Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 sept. 2015

Balkany et son ancien bras-droit flashés à Saint-Tropez

Et de trois. Une fois de plus, Patrick Balkany et son ancien bras-droit, Jean-Pierre Aubry, tous les deux mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » (entre autres) et soumis à un strict contrôle judiciaire qui leur interdit de se rencontrer, se retrouvent au même moment, au même endroit, sur la même photo. Par hasard, sans aucun doute.

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Et de trois. Une fois de plus (voir ici et ), Patrick Balkany et son ancien bras-droit, Jean-Pierre Aubry, tous les deux mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » (entre autres) et soumis à un strict contrôle judiciaire qui leur interdit de se rencontrer, se retrouvent au même moment, au même endroit, sur la même photo. Par hasard, sans aucun doute.

© Capture du site de Getty images

Un cliché pris le 19 août à Saint-Tropez par le photographe Pierre Suu (Getty images), repéré par une source de Mediapart, montre ainsi le maire de Levallois-Perret (Les Républicains) devant le célèbre café Sénéquier, avec une vieille connaissance dans le dos. Car l’homme en short blanc qui patiente devant l’office du tourisme n’est autre que Jean-Pierre Aubry, le prête-nom, le propriétaire officiel du riad de Marrakech que les juges d’instruction soupçonnent d’appartenir en réalité à Patrick Balkany -il faut dire que Jean-Pierre Aubry dormait parfois à l’hôtel pour laisser "sa" villa au "patron" et à ses invités.

En vacances le 19 août « dans le sud de la France », l’ancien directeur général de la Semarelp (bras armé immobilier de la ville de Levallois) répond à Mediapart qu’il n’était « pas au courant que [Patrick Balkany] était à Saint-Tropez ». D’ailleurs, ce jour-là, il ne l’a même « pas vu », à quelques mètres de là. « Je sais qu’il a 10 000 copains là-bas, mais moi je sortais de l’office du tourisme, où j’étais allé récupérer un plan… »

Dans l’ordonnance de placement sous contrôle judiciaire de Jean-Pierre Aubry, datée de mai 2014, le juge Renaud Van Ruymbeke  écrivait ceci : « Il est nécessaire, au vu des multiples investigations envisagées, d’éviter que Monsieur Aubry ne prenne contact avec les autres personnes citées et mises en cause dans ce dossier de blanchiment. » Jean-Pierre Aubry se voyait soumis à « l’obligation » de « s'abstenir de recevoir, de rencontrer ou d'entrer en relation de quelque façon que ce soit avec [le maire de Levallois] ».

« Le juge m’a précisé ce que ça signifiait : pas de tête à tête », jure Jean-Pierre Aubry. Sur la photo, on ne voit qu’un dos-à-dos. A aucun moment, les deux hommes ne se seraient parlé. Craché. D'ailleurs, Jean-Pierre Aubry, bravache, promet d’envoyer illico le cliché à Renaud Van Ruymbeke : « Je n’ai rien à cacher et je préfère qu’il le sache par moi.. J'ai son mail. »

En octobre 2014, son contrôle judiciaire avait par ailleurs été durci, avec « l'interdiction d’exercer toute fonction au sein de la Semarelp ». Or si l’on en croit Le Canard enchaîné, Jean-Pierre Aubry, après avoir effectivement cessé d’y travailler, aurait rejoint une autre structure liée à la municipalité, Levallois Habitat, présidée par... Patrick Balkany.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat