Investigation
Abonné·e de Mediapart

Santé : que faire si je suis victime d'un charlatan ou d'une dérive sectaire ?

Vous êtes victime d’un charlatan de la santé ou d'un gourou ? Voici la conduite à tenir !

Mathieu Repiquet
Sciences - Santé - Société - Investigation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1) Renseignez-vous sur cette personne, ce mouvement ou la méthode prétendument thérapeutique en question

Après avoir collecté un maximum d'informations sur la situation problématique, vous pouvez interroger différentes bases de données et différents acteurs. Le site de la Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), ainsi que ses différents rapports, sont des mines d'informations. De nombreux groupes et méthodes charlatanesques y sont répertoriés. Psiram, le Wikipédia des sectes et charlatans de la santé contient beaucoup d'informations utiles, même si le site n'est malheureusement pas du tout exhaustif. Le site de l'UNADFI, association dédiée au soutien de victimes de sectes est également très utile et garni. Pensez à user de manière intelligente, tout simplement, l'outil de recherche Google car de nombreux articles de presse rapportent des éventuelles condamnations ou mises en garde à l'égard de groupes ou méthodes pseudothérapeutiques. Votre gourou est peut-être par ailleurs déjà condamné ou très critiqué. Plusieurs livres peuvent vous être d'une grande aide, notamment ceux écrits par Edzard Ernst et par Jean-Marie Abgrall. Le Collectif FakeMed a également créé un outil permettant d’avoir en quelques minutes un avis éclairé sur certaines pratiques pseudothérapeutiques : le Fakedex. Si votre gourou présumé prétend que sa méthode est miraculeuse et qu’elle porte soit le nom de son inventeur, soit la mention d’un « copyright » (ex : fascia-aurakarmathérapie quantique ©), ce sont des éléments en faveur d’une arnaque.

2) Prenez contact avec les acteurs idoines

Pour avoir davantage d'informations ou pour signaler une situation gravissime, vous pouvez prendre contact avec la Miviludes ou une association comme l'UNADFI ou l'ACCEC (Centre de Cartographie et d'études des croyances). Si votre demande concerne notamment une méthode ou produit fantaisistes présentés comme étant diagnostique, thérapeutique ou préventif, vous pouvez en avertir l’ANSM (Agence du Médicament et des Produits de Santé) qui peut intervenir pour mettre fin à l'arnaque en vertu de l'article L5122-15 du Code de la Santé Publique. La DGCCRF (Direction générale de la répression des fraudes) peut également être saisie. Si votre demande concerne une personne, qu'elle soit professionnelle de santé ou non, vous pouvez contacter l’ARS (Agence Régionale de Santé) de son lieu d’exercice. Si la demande concerne un professionnel de santé (médecin, pharmacien, dentiste, infirmière, kinésithérapeute, sage-femme...), vous pouvez en avertir son Ordre professionnel. Tout simplement, vous pouvez vous rendre également dans un commissariat de Police ou de Gendarmerie de votre choix. Si vous avez connaissance d'un délit, vous pouvez directement en aviser le Procureur de la République. Ne restez pas seul et n'hésitez pas à en parler à vos proches ou à des professionnels de santé compétents. Si vous préparez un dossier avec une plainte, soyez le plus exhaustif et précis possible et conservez bien tout document prouvant l'existence d'une infraction, d'un délit ou d'un crime.

3) Que risque mon charlatan / gourou ?

De très nombreux articles de lois peuvent être appliqués aux différentes situations : allant de la pratique commerciale trompeuse, à une condamnation pour viol ou homicide, en passant par l'exercice illégal de la médecine, l'usurpation d'un titre réglementé, l'abus de faiblesse, escroquerie etc...

4) à savoir !

Le titre de psychothérapeute est réglementé. Toute personne faisant usage de ce titre doit être inscrite sur la base de données ADELI et doit posséder une formation (en théorie) sérieuse. Les personnes se désignant "psychopraticien" n'ont pas reçu de formation fiable. La psychanalyse, encore très présente en France, n’a pas montré de preuves convaincantes d’efficacité dans la plupart des indications psychothérapeutiques.

La pratique de l'acupuncture avec des aiguilles est réservé aux médecins. Chaque année, de nombreux "acupuncteurs" autoproclamés sont condamnés pour exercice illégal de la médecine.

La psychogénéalogie peut créer des faux souvenirs et cette pratique ne se base sur aucun élément scientifique sérieux. Le "décodage biologique" et pratiques assimilées sont considérées comme dangereuses par la Miviludes.

De nombreux charlatans se réclament de la "physique quantique". Il s'agit tout simplement d'une tentative de tromperie en essayant de vous faire croire que sa babiole ou méthode est validée par la science.

L'iridologie est une méthode diagnostique totalement charlatanesque. Si seulement avoir des beaux yeux rendait en bonne santé...

Il s’agit là d’une liste loin d’être exhaustive, l’imagination des charlatans étant immense. Notons que l’Access Bar, les soins énergétiques & vibratoires, Reiki etc. sont des méthodes pseudoscientifiques de plus en plus en vogue.

Tout médecin faisant usage de procédés diagnostics ou thérapeutiques illusoires ou insuffisamment éprouvés, est passible de sanctions ordinales (radiation) en vertu de l’article 39 du Code de Déontologie Médicale.

Toute personne prétendant établir un diagnostic s'expose à une condamnation pour exercice illégal de la médecine.

5) Liens utiles

- le site de la Miviludes : https://www.derives-sectes.gouv.fr/

- Psiram : https://www.psiram.com/fr/index.php/Accueil

- UNADFI : https://www.unadfi.org/

- Collectif FakeMed : https://www.fakemed.org/ & l’outil Fakedex : https://www.fakemed.org/fakedex/

-ACCEC : https://www.facebook.com/centreaccec/ & https://twitter.com/centre_accec

Le livre de référence d'Edzard Ernst

Attention ! Certaines "associations de lutte contre les sectes" s'illustrent pour leurs casseroles... C'est le cas par exemple de l'Adfi Paris et du Gemppi Drôme/Ardèche, qui sont toutes les deux pseudorationalistes, climatodénialistes et d'un anti-véganisme réactionnaire. La première partage même des articles affirmant qu'être écolo et se soucier du climat est une dérive sectaire. La seconde, lors de ses permanences associatives, recommande aux personnes victimes de sectes des livres de climatosceptiques. Derrière le compte Twitter @SectarismeInfo, sévit également un affabulateur et mythomane bien connu. Dans la même veine, on retrouve également le compte Twitter @InfoManip (SOS sectarisme) dont les tweets trahissent une certaine jalousie et raison qui va de travers. Selon de nombreux acteurs du milieu, il s'agit de la même personne derrière ces 2 comptes fort peu recommandables. Conclusion : tout n'est pas merveilleux dans l' "antisecte".

Pour toute question ou volonté de partager des données, je suis joignable sur Twitter (@MathieuRepiquet), Facebook (Mathieu Repiquet) ou par mail sécurisé epistemethikos@protonmail.ch

Pour plus d'info : https://menace-theoriste.fr/author/mathieu-repiquet-moracchini/ & https://blogs.mediapart.fr/mathieu-repiquet/blog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas