Mariage annulé: Rachida Dati charge le PS

 Questionnée sur l'annulation d'un mariage pour non-virginité, récemment prononcée par le tribunal de Lille, Rachida Dati est sortie de ses gonds, mardi 3 juin, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. Face au PS, elle a laissé -pour le moins- son cœur déborder.
Dati accuse la Gauche-clash © ZappeurLePost

 

Questionnée sur l'annulation d'un mariage pour non-virginité, récemment prononcée par le tribunal de Lille, Rachida Dati est sortie de ses gonds, mardi 3 juin, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. Face au PS, elle a laissé -pour le moins- son cœur déborder.

 

 

Le PS en est tombé de ses bancs. Mardi dans la matinée, malgré les atermoiements perçus tout le week-end place Vendôme, les socialistes avaient décidé en réunion de groupe de ne pas charger la Garde des sceaux, d'éviter les attaques ad nominem. Ils n'avaient pas prévu d'en essuyer...

 

Voyant les députés UMP venir au secours de Rachida Dati et applaudir à tout rompre, soudain très charitables avec une ministre réputée en disgrâce (voire en instance de divorce avec l'Elysée), une poignée d'élus PS ont

aussitôt hurlé: «Démission!», «Virez-là!».

 

En ressortant de là, vers 16h00, les socialistes ont sauté sur cette grosse « bourde » : «C'est insupportable qu'elle polémique sur un sujet pareil et qu'elle vienne accuser le PS!» (André Vallini). «Sans vouloir tirer sur une ambulance» (hum..), ils l'ont mitraillée à mots couverts, questionnant ses compétences, ses nerfs. Bref, sa légitimité.

 

Côté UMP, on ne plaidait pas le cas Dati de très bonne grâce. François Goulard refusait de réagir au micro: «Je ne voudrais pas l'enfoncer, a-t-il glissé. Et puis elle a, sur le sujet, des sincérités...». Seul le villepiniste Hervé Mariton, qui soutient la décision du tribunal de Lille, a su trouver du «cran» à la ministre. «Beaucoup de gens considèrent qu'on ne peut pas baser le mariage sur un mensonge», déclarait-il. Un soutien plutôt encombrant pour Rachida Dati...

 

Presque amusée, l'ancienne Garde des sceaux socialiste, Marylise Lebranchu, est venue longuement enfoncer le clou:

 

La députée, qui ne croit guère à une invalidation du jugement en appel, a réclamé au nom du PS une modification du Code civil, qui prévienne à l'avenir ce «type d'atteintes au droit des femmes et à la laïcité». «On aurait voulu que Rachida Dati s'exprime là-dessus... »

 

A 19h00, les journalistes se repassaient la vidéo de l'intervention de la ministre, pour tenter de décrypter le visage de François Fillon, assis à ses côtés dans l'hémicycle. Mais faute d'un "débriefing" avec un conseiller de Matignon, le Premier ministre restait toujours impénétrable... Rachida Dati a-t-elle dérapé, ou était-elle en service commandé ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.