Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

50 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 avr. 2015

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Le député Tian et son compte en Suisse : déjà une semaine, ne les oubliez pas

Voilà déjà une semaine que le député UMP Dominique Tian a reconnu publiquement, contraint et forcé, avoir planqué un compte en Suisse pendant des années. Voilà déjà une semaine que ce pourfendeur patenté de la fraude sociale (celle des autres, celle des « gagne-petit » qui grugent le RSA ou les allocs) a confessé avoir soustrait plus de 1,5 million d’euros au fisc français, avant de profiter d’une circulaire indulgente pour rapatrier discrètement ses billes en 2014. Et rien ne se passe ou presque.

Mathilde Mathieu
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Voilà déjà une semaine que le député UMP Dominique Tian a reconnu publiquement, contraint et forcé, avoir planqué un compte en Suisse pendant des années. Voilà déjà une semaine que ce pourfendeur patenté de la fraude sociale (celle des autres, celle des « gagne-petit » qui grugent le RSA ou les allocs) a confessé avoir soustrait plus de 1,5 million d’euros au fisc français, avant de profiter d’une circulaire indulgente pour rapatrier discrètement ses billes en 2014. Et rien ne se passe ou presque. Une brève par-ci, par-là. Aucune manchette nulle part. Pas la moindre déclaration outrée d’un de ses collègues à l’Assemblée. En une semaine, le système politique et médiatique a digéré l’information comme si de rien n’était. Mithridatisé.

C’est la sixième fois –il est vrai- que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) saisit la justice d’un cas de parlementaire ayant « omis » de signaler des avoirs à l’étranger dans sa déclaration de patrimoine. Après un an et demi d’exercice, on confine déjà à la routine.

L’affaire semble pliée. Faute de villa cachée tape-à-l’œil (style Balkany) ou de démenti théâtral « en bloc et en détail » (façon Cahuzac dans l’hémicycle), l’histoire du député Tian ne mérite pas le JT de « 20 heures ». De toutes façons, son nom est inconnu au bataillon en dehors de sa circonscription -marseillaise qui plus est, ça relèverait presque du folklore.

Ce type de comportement instille pourtant un véritable poison. Comment les citoyens peuvent-ils accepter ce silence organisé, alors qu’un parlementaire, de ceux qui votent l’impôt, les barèmes et les crédits pour lutter contre l’évasion fiscale, a siégé pendant des années en se dérobant à ses obligations fiscales ?

« La fraude (…) ne constitue pas seulement une perte de ressources très importante et une masse considérable de dépenses injustifiées pour nos finances (…), elle est aussi source d’injustice, de déséquilibre économique et plus fondamentalement elle sape la confiance des assurés dans notre système de protection sociale, résumait récemment un député, dans un rapport sur la fraude sociale. Nos concitoyens, à juste titre en ces temps de crise, ne l’acceptent plus. » Ce député, c’était Dominique Tian.  

Avec lui-même, l’élu se montre aujourd’hui beaucoup plus indulgent. « C’est un problème familial et personnel », a-t-il relativisé lundi sur les ondes de France Bleue Provence, affirmant qu’il avait hérité cet argent de son père, se cherchant mille excuses. « C’est un problème européen parce que les banques suisses ont été extrêmement persuasives, c’est des comptes qui ont 40  ans ou 50 ans, a-t-il ajouté. J’ai régularisé ma situation comme 35 000 autres français. Vous savez, Bercy a ouvert une cellule spéciale qu’ils ont renforcée tellement y a de Français qui ont régularisé leur situation [via la circulaire dite Cazeneuve]. Tant mieux, ça veut dire qu’on résout un problème extrêmement empoisonnant pour beaucoup de gens. » Les Français doivent aujourd’hui le comprendre : détenir plus de 1,5 million d’euros outre-Léman, c’est un « problème extrêmement empoisonnant ».

Assez vite, le journaliste a enchaîné avec une question sur la création de la « prime d’activité » annoncée par François Hollande le week-end dernier, censée inciter les Français à travailler davantage. « C’est plutôt une bonne mesure que de récompenser les gens qui travaillent », a osé tranquillement Dominique Tian.

Au moins France Bleue a-t-elle interviewé le député. A part une dépêche AFP faiblement relayée sur les sites internet des journaux (et réduite à quatre phrases sur celui du Monde), c’est en effet le seul média, à notre connaissance, à l’avoir publiquement titillé.

L’avantage de cette sous-médiatisation, c’est qu’aucun collègue de Dominique Tian ne s’est senti obligé de répliquer en attaquant le travail de la HATVP. En novembre dernier, la précédente saisine de la justice relative à Bernard Brochand (UMP), Bruno Sido (UMP) et Lucien Degauchy (UMP), également détenteurs de comptes en Suisse pendant des années, avait déclenché des réactions outrées.

« On ne va pas tomber dans un régime de Gestapo quand même », avait lancé le sénateur Christian Cambon (UMP), remonté contre « cette espèce d’hallali qu’on lance contre les parlementaires ». « J’ai bien compris que la Haute autorité et M. Nadal [son président] voulait se payer les parlementaires. Mais qu’on respecte la procédure et la présomption d’innocence ». Quand les intéressés reconnaissent avoir dupé le fisc pendant des années, pourquoi attendre de savoir s’ils ont en plus commis un délit pénal en falsifiant leurs déclarations de patrimoine auprès de la HATVP ? Les épargner, c’est risquer de désespérer encore un peu plus les citoyens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame