Sures, ordonnées et régulières. Les migrations des fils de sable du Sahel

Le pacte global conçu pour les migrations les veut ainsi. Sures, ordonnées et surtout bien réglées. La doctrine de l’OIM, L’Organisation Internationale des Migrations, a été assumé per les Nations Unies et bien d’autres Pays. La migration que l’on voudrait imposer aux fils de sable du Sahel comme ailleurs se présente de la sorte.

Le pacte global conçu pour les migrations les veut ainsi. Sures, ordonnées et surtout bien réglées. La doctrine de l’OIM, L’Organisation Internationale des Migrations, a été assumé per les Nations Unies et bien d’autres Pays. La migration que l’on voudrait imposer aux fils de sable du Sahel comme ailleurs se présente de la sorte. La sécurité qui nous intéresse est d’abord alimentaire, celle de se soigner quand on tombe malades et celle de pouvoir payer le loyer avant la fin du mois. Nous concerne la sécurité de nos enfants afin qu’ils puissent terminer l’année scolaire et que les pluies tombent ponctuelles au rendez-vous des saisons. Nous aimons la sécurité qui devrait accompagner qui a choisi de voyager. Pour ceux qui osent traduire la mobilité en frontières qui se transforment en passerelles chemin faisant. La sécurité que vous nous imposez est devenue l’apanage, ici comme ailleurs dans le monde, des militaires et des entreprises qui en ont fait un des business les plus lucratifs du moment. Si migrations sures signifie pour vous ‘choisies’ alors on ne devrait pas éviter la question à qui reviendrait le droit de choisir. Nous voudrions être surs d’arriver à destination et d’être traités comme des sujets des droits humains. Nous voudrions de vous la sécurité de ne pas être détenus et ensuite refoulés de force au sable d’où nous venons.

Si les migrations que vous exigez devraient être aussi ordonnées, cela alors sonne comme une illusion sans future. Vous faites tout ce qui est dans votre pouvoir pour dérégler l’économie, la politique, le commerce, les cultures, la démocratie, les nouveaux nés et le climat. Vous avez colonisé une partie du monde et, avec la globalisation que vous imposez et gérez, vous la continuez encore. Vous avez tout fait pour ‘désordonner’ le monde et, avec les migrations, vous voudriez l’arranger. Le seul ordre qui vous intéresse est, en réalité, celui qui aide à maintenir les choses et le monde tel qu’il est, sans aucun changement. Quiconque oserait mettre en discussion le désordre que vous avez sciemment crée est accusé d’être un rebelle, un subversif et un terroriste. Vous avez réussi à changer les migrants en criminels qui défient, malgré vous, le monde que l’inégalité rend fonctionnelle à vos intérêts de classe. Votre ordre ne nous intéresse pas et nos migrations ne seront jamais conformes à vos projets. Nous revendiquons le droit de ‘désordonner’ vos arrogantes prétentions de garder vos privilèges. L’ordre que vous proposez se trouve bien accompli dans les camps de détentions des rêves les plus beaux que notre époque n’ait jamais produit.

Si, enfin, vous pensez négocier la régularité des migrations avec notre dignité, alors vous vous trompez. Vous n’arriverez jamais à nous modeler selon vos systèmes d’homologation économique. Vous nous avez d’abord définis clandestin et ensuite ‘illégaux’, occultant ainsi que ces mots ne sont que le fruit de vos choix politiques et éthiques. La régularité que vous préconisez est celle des cimetières et des supermarchés qui sont désormais vôtres cathédrales plus fréquentées. Nous préférons encore notre sable chéri, si fidèle à soi parce que ‘irrégulier’ comme les saisons du Sahel. Votre régularisation ne nous intéresse pas. Vous répétez la même histoire depuis des années, vous fabriquez armes, guerres et paix sans aucune retenue et à la fin vous arrivez comme les anges gardiens de l’harmonie universelle quand la fête de Noel s’approche. Vous utilisez les drones armés pour régler à votre manière les conflits et si cela ne suffirait pas vous construisez des murs afin de maintenir lointain ceux qui ne se reconnaissent dans votre monde. Pourquoi devrions-nous céder à vos règles, dictatures masquées de l’unique pensée qui vous intéresse : les marchandises produites, vendues et puis jetées après l’usage, exactement comme les migrants. Vous n’arriverez jamais à nous créer à votre image et ressemblance.  Nous sommes fidèles à notre sable et fiers d’en être les fils.

                                                                                        Mauro Armanino, Niamey, décembre 2018

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.