Soldats de tout le monde unissez-vous ! Au Sahel il y a place

Le nouveau ‘manifeste’ du Sahel commence ainsi. Dans le temps arriverons aussi la Grand Bretagne, le Pays Bas, le Turcs pour protéger leurs investissements, les Emirats Arabes très Unis pour faire du business et Dieu sait qui d’autres arrivera.

Le nouveau ‘manifeste’ du Sahel commence ainsi. Dans le temps arriverons aussi la Grand Bretagne, le Pays Bas, le Turcs pour protéger leurs investissements, les Emirats Arabes très Unis pour faire du business et Dieu sait qui d’autres arrivera. D’autre part le Niger, à sa façon, pour ce qui est des militaires, il n’a pas des leçons à apprendre de personne. Trois coups d’état militaires réussis, un dénoncé pendant l’actuelle République et l’ensemble de la vie politique qui se gère ou mieux se ‘prétorise’. Tout cela dans un délai démocratique assez bref qui a néanmoins enregistré des transitions militaires, régimes d’exception et une Conférence Nationale Souveraine en 1991. L’actuelle république, dans un contexte régional avec des contours préoccupants, a facilité l’ouverture conditionnée à la militarisation du territoire nationale. Entre bases militaires françaises, américaines, allemandes et présences plus réduites d’espagnoles et italiens, il y a des opérations coordonnées pour éradiquer les groupes armés terroristes qui croissent en nombre. Les attaques armés augmentent et ainsi les morts, les otages, les réfugiés et les déplacés. Les seuls qui diminuent jusqu’à s’approcher de la disparition sont les migrants, une fois bien reconnus authentiques protagonistes de sable. Maintenant ils sont confiés aux dunes du désert ou aux mains en forme de centres  de l’OIM, l’Organisation Internationales des Migrations (de retour ‘libre’ à la case de départ).

Entre temps les zones du pays et du Sahel peint en rouge par les chancelleries occidentales ne cesse d’augmenter. Se multiplient aussi les opérations militaires destinées à ‘neutraliser’ les ennemis et grandissent, dans la même proportion, les demandes des fonds, d’équipement et de formation pour la gestion des crises. Probablement le Sahel se confirmera, dans un prochain futur, comme un espace privilégié d’action pour les groupes d’inspiration idéologique armée. Des années de complicités, connivences financières et implicites adhésions aux idéologies religieuses d’origine salafiste ne pouvaient ne pas porter des fruits. On aura des guerres et des turbulences dans lesquelles, par sous-traitances militaires, intérêts différents verront l’Occident se mesurer avec des nouveaux acteurs, comme par exemple la Chine ou la Turquie. Ici comme ailleurs des guerres par procuration, avec la seule différence qu’au Sahel, dans le secret et en se moquant des tous les protagonistes, à gagner sera le sable. C’est lui qui tout couvrira avec son manteau. Diplomaties, stratégies, projets de développement, drones armés, bases militaires, camps pour les déplacés et les bureaux sophistiqués des Nations Unies. Le sable, avec la complicité du vent, enveloppera les banques, la nouvelle monnaie en gestation pour l’Afrique de Ouest, le troisième pont de Niamey et la Braniger désormais fermée. Mais tout cela les gens ne le savent pas. Le Sahel, en effet, se trouve à être le seul espace au monde dans lequel c’est le sable qui a le pouvoir.

Les guerres, d’ailleurs, avaient débuté bien avant. Des colonisations actualisées par les indépendances à la servitude cachée ou patente.  L’occidentalisation américanisée du monde, comme rappelait en son temps l’ami Serge Latouche, est apparue comme une violence armée de symboles et processus de conquête du monde. La guerre globale au terrorisme est le fruit médiatisé des événements du 9 septembre 2001 aux Usa. Cela a ensuite justifié d’autres guerres sans fin remplies de mensonges, en Irak et Afghanistan, par exemple. Tout s’est ensuite militarisé. Les ‘djihadistes’ ont été recrutés et ensuite formés par les occidentaux pour achever le ‘job’ en Libye en 2011. Cela a été ’exporté au Sahel et ailleurs. La racine‘ prétoriennes’ étaient donc dans les prévisions et il reste à se demander si tout ce qui se passe au Sahel est ‘innocent’ comme on nous le fait croire. La militarisation de l’espace en question fini par attires les groupes de la résistance globale djihadiste qui trouve dans les divisions régionales et l’absence de l’état des nouveaux arguments pour pénétrer les sociétés. La foire armée du Sahel risque de ne pas vite terminer et son coté anti-chrétien sorts de manière occasionnelle mas sans ambiguïtés. C’est seulement le sable qui sauvera ce qui reste du monde ainsi que les armes et ceux qui les utilisent l’ont réduit. Les armes, ne l’oublions pas, sont celles de la politique, de la religion et de l’économie que tout transforme en un dieu adorable de la part des régimes et pouvoirs de tout bord. Le sable millénaire du Sahel ne se laisse pas tromper, ni par les royaumes qui sont passés entre ses doigts, ni par les pouvoirs du moment. Sables de tout le monde unissez-vous !      

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.