mauduit francois
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 janv. 2020

DIMINUTION DU TRAFIC POIDS LOURDS 2019 par rapport à 2018 sur Lyon-Turin

Nouvelle démonstration de l’absurdité d’une dépense de 26 milliards d’Euros pour le projet de deuxieme ligne ferroviaire Lyon-Turin, à coté d'une ligne rénovée pour 1 milliards et utilisée 6 fois moins qu'avant rénovation

mauduit francois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2019, il a circulé moins de poids lourds qu’en 2018 dans les tunnels franco-italiens du Mont-Blanc et du Fréjus.

Ce nombre de 1 399 717 camions est inférieur à celui de 2018, malgré le report de plus de 8 000 poids lourds du rail vers la route lié à la fermeture de la voie ferrée en juillet et à la grève de décembre. Il aurait été bien inférieur et la qualité de l’air bien meilleure, si le gouvernement avait donné des directives et mis en œuvre les solutions immédiates proposées par les ONG et les transporteurs routiers pour reporter le trafic de la route vers le rail.
En dehors des deux mois particuliers de juillet et de décembre, la baisse est de plus de 1% par rapport à 2018.

Ce chiffre est également inférieur à celui de l’année 1993 et confirme le plafonnement des trafics routiers de marchandises, malgré la faiblesse du fret ferroviaire sur cet axe transfrontalier où le trafic a fortement diminué, passant sous 3 millions de tonnes en 2019 par rapport à 10 millions dans les années 80; le trafic de fret ferroviaire journalier est depuis quelques années six fois moindre qu'en 2000 avant rénovation pour 1 milliard d'euros, avec 20 trains de fret par jour contre 120 !!!

En 2006, les promoteurs du projet Lyon-Turin concluaient à une perte socio-économique de près de 3 milliards d’euros, malgré des gains de pollution et de bruit surévalués et avec une prévision de 2,772 millions poids lourds pour 2017. Avec un trafic routier réel moitié de la prévision, la perte est encore plus importante, et la faillite de ce projet est inéluctable.

Après 5 ans d’exploitation, la liquidation judiciaire de la section ferroviaire transfrontalière Perpignan-Figueras, qui a pourtant un trafic de marchandise triple de l'axe Lyon-Turin, doit inciter le gouvernement à suivre les avis répétés des hauts-fonctionnaires unanimes qui, depuis plus de 20 ans, recommandent l’arrêt de ce projet, l’utilisation accrue de la ligne ferroviaire existante et des études sérieuses et indépendantes. 
Le Conseil d'Orientation pour les Infrastructures, dont les scénarios sont pris en compte dans la loi d'orientation des mobilités, écrivait encore le 1er février 2018, au sujet de la partie française du Lyon-Turin "il considère que la démonstration n'a pas été faite de l'urgence d'engager ces aménagements dont les caractéristiques socio-économiques apparaissent à ce stade clairement défavorables." et "il semble peu probable qu'avant dix ans il y ait matière à poursuivre les études relatives à ces travaux qui au mieux seront à engager après 2038"

Pendant que certains poussent à la dépense de dizaines de milliards sur un projet inutile à coté d'une ligne rénovée, sous-exploitée et compétitive d'après les études de l'UE, la France manque d'argent pour la maintenance de ses infrastructures.
à qui profiterait cette gabegie ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é