max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

676 Billets

3 Éditions

Billet de blog 7 mars 2016

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

8 mars : une fête ? Non ! La lutte des femmes est plus que jamais d'actualité !

Seule la pensée libertaire, attention ! je dis bien libertaire. Pas anarchiste. Ne pas confondre SVP ! Seule la pensée libertaire a vraiment mis les femmes à égalité avec les hommes.

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela commence avec Rabelais dans son abbaye de Thélème où hommes et femmes vivent en harmonie et à égalité avec pour devise : " Faye ce que voudras !"

Cela se prolonge ultérieurement avec Olympe de Gouges qui, en 1791, écrit sa "Déclaration des Droits de la Femme et de la citoyenne" même s'il ne faut pas placer Olympe dans le courant libertaire mais féministe. La Révolution mettra femmes et hommes à égalité dans l'héritage et instituera le divorce. Na poléon Ier et la Restauration revenant bien entendu sur ces "avancées". En bons méditerranéens patriarchaux le Code civil donnera aux femmes le même statut juridique qu'aux enfants et aux malades mentaux.

Evoquons les soeurs Mahé, Anna (1881-1960), Emilie Lamotte (1877-1909), Rirette Maîtrejean (1887-1968), Jeanne Humbert, Lucienne Gervais, May Picqueray, Madeleine Vernet, Nelly Roussel, Marguerite Desprès, Sophie Zaïkowska et tant d'autres... Pas de danger qu'elles apparaissent dans les livres d'Histoire du collège ou du lycée.

Une grande figure du féminisme libertaire est Madeleine Pelletier (1874-1939) Bachelière avec un 18/20 en philosophie, à une époque où le bac était le fait d'une élite,  elle entama des études universitaires en physique, chimie, sciences naturelles puis entra en médecine. A partir de 1900, elle publie ses premières études dénonçant la théorie selon laquelle "les femmes sont moins intelligentes que les hommes puisque leur crâne est plus petit" (sic) Première femme à se présenter au concours en psychiâtrie, elle fut bien entendu recalée (vengeance mesquine de ces messieurs). Elle revendiqua le droit de vote pour les femmes, le droit à utiliser des contraceptifs, le droit d'avorter, le droit de disposer de son corps. Pour elle-même elle exigea de se coiffer et de s'habiller comme un homme, le droit à la virginité ; elle écrivit d'ailleurs un roman, autobiographique titré  La femme vierge.

Dans "Le Libertaire 22 avril 1921" elle écrit : "L'esclavage patronal est beaucoup moins grand que l'esclavage sexuel : il ne dure que huit heures par jour, alors que l'esclavage marital est de tous les instants. Il est plus facile de lâcher un patron exigeant qu'un mari autoritaire et brutal. Dans la société capitaliste, le fondement de la liberté, c'est l'argent. Quand la femme gagne sa vie, elle se sent beaucoup moins en la puissance de l'homme que lorsqu'elle doit attendre du bon vouloir de cet homme, le bifteck quotidien. La femme est un individu qui a le droit de vivre sa vie. C'est à elle et non à l'homme de décider ce qu'elle doit faire, comment elle doit se coiffer, s'habiller, si elle veut ou non travailler. Les ouvriers sont punis par où ils pèchent : ils demandent la liberté pour eux-mêmes dans la société et ils veulent maintenir la femme en esclavage dans la famille. La femme popote est bornée, opposée à la révolution, aux grèves. C'est son action doucereuse, lente mais certaine qui maintient les masses dans la veulerie et la lâcheté présentes. Il n'y avait qu'à écouter les propos des ménagères au marché, lors des grands mouvements grévistes de 1919, pour être fixé à cet égard. Quand le souvriers comprendront-ils que la femme esclave est le plus grand obstacle à leur affranchissement ? "

C'est dans le prolongement de ceux de Voltairine de Cleyre contre le mariage.

Elles précèdent donc Simone de Beauvoir.

Quant aux propos des femmes râlant contre les grèves, mon épouse les entendit en mai 68, dans le jardin public où elle surveillait les jeux de nos deux aînés. Cela ne s'est pas amélioré avec l'endettement des foyers, le consumérisme, le poids des loyers, des remboursements de la voiture ou de la maison, le coût des études et les impôts plus les vacances éventuelles, le tout dans une atmosphère de précarité et de mise en concurrence perpétuelle des citoyens entre eux.

Je suis toujours attristé lorsque je vois des femmes participer activement à la perpétuation de leur statut de "soumises" lorsqu'elles succombent aux préceptes des coutumes (excision, mariages forcés, acceptation des coups, ensachage de leur corps, honte de leur beauté, criminilisation de leurs droits sur leur personne avec les mouvements anti-avortement...), à leur statut d'êtres maléfiques dans les religions abrahamiques ( éternelles descendantes de Lilith et d'Eve ayant subi les tentations du diable au détriment de ce benêt d'Adam dans ce mythe merveilleux où passer de l'état d'animal à celui d'humain, d'être inconscient à celui de conscient en accédant à la Connaissance serait LE péché originel alors qu'il est le triomphe du savoir sur l'ignorance).

Décidément, combien faudra-t-il de 8 mars pour qu'enfin les femmes soient à égalité de droits et de devoirs avec les hommes ?

Que le 8 mars fasse "leur fête aux hommes" en condamnant leur machisme de terreurs de bacs à sable qui continuent à victimiser la moitié de l'humanité. Honte à eux !

Ce billet n'aurait pu être écrit sans la lecture passionnante du livre de Michel Perraudeau, paru chez Autrement " Eloge des Libertaires" sous-titré Les 100 mots du libertarisme, à mettre entre toutes les mains.

Et en cadeau à mes lectrices :

 Connaissez-vous la rose-lune

Connaissez-vous la rose-temps

L'autre ressemble autant à l'une

Que le miroir de l'étang

L'une à l'autre se reflétant (...)

 Connaissez-vous la rose-crainte

Connaissez-vous la rose-nuit

 Toutes les deux qui semblent peintes

Comme à la lèvre est peint le bruit

Comme à l'arbre est pendu le fruit

 Toutes les roses que je chante

Toutes les roses de mon choix

Toutes les roses que j'invente

Je les vante en vain de ma voix

Devant la Rose que je vois

                           ARAGON ( Elsa)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma