Une députée UMP fait marrer la gauche en dénonçant les niches fiscales

Les élus socialistes se sont trouvé une nouvelle égérie : Chantal Brunel, députée... UMP ! Cette semaine, lors d'une séance de questions au gouvernement, l'élue fraîchement nommée porte-parole du parti majoritaire, a en effet étrillé les niches fiscales, refuges des gros patrimoines pour esquiver le fisc, avec une virulence étonnante.

Les élus socialistes se sont trouvé une nouvelle égérie : Chantal Brunel, députée... UMP ! Cette semaine, lors d'une séance de questions au gouvernement, l'élue fraîchement nommée porte-parole du parti majoritaire, a en effet étrillé les niches fiscales, refuges des gros patrimoines pour esquiver le fisc, avec une virulence étonnante. Pire (ou mieux): dans la même tirade, elle a rappelé le vote, par ses amis, d'un bouclier fiscal renforcé en juillet 2007 (limitant l'impôt à 50% des revenus y compris pour les plus riches). Un discours qui lui a valu une standing ovation du PS, estomaqué.

 

«Pouvez-vous nous dire ce que compte faire le Gouvernement?», a même lancé Chantal Brunel, pour conclure, à la ministre de l'Economie.

 

Et Christine Lagarde, avec son sens politique irrésistible, de commencer : « Je suis heureuse que, sur une question aussi technique... ». Les bancs de gauche ont explosé -de rire.

 


Chantal Brunel © Mediapart

 

Pour mémoire, il faut rappeler que Chantal Brunel réclamait en novembre dernier la création, jugée urgente, d'une « commission d'enquête sur les fraudes aux prestations et aux prélèvements sociaux », avec une centaine de collègues. Cette fois-là, était visé l'abus de RMI...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.