Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2017

Autoportrait d'un leader né

Autoportrait satirique du Président de la République

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis jeune et audacieux. J’ai un certain panache. Tout le monde, même mes adversaires, me le reconnaît. Je suis arrivé au sommet mais j’ai lutté pour y arriver. Je n’ai pas hésité à me libérer de mes chaînes. J’ai fait fi des carcans idéologiques. Je n’appartiens à personne, à aucun clan. J’ai fait sauter les digues pour créer mon destin. Je me suis fait tout seul. Je n’ai jamais eu froid aux yeux et mon courage a payé.

J’ai l’aplomb de la jeunesse et le sens des responsabilités. Je suis jeune certes, mais expérimenté. Très vite je me suis jeté à corps perdu dans un monde fermé, impitoyable. J’y ai fait ma place, j’ai tissé mon réseau. J’ai gagné mes galons. C’est que je suis un gouverneur né. J’ai l’étoffe. La stature et aussi beaucoup d’amis. Ensemble nous défendons les intérêts du pays. Du pays. Nous savons ce qui est bon pour lui. Nous savons faire. La preuve, nous sommes déjà très riches. Nous sommes des modèles de réussite. De l’avis de tous je suis le plus brillant. Ils le disaient avant même que je devienne qui je suis. Je suis l’homme de la situation.

Quand je dois faire une allocution solennelle, je sais me montrer solide. Grave même si nécessaire. Je regarde devant moi, je reste focus. Sans sourciller je regarde l’horizon qui s’ouvre. La caméra. Mais le reste du temps, et c’est là mon génie, je ne suis pas avare non plus de bons mots si l’occasion s’en présente. C’est que j’ai fait de grandes écoles, j’ai perfectionné ma tenue. Mais à vrai dire, cela fait bien longtemps que je connais les codes. Tout petit déjà je les maîtrisais. Maintenant c’est moi qui les fais. Ainsi en ai-je décidé. Voilà, c’est moi : je suis celui qui fais et défais. Les usages. Les carrières. Les hommes. Les lois. Tout mon talent tient en un mot : l’assurance. Je l’exhale.

Je me sers de mon corps toujours avec habileté. Pour s’en convaincre il suffit de m’observer. Regardez-moi : serrer les mains. Longtemps. Longtemps. Longtemps. Plein d’orgueil, les yeux plissés. Longtemps. Je découvre mes dents. Elles brillent, elles disent : je suis un carnassier. D’autres fois, lorsque l’occasion se présente, je relève les manches. Sans hésiter j’enfile les gants de boxe. Ou bien je touche mes index et majeurs en gardant le sourire. Je n'ai pas peur du ridicule. Il faut dire, tous les costumes me vont. Je bombe le torse et tout passe. Les médias en redemandent, c'est bon pour les affaires. 

Je sais aussi me contenir s’il le faut. Les hommages, les honneurs, la contemplation pleine de retenue, je connais. Je ne laisse rien au hasard. Je me coule dans ma fonction. J’inspire, l’air inspiré. Alors je baisse la tête et regarde en moi-même. Je disparais, songeur. Je sais montrer au monde entier que je suis un homme d’une profondeur insondable. Ah oui, et ouvrir le chemin aussi. Même quand je me recueille, je suis un team leader.

J’ai une spécialité. Je fais des phrases. En deux temps. Je ménage le suspens. Tout de suite le charme opère, les journalistes sont subjugués. Je rythme mes mots pour mieux laisser se dérouler ma pensée complexe. Je suis un incorrigible penseur. En même temps je suis simple. Oui c’est cela : je suis un homme simple à la pensée complexe. C’est bien cela, je n’aurais pas trouvé mieux. Je suis l’union subtile de la synthèse et de l’analyse. De la tradition et de la modernité. La gauche et la droite. La révolution incarnée. Avec moi, grâce à moi, c’est ce que nous devenons, chaque jour tous ensemble. Réconciliés. Oserais-je le dire ? En communion.

La société n’attendait que moi. Je suis le guide qui lui manquait. Celui qui pourra la mener au bout du chemin, ce chemin qu’elle cherchait depuis tant d’années. Elle hésitait ? Elle oubliera ses peurs. Elle tâtonnait ? Avec moi elle foncera. Moi seul saurai la faire entrer dans l’ère Uber. Avec moi, les salariés, les employeurs travailleront main dans la main. Unis, ensemble tournés vers un même objectif d’efficacité. Le pragmatisme sera notre boussole. La flexibilité notre instrument. La compétitivité notre chemin. Dans cet effort commun nous ferons advenir le progrès, le seul valable, le vrai. Avec moi nous atteindrons notre Eldorado. Les 3 %.

Mais pour cela il faudra faire des sacrifices. Car le succès n’existe pas sans contrepartie. Nous devrons y consentir. C’est cela, être responsable. C’est ce que je suis. Mais quel espoir, quelle promesse. Au bout du tunnel, je vois un nouveau modèle de société, que dis-je ?, de civilisation. Je vous offre une république contractuelle, je vous offre le lien qui libère. Je permettrai le devenir-collaborateur de l’employé et le remercié volontaire. Tout cela vient de loin : je suis philosophe à mes heures.

Je vous ai dessiné un monde entièrement neuf. Avec des employés Kleenex. Des chauffeurs Duracell. Des fonctionnaires en Interim. Et des ouvriers embauchés sur base de Contrats à Durée Indéterminables. C’est un nouveau concept. J’adore. Ou bien des chauffeurs intérimaires et des fonctionnaires Duracell. C’est possible aussi. Peu importe après tout. Peu importe. Je vous offre des hommes produits selon les besoins et au gré du marché. Certains sauront y saisir leur chance, d’autres ne seront jamais rien. Et être rien, dans ces conditions, croyez-moi ce n’est pas rien. C’est faire partie d’une ambition bien plus grande qu’eux. Une vie de rien qui n’est pas totalement inutile, voilà ce que je propose à chacun d’entre vous.

C’est ce qu’il nous faut, je parle d’expérience. J’ai déjà installé de tels hommes dans mes rangs et j’en savoure chaque jour la performance. Partout agissent en mon nom pantins et petits soldats. Ils pullulent. Je les ai posés sur tout le territoire. Méthodiquement. Ils sont résolus à marcher sur les autres. Tous veulent réussir, aucun ne bronche. Oui oui par ci. Pas un couac, rien. Oui oui par là. Pas un pli, recta. Tous me mangent dans la main. Et j’observe qu’enfin nous pouvons avancer d’un pas vif. J’ai tout nivelé, j’ai tout abaissé. Avec moi toute apparition publique devient publicité, toute entrée en fonction un placement de produit. J’instaure le règne de la médiocrité. Allez, je vous laisse applaudir.

Ce qui vaut pour mes hommes vaudra pour tout le monde. J’ai de très grands projets. Et je ne vais pas mentir : pour les mener à terme il faudra obtempérer. Courber l’échine, tout accepter. Sans cela nous resterons envasés. Avec moi tout le monde contribuera. Même les pauvres, les anciens, tous devront cracher. Je suis un homme moderne. Qui sait ce qui est bon. Plus personne ne veut de ces débats interminables, de ces discussions absurdes au moment où démange l’action. Les rassemblements bloquent. Les délibérations ralentissent. Les bavardages enfument. Trêve de tout cela.

Écoutez-moi. Ma parole désormais sera rare. Que la vôtre le soit tout autant. Inutile de couper les cheveux en quatre, je suis un homme pressé. Aussi je n’admettrai pas les déballages sur la place publique. S’il le faut je mettrai fin aussi aux places publiques. Je suis le chef. Pour le devenir j’ai dû jouer des coudes. J’ai trahi certains de mes amis mais plus que tout, la parole. Je lui ai fait tordre la réalité et vous ai vendu du rêve. Écoutez. Écoutez-moi bien. Taisez-vous. Vous me mangerez dans la main. Je suis l’homme de la situation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran