Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2019

Et sous nos yeux ébahis Julian Assange a été arrêté

Les images de l'arrestation de Julian Assange ont choqué beaucoup de monde. Je me suis demandé pourquoi.

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Assange-photos/thinkanonymous

Dans l’encadrure d’une porte vitrée qu’on imagine lourde, une porte haute, cernée d’un métal doré, une demi-douzaine d’hommes en costume-cravate tente de se frayer un chemin vers la sortie du bâtiment. Ces hommes avancent de biais, se traînent péniblement, pas après pas, formant une sorte de grappe compacte, sombre et maladroite. Les regards sont graves. Tous convergent vers le centre du groupe. Là, jaillissant de l’ombre, très pâle, entouré d’une chevelure et d’une grande barbe blanches, un autre visage apparaît soudain. À hauteur des thorax des hommes, cette tache de blancheur détone. Sa vieillesse aussi au milieu des corps jeunes. Elle semble enfin d’une fragilité infinie, comme sur le point de se faire engloutir par les masses robustes qui l’entourent.

Puis la troupe d’hommes continue à descendre en rythme, accompagnée en son milieu par le visage diaphane. La tête se dandine rapidement. Elle a peur, elle enrage. Une fraction de seconde, elle aperçoit la caméra qui le filme. La bouche est un trou noir qui remue. Sous le menton, une main s’agite, doigt affirmatif, pointé vers un interlocuteur imaginaire et répétant son geste en même temps que les sourcils se soulèvent. Cette apparition est glaçante. Et tout à la fois, elle a un aspect grotesque, difficile à identifier. Ce mélange d’impressions lui donne quelque chose d’un peu glauque et qui me met mal à l’aise. Mais pourquoi ?

En me posant cette question, très vite, d’autres images me viennent à l’esprit. Elles n’ont pourtant n’ont rien à voir au premier abord. Sans savoir pourquoi je revois immédiatement celle de cette petite Colombienne qui, alors que j’étais moi-même enfant, était restée des heures accrochée à une branche, les jambes coincées dans une coulée de boue, avant de mourir noyée. Et puis il y a ce personnage de Paranoïd Park, un agent de sécurité qui se fait sectionner en deux par un train et que la caméra, suspendue à quelques mètres, laisse agoniser de longues secondes. L'irruption des souvenirs m'agace : ces images violentes, bien que de natures différentes, je ne les avais pas convoquées. Mon malaise grandit de manière, me semble-t-il, totalement inutile... Le cheminement de la pensée est parfois obscur.

Mais je finis par comprendre : toutes ces images montrent des visages sans corps. Des êtres bien en vie, quoique privés de leur intégrité au sens propre du terme. Et pourtant ils parlent, manifestent des sentiments, expriment leur pensée. Pire, les rictus qu’ils dessinent et les mouvements des yeux montrent qu’ils ont parfaitement conscience de ce qui leur arrive. De ce à quoi ils ont été réduits. On dit qu’un corps décapité est une personne privée de son humanité. Mais l’inverse est peut-être tout aussi vrai. Quelle dignité reste-t-il à un homme ou une femme réduits à une tête ? Ne sont-ils pas condamnés à crier dans le vide ?  Cette tête qui s’agite ne devient-elle pas instantanément la sinistre messagère d'une parole désormais impuissante, inaudible, une parole dont on n’écoute plus le sens car elle ne pourrait mener nulle part ? Parole d’un cadavre qui n’a pas encore accepté sa défaite. Parole d’automate. Poussière, non plus d’étoile, mais de spectre.

Alors, depuis ce jour où j’ai vu Julian Assange menottes aux mains, porté à l’horizontal par des policiers britanniques et jeté dans un fourgon, la seule chose que je me demande c’est si sa tête pourra jamais se remettre d’avoir été ainsi privée du reste de son corps devant le monde entier.

Sur ce lien les images de l'arrestation de Julian Assange à l'Ambassade d'Équateur à Londres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
« On verra bien » : à la frontière polonaise, des réfugiées optent pour le retour en Ukraine
Depuis près d’un mois, des Ukrainiennes ayant trouvé refuge en Pologne choisissent de rentrer dans leur pays. Si chacune a ses raisons, toutes constatent que si le conflit s’installe dans la durée, leur ville d’origine semble désormais « plus sûre ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart