Mauro Niger
Abonné·e de Mediapart

179 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

Les trois frontières du Sahel

. L’espace choisi est celui du Liptako-Gourma, appelée des ‘trois frontières’ : Burkina-Mali-Niger, où la présence des groupes terroristes accentue la pauvreté et l’insécurité. Néanmoins, à bien regarder, les trois frontières sont bien d’autres !

Mauro Niger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est la zone dans laquelle les "populations sont dans le dénuement total, avec des personnes déplacées, où les besoins sociaux sont énormes. Ce programme que nous avons lancé vise à doter ces populations de centres de santé, d’écoles et le plus important : de points d’eau", a expliqué à RFI, Mikailou Sidibé, le chef du département infrastructures du G5 Sahel. Sidibé fait allusion à un financement du gouvernement allemand qui, dans cadre du G5 Sahel (force conjointe des militaires de la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad) donnera la priorité aux populations victimes du terrorisme. L’espace choisi est celui du Liptako-Gourma, appelée des ‘trois frontières’ : Burkina-Mali-Niger, où la présence des groupes terroristes accentue la pauvreté et l’insécurité. Néanmoins, à bien regarder, les trois frontières sont bien d’autres !

La première est celle de l’hypocrisie militaro-humanitaire. Elle consiste, comme dans le script d’un film déjà vu ailleurs, dans la préparation du terrain pour la création du chaos, d’en faciliter le maintien et d’arriver, à travers les financements attendus, à se présenter comme les sauveurs de la patrie. Chauffeurs et pompiers selon les circonstances afin ‘d’attirer des fonds’ pour les projets de développement. Exactement comme les Groupes Armés Terroristes et le Forces Armées, composées par des militaires locaux et étrangers. Commerces, armes et géopolitiques des ressources s’imbriquent pour former un front unique : tant qu’il y a la guerre il y aura un futur pour les fabricants de guerres.

De manière analogue, un procès semblable se passe dans le domaine migratoire. Avant on crée les frontières extérieures de l’Europe dans le Sahel, interdisant ‘manu militari’ la libre mobilité des migrants et, en échange, on impose des projets de développement biaisés, appelés ‘Fonds Fiduciaires’ qui auraient l’ambition d’atteindre les ‘racines profondes des migrations’. La logique est la même, on change simplement le secteur d’intervention, les acteurs et les dispositifs d’application. En premier lieu avec l’invention et exportation d’une idée unique de frontière. S’en suivent ensuite les mécanismes de formation et de gestion des frontières par exemple à travers EUCAP Sahel (mission civile de soutien aux capacités de sécurité intérieure), l’Organisation Internationale des Migrations, OIM, pour rapatrier les migrants ‘volontaires’ et finalement le monde humanitaire. Ce dernier s’occupe, bien sûr grâce aux financements extérieurs, de panser les ‘blessures’ des migrants vulnérables. Tout cela sans ne nullement mettre en discussion le système qui engendre cela. Voici donc la deuxième frontière du Sahel !

La troisième frontière, en revanche, ressemble davantage à un abime qui sépare, d’un bout à l’autre, le monde. Un abime qui, comme dans la parabole du riche qui donne des banquets chaque jour à ses amis dans son palais et du pauvre Lazare qui, invisible à ses yeux, reste à la porte avec l’espoir de se nourrir de tout ce qui tombe de la table du riche. L’abime existe et se creuse grâce à la globalisation de l’invisibilité des ‘pauvres Lazares’ de nos jours qui, sans le savoir, représentent le seul espoir de changement du monde. L’abime entre le Nord et le Sud ne se trouve pas seulement entre les continents mais il se reproduit à l’intérieur des Pays, des villes et des campagnes. On le trouve aussi entre les différentes générations et surtout dans le plus profond de l’esprit humain, appelé ‘cœur’. Cette dernière frontière, l’abime’, est celle qui se trouve à la base des deux autres précédemment citées. Elle se manifeste à l’extérieur par des murs, des barbelés, des camps de détention, de cimetières délocalisés et par le confinement des peuples ‘inutiles’.

Voilà pourquoi les ‘gardiens des racines’ et le constructeurs des ponts, sont considérés dangereux par le système qui engendre l’abime. Pourtant c’est seulement par eux que pourra germer la quatrième frontière appelée ‘utopie’.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan