Les mains propres au Sahel et dans le reste du monde

‘Mains propres pour tous’. C’était le thème de la journée mondiale du lavement des mains avec le savon. Rien à reprocher quand on sait que se laver les mains avec le savon avant de manger est une forme d’hygiène elementaire.

 

 

‘Mains propres pour tous’. C’était le thème de la journée mondiale du lavement des mains avec le savon. Rien à reprocher quand on sait que se laver les mains avec le savon avant de manger est une forme d’hygiène elementaire. Le nouveau ministre des Eaux et de l’Assainissement, déjà ministre de la défense du Pays, l’a bien rappelé pendant l’allocution prononcée à l’occasion de la célébration, le 15 octobre. ’Mains propres pour tous’, il rappelait, c’est le thème choisi per le 2019. En effet les spécialistes de la santé présentent cette opération comme la plus efficace et la moins couteuse afin de prévenir plusieurs maladies infectieuses qui provoquent le décès d’environ 3,5 millions d’enfants dans les Pays le plus pauvres. D’autres études ont d’ailleurs révélé que le lavement des mains avec le savon fait reculer les maladies de la peau, les infections oculaires et les vers intestinaux. Un moyen, donc, ‘efficace et simple de prévention des maladies et donc de sauver des vies humaines’, a rappelé encore le ministre de l’Assainissement et des Eaux.

Rien à reprocher donc, pour une fois nous sommes à l’avant-garde de tout ce qui est allé s’affirmant avec la tan louée et ambiguë globalisation. ‘S’en laver les mains s’est transformé, chemin faisant et avec la complicité des plus fameux ‘Think-Tank’, les centres de la pensée, les universités, les groupes d’intérêt et surtout les politiques, l’option préférentielle des citoyens d’aujourd’hui. Se laver les mains avec le savon s’est graduellement transformé en S’EN LAVER LES MAINS qui caractérise, depuis un certain temps, l’adhésion au système de consommation des biens et personnes. C’est le nouveau ‘mantra’ d’une partie du monde contemporain qui soutient l’inutilité de la recherche d’alternatives à ce type de société. Pour certains on vit dans une ‘jungle’ donc c’est le ‘se sauve qui peut’ : chacun pour soi et Dieu pour tous ! De ce point de vue nous avons un illustre antécédent qui nous est proposé par l’évangile selon Mathieu. Ponce Pilate, le gouverneur romain de la Judée sous occupation, prend de l’eau et se lave les mains devant la foule en disant’ Je ne suis pas responsable de la mort de cet homme. C’est votre affaire’! Il fut ainsi qu’un innocent fut condamné à mort.

Depuis lors bon nombre de politiciens et religieux ont utilisé la même métaphore. On s’en lave les mains et on donne la faute à l’économie qui soutient le système qui a son tour se base sur une philosophie qui définit la personne humaine comme un ‘loup pour les autres personnes’. La première ministre du Royaume Uni avait textuellement affirmé de n’avoir jamais rencontré quelque chose appelée ‘société’, mais seulement des individus…On se lave les mains des souffrances crées par les choix économiques et sociaux. Dans le Pays ou nous avons justement invités à nous laver les mains avec le savon, c’est le démantèlement de l’éducation qui se présente comme l’exemple le plus emblématique. Des dizaines d’écoles sont fermées pour des raisons de sécurité mais tant que se seront les ‘invisibles’ à disparaitre des classes rien d’important changera. On se lave les mains des enfants de sable et des paysans dont ils sont issus. On se lave les mains des jeunes universitaires effacés du registre comptable du future à inventer. On se lave les mains des pauvres pars qu’ils ne sont pas aptes à consommes des marchandises dans les supermarchés. Surtout on se lave les mains de Dieu qu’un use comme garant pour notre bon plaisir.

La journée mondiale du lavement des mains du 15 d’octobre c’est un appel à une évolution hygiénique. Les ‘mains propres pour tous’ c’est une invitation qu’il faut ensemble observer et contester. ‘Se salir les mains’ dans la politique, pour la justice sociale et la dignité pour tous signifie se laver les mains dans le respect de ce que nous avons de plus sacré et propre dans le monde. Les Pères des Indépendances et de nos Républiques, dont plusieurs ont donné leur vie afin que nous puissions vivre dans la liberté, avaient leurs mains rendues propres par une conscience aujourd’hui égarée. L’hygiène des mains devrait aller avec l’hygiène sociale, l’égalité des droits et un travail digne pour tous. Parce que la démocratie, qui est un état d’esprit, puisse fonctionner il faut des militants, des citoyens préparés et donc des personnes disposées à se ‘salir les mains’ dans la quotidienne recherche du bien commun. Seulement alors et pas avant il sera acceptable de se laver la main avec le savon. A ce moment les mains seront finalement libres.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.