Un virus couronné et des Hommes…

La crise actuelle est autant culturelle qu’écologique ! Le capitalisme et la démocratie, sont en question. Pour penser un monde d’après, au moins, pourrions-nous nous entendre sur une base de critères partagés… Revendiquons 7 exigences pour une réelle politique de santé.

La certitude que tout était en train de commencer,
La certitude qu'il fallait continuer,
La certitude que cela serait interrompu
avant que d'être terminé.
Faire de l'interruption, un nouveau chemin,
 faire de la chute, un pas de danse,
faire de la peur, un escalier, du rêve, un pont, de la recherche...
une rencontre. »  Fernando Pessoa

 

En cette fin d’avril, le SARS-Cov-2 commence à être bien connu.
La dynamique de Covid-19, elle, semble moins circonscrite,
bien que les conditions de l’expansion pandémique s’éclairent elles-aussi…

Restent les Hommes !
La peur est certainement le trait le plus marquant…
Peur de la maladie, peur des autres,
Peur de l’étrange…
Peur de perdre des êtres proches…
Peur de perdre son moyen de subsistance…
Peur de ne pas retrouver son confort d’avant…

Mais, aussi, opportunisme du moment : gagner encore plus !

La peur…
Est-ce la peur qui a présidé au choix du confinement ?
Un repli ‘’chez soi’’, quand il y en a un ?
Dans le cocon familial, quand il y en a un ?

Ou bien est-ce un autre dessein politique ? Un complot, osons le mot !
Comment comprendre que des espaces de santé, les parcs, les jardins, les plages, les forêt et les champs (sauf ceux qui doivent être cultivés !) ont pu être soustraits aux promenades et aux repos ?

Faut-il croire que les décideurs politiques sont à ce point craintifs qu’ils ne fassent aucunement confiance dans les comportements citoyens ?
Ils les interpellent pourtant, au nom de l’économie !

Certes, nombre de comportements observés pourraient leur donner raison !
Mais, la consigne, les fameux ‘’gestes barrière’’ (pourquoi pas ‘’gestes de prudence’’ ?),
de protection de soi et de l'autre, ont-ils été assez clairement énoncés ?
Incontestablement brouillés par l’injonction ‘’Restez chez vous !’’.
Exception pour les travailleurs indispensables… cela va de soi !

Mais, le temps est venu d’essayer de prendre du recul et d’observer le système
avec un peu de hauteur, si possible.

Les origines de la rupture d’équilibre écologique, la pandémie provoquée par SARS-Cov-2, ont fait l’objet de plusieurs hypothèses. Une forte convergence pointe la destruction d’écosystèmes et l’érosion des biodiversités végétale et animale. Notre ignorance, encore, de la micro-biodiversité…

La mondialisation et les très nombreux déplacements humains, avec leurs rencontres et interactions, expliquent la diffusion de Covid-19.

Faudrait-il ‘’tracer’’ les Hommes pour rompre les chaines de transmission ?
Trop d’arguments viennent invalider la piste technologique !
Mais, à n’en pas douter, certains y voient des avantages… d’autres avantages !

L’opportunisme…
Celui du commerce qui a ouvert de nouveaux espaces, de nouveaux marchés…

L’opportunisme politique, voire politicien, qui met à profit l’effet de choc pour imposer des règles et règlements, restrictifs de libertés, impossibles à imposer en démocratie…

Les rêves de domination se trouvent exacerbés en période de déséquilibres... L’animal le plus puissant aiguise ses armes…

Les rêves de changements, eux aussi, deviennent possibles… penser un autre futur.
Une nouvelle perspective pourrait être ouverte aux idées.

Pouvons-nous dire qu’une nouvelle ère, au sens sociétal, est advenue ? Déjà…

Nous devrons vivre avec ce virus, et probablement avec le risque de nouveaux virus pathogènes.
Nous devons vivre, également et hélas, avec la menace d’évènements climatiques très dévastateurs.

Or, nous savons que nos activités anciennes sont à l’origine des déséquilibres. Plus d’un demi-siècle d’analyses, de concertations et de rapports le documente. Quelques vœux pieux pour peu de décisions !

La crise actuelle est autant culturelle qu’écologique !
Elle se traduit au plan sanitaire, bien sûr, et au plan économique, c’est évident.

Crise culturelle car la pandémie n’est pas comprise.
Elle est racontée, vendue, sur tous les médias avec un défaut effrayant d’arguments fondés, de confusions entretenues…
Comment pourrait-il en être autrement, tant notre éducation scientifique est rétrécie pour ne pas dire défaillante ?

Dans ce contexte, sommes-nous en mesure de penser les bases d’une nouvelle organisation sociétale ?

Sommes-nous en mesure de dépasser les forces qui constituaient la dynamique ancienne, ayant conduit aux crises en cours ?
Quels sont les points d’achoppement ? Les leviers du changement ?

Deux fondements de nos organisations, le capitalisme et la démocratie, sont en question.

Les signes de cette confrontation ne datent pas d’hier…
Les partisans de l’un ou de l’autre en souhaitent le renforcement. De toute évidence, le conflit a été exacerbé par les confinements décrétés…

La mobilisation des forces s’organise autour des (anciennes) instances politiques, mais avec un rapport de forces très disproportionné.
Pourtant, si l’accord, si le nouveau contrat social n’est pas possible, ce sera la guerre ! La vraie…

Puisqu’il y a rupture de système, vers quel système sommes-nous en train d’aller ?
Ou bien, quel nouveau système pouvons-nous envisager ?

L’heure du déconfinement ouvre déjà, de fait, le temps d’après… Le temps d’après, c’est maintenant !
Or, il n’y a ni analyse collectivement partagée, ni questions clairement formulées, ni choix proposés… Reste donc le passage en force ! Qui en tirera bénéfice ?

Les divergences de culture sont probablement trop grandes pour un consensus rassembleur.

Au moins, pourrions-nous nous entendre sur une base de critères partagés…

Tout le monde, Toutes et Tous, avons intérêt à une convergence politique, à une organisation commune pour une vie apaisée, équitable et solidaire.

Notre association, Esperanza21, propose 7 exigences pour des objectifs politiques de santé.
http://esperanza21.org/sites/default/files/Edito%2073%20SANTE%2C%20droits%20et%20devoirs%20%2822%20avril%202020%29.pdf

Une base inscrite dans les objectifs de l’ONU, les 17 ODD énoncés en septembre 2015, pour une stratégie de développement à l’horizon 2030.

Une base formalisée par l’OMS avec la convergence des ODD autour de la SANTÉ.
https://www.who.int/topics/sustainable-development-goals/objectif-developpement-durable-sante.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.