Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mai 2011

Allo, Roland Dumas ?

Malgré nos coups de fil répétés, Roland Dumas n'a jamais daigné répondre à nos questions -«simples»- sur le financement de la présidentielle de 1995: comment a-t-il pu, alors qu'il présidait le Conseil constitutionnel, valider les comptes de campagne truqués du candidat Balladur (comme Mediapart l'a révélé fin 2010)?

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Malgré nos coups de fil répétés, Roland Dumas n'a jamais daigné répondre à nos questions -«simples»- sur le financement de la présidentielle de 1995: comment a-t-il pu, alors qu'il présidait le Conseil constitutionnel, valider les comptes de campagne truqués du candidat Balladur (comme Mediapart l'a révélé fin 2010)? Apposer son tampon sur ceux de Jacques Chirac, qui explosaient tout autant le plafond des dépenses autorisées? Décider, pour se donner bonne figure, de sanctionner un «micro-candidat», Jacques Cheminade (0,28% des voix), pour une histoire de prêt sans intérêt? Face à nous, Roland Dumas est toujours resté muet.

Il vient de «répondre» sur France 2, avec une indécente désinvolture. Dans le dernier Face aux Français, il explique, sans ciller, affalé dans un fauteuil rembourré, à l'invitation de Guillaume Durand: «Jacques Cheminade était plutôt maladroit. Les autres (Balladur et Chirac) étaient adroits». C'est aussi «simple» que cela.

Rires dans l'assistance. Et même applaudissements.

© Mediapart

On croit rêver: Roland Dumas loue l'«habileté» avec laquelle Edouard Balladur et Jacques Chirac ont dissimulé leurs tricheries et enfreint des règles élémentaires de la démocratie!

Leur «adresse», en plus, est toute relative. En réalité, à l'époque, leurs comptes replâtrés n'ont trompé personne: en particulier, les rapporteurs du Conseil constitutionnel, ces hauts fonctionnaires chargés d'éplucher les copies déposées par les trésoriers des candidats, ont officiellement recommandé aux «Sages» de rejeter celui d'Edouard Balladur. En bref: ils ont repéré «l'omission» de plus de 13,3 millions de francs sur la ligne des dépenses ! C'est sous la pression de Roland Dumas que les «Sages», in fine, ont décidé d'enterrer leurs objections.

Les rapporteurs avaient aussi repéré un versement douteux de 10,25 millions de francs en grosses coupures, dépourvu de tout justificatif crédible. 16 ans plus tard, c'est ce dépôt qui intrigue encore les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, chargés d'enquêter sur les dessous des ventes d'armes conclues fin 1994 avec le Pakistan et l'Arabie Saoudite, soupçonnés d'avoir servi à dégager du «cash» pour la campagne d'Edouard Balladur.

Alors pourquoi la télé publique continue-t-elle d'inviter Roland Dumas, par ailleurs devenu l'avocat des causes les plus pendables -de Laurent Gbagbo à Louis Aliot (l'ancien secrétaire général du Front national), un proche de Marine Le Pen auquel il a offert une lettre de recommandation pour son entrée au barreau?

→ Ci-dessous, un mail à M. Dumas resté sans réponse:

© 

→ Quelques archives sur le Conseil constitutionnel et le financement de la campagne de 1995:

En 1995, le Conseil constitutionnel a replâtré les comptes de campagne de Balladur (7 octobre 2010)

Balladur 1995: les secrets de la décision du Conseil constitutionnel (11 octobre 2010)

Comptes de campagne de Balladur: le PS veut la vérité (14 octobre 2010)

Balladur: les comptes truqués de 1995 (8 décembre 2010)

Balladur 1995: Voynet dénonce la «complicité active du Conseil constitutionnel» (10 décembre 2010)

Balladur 1995: les «petits» candidats indignés par la décision du Conseil constitutionnel (14 décembre 2010)

Argent liquide: l'ancien trésorier de Balladur confirme les soupçons (1er mars 2011)

Présidentielle 1995: un nouveau million suspect pour Balladur (17 mars 2011)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac