Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2014

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Frais de mandat irréguliers : le député Yves Jégo plaide « l’erreur »

Une fois de plus, un député français se fait épingler pour un usage « hors les clous » de son indemnité de frais de mandat (IRFM). Dans un avis publié mercredi 22 janvier, la Commission nationale des financements politiques relève que le centriste Yves Jégo (Seine-et-Marne) a pioché dans son enveloppe de 5.700 euros mensuels

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Une fois de plus, un député français se fait épingler pour un usage « hors les clous » de son indemnité de frais de mandat (IRFM). Dans un avis publié mercredi 22 janvier, la Commission nationale des financements politiques relève que le centriste Yves Jégo (Seine-et-Marne) a pioché dans son enveloppe de 5.700 euros mensuels versée par l’Assemblée, censée couvrir les charges liées à l’exercice du mandat, pour renflouer à hauteur de 3.000 euros la trésorerie de son micro-parti basé dans sa ville de Montereau-Fault-Yonne, où il se représente aux municipales de mars.

Quel rapport entre ses missions de député  (dûment financées par l’Etat) et son parti de poche personnel, « Mieux vivre ensemble » ? Aucun. Peut-être Yves Jégo (membre de l’UDI désargentée de Jean-Louis Borloo) avait-il besoin d’argent frais pour sa campagne municipale.

« L’IRFM (…) ne peut en aucun cas être utilisée pour payer une cotisation ou un don à un parti politique », rappelle la Commission dans son avis de mercredi (consacré aux comptes des 378 partis de France –lire notre article).

Si cette règle n’a jamais été inscrite noir sur blanc dans le règlement de l’Assemblée, elle est simplement de bon sens, comme le reconnaissent d'ailleurs les questeurs (ces députés choisis par leurs pairs pour jouer les trésoriers du Palais-Bourbon).

Elle est d'autant plus logique que les dons aux partis politiques ouvrent droit à des rabais sur la feuille d’impôts. En l’occurrence, avec son chèque de 3.000 euros signé en 2012, Yves Jégo s’offrait une réduction d’impôt de 2.000 euros en 2013 –le tout avec l’argent de l’Assemblée, donc du contribuable.

Sollicité par Mediapart, le député de Seine-et-Marne, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, évoque une « méprise », « commise sans aucune intention frauduleuse ». « Cette erreur a été aussitôt corrigée, lorsque j’en ai été avisé par les Commissaires aux comptes de l’association. » Et d’ajouter : « J’ai signalé cette erreur aux impôts, pour qu’ils puissent en tenir compte dans ma déclaration 2012. »

Bizarrement, ça n’est pas le premier parlementaire "maladroit". Comme nous l’avons déjà raconté, le sénateur Bruno Retailleau, lui aussi, s’est « trompé de chéquier » en 2012, quand il a versé 2.000 euros à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Avec leur IRFM, d'autres ont financé leur propre campagne législative.

Depuis octobre dernier et les textes sur la « transparence de la vie publique », cet usage de l’IRFM pour des campagnes électorales est prohibé par la loi, explicitement. Mais pour le reste, aucun contrôle n’a encore été mis en place par l’Assemblée ou le Sénat sur les dépenses des parlementaires, malgré les révélations de Mediapart sur les (ex)-députés Cahuzac (PS), Terrasse (PS) ou encore Thoraval (UMP).

Ci-dessous, quelques articles de Mediapart consacrés à l'IRFM et ses abus :

Notes de frais falsifiées : Londres bien plus ferme que Paris avec ses députés

Cahuzac utilisait son compte de député pour des dépenses personnelles

Les vacances d'un député PS aux frais de l'Assemblée

Scandale des frais : les députés peuvent aussi se construire un patrimoine immobilier

Pour financer Sarkozy, un sénateur UMP a pioché dans son indemnité de frais professionnels

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon