Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2018

Enregistrement de Wauquiez : un autre masque tombe

Des enregistrements de Wauquiez ont été diffusés, ils donnent la teneur des propos qu'il tient dans le cadre de ses cours à des étudiants en école de commerce. Mais au delà des punchlines et des petites phrases, c'est la fabrique des connivences qui nous est révélée.

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Micro

Depuis plusieurs jours un événement fait vibrer la sphère politico-médiatique. C’est la diffusion, par le journal Quotidien, des propos que Laurent Wauquiez a tenu pendant des cours qu’il donnait à des étudiants de l’école de commerce de l’EM Lyon. Révélations, dézingage, insultes envers d’autres personnalités politiques, y compris des membres de LR... Les cours étaient censés être apolitiques mais à l’évidence, il n’en était rien. Des étudiants ont jugé bon de le faire savoir. À l’occasion de ces révélations, tous les ingrédients étaient donc réunis pour créer le buzz. Pourtant, dans leur ensemble, les propos qui viennent de ressortir ne me semblent pas si surprenants que cela.

Que le chef du parti de l’argent se montre hautain, méprisant, haineux et cynique avec ce qui n’est pas lui n’a pas vraiment de quoi étonner. Il est d’ailleurs de notoriété publique que M. Wauquiez a instauré une ambiance de travail particulièrement difficile dans ses rangs – y compris au sein de la direction de la région Auvergne-Rhône-Alpes - et qu’à toutes occasions il démolit ceux qui font mine de s’opposer à lui. Rien donc de très inattendu n’a par conséquent fuité de ces réunions politiques (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit). Seul ce qui est dit d’un espionnage supposé par Nicolas Sarkozy de ses ministres au temps de sa présidence pourrait sonner comme un coup de tonnerre, à condition néanmoins que des preuves ou un faisceau de témoignages s’ajoutent dans les prochaines heures aux affirmations du leader de la droite.

Non, au-delà du fait que Wauquiez a fait preuve d’un véritable amateurisme en se confiant ainsi sans retenue - visiblement certain que son autorité naturelle et sa récente promotion empêcheraient toute velléité de rébellion à l’heure, rappelons-le, du smartphone et de la course permanente aux petites phrases - les révélations ne présentent pas un grand intérêt. En revanche, les conditions dans lesquelles ces propos ont été tenus méritent autrement plus d’attention. Il s’agit d’un véritable dispositif, qui a été mis en place par Laurent Wauquiez et son équipe, et qui visait à conquérir les cœurs de nos chères têtes (encore) blondes. Ce dispositif, maintenant que nous en connaissons tous la nature, doit être interrogé.

Les cours des 16 et 17 février derniers, qui faisaient partie d’un cycle d’un an, n’étaient pas les premier dispensé par Wauquiez. Or, peut-on se satisfaire qu’un responsable politique en activité aille ainsi devant des étudiants et ordonne que ses paroles soient tenues secrètes ? Par exemple, on comprend aisément qu’un médecin s’engage à ne jamais divulguer ce qui s’est dit avec son patient dans le cadre d’une consultation. Mais il est pour le moins dérangeant d’apprendre qu’une personnalité politique de premier plan exige que les propos qu’elle tient devant une assemblée d’électeurs potentiels restent « privés ». Bien au contraire, des exigences, c’est toute la société qui doit en avoir envers les politiques, à commencer par celle de savoir quels messages ils transmettent à la jeunesse du pays.

Pourtant, Bernard Belletante, le directeur général de l’EM Lyon, ne s’est pas fait attendre pour envoyer un mail à l’ensemble de ses élèves pour expliquer qu’"enregistrer une personnalité sans l’en informer n’est pas une valeur early maker" (sic). Quant à M. Wauquiez, il n’a trouvé rien de mieux à faire pour répliquer que de lancer des insultes supplémentaires, cette fois à l’égard de Quotidien et de porter plainte contre le journal. On marche sur la tête.

Plus grave encore. Avec ce lamentable épisode, ce à quoi nous avons assisté de façon fragmentaire, c’est la fabrique de collusions. Il faut entendre Wauquiez parler à ses émules ! Son ton, mélange de fermeté et de confidence, mais aussi le public auquel il s’adresse, trié sur le volet (les étudiants ont dû en effet écrire une lettre de motivation pour pouvoir participer au cours), tout cela nous révèle comment une élite, ou prétendue telle, a accès à des informations que le reste de la population n’est pas censée connaître. Alors là, quelques minutes seulement, on a pu entendre la teneur de ces phrases qui forgent l’oligarchie de notre pays. Cette boue, c’est de l’or : c’est de l’information qui ne nous était pas destinés.

Dans ces circonstances, la réaction du porte-parole des Républicains Gilles Platret, qui a comparé l’enregistrement à « un exercice au niveau CAP d'ajusteur-monteur », sonne comme un dernier aveu : oui, pour les personnes qui dirigent le pays ou aspirent à le faire, il y a bien deux catégories de personnes : celles qui méritent de tout savoir de la vie politique, au point d’être informées de ce qui relève de l’organisation, voire de la sûreté de l’État – et les autres, les apprentis, les petites gens, aux méthodes viles, et fondamentalement indignes de s’approprier de telles paroles sans les pervertir. Au terme de l’écoute de la bande son, on a le désagréable sentiment que Wauquiez et sa clique ne souhaitent finalement pour rien au monde donner de la confiture à des cochons. À des riens, des fainéants, pourraient-ils dire encore ? Suis-je bête : les termes ont déjà été pris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra