Quels sont les vrais grands sujets du moment ?

Certes, il y a la justice aux ordres qui vient de blanchir une bande d’escrocs, à propos de turpitudes affairistes à caractère international : Tapie, Adidas, LCL, USA, Lagarde, Sarkozy, Woerth and Co.

Certes, après Castaner, comte du LBD, et éborgneur de citoyens français, on a aussi Blanquer, l’homme qui est responsable de l’Education Nationale, mais contre l’avis des enseignants et des parents d’élèves. «Eh du con ! Eduquons, mais selon mon bon vouloir et au moins cher possible.»

Certes, le citoyen français, est en voie de disparition aux yeux de l’oligarchie du petit nombre aristocratique des nantis et de leurs chiens de garde. Il n’est plus qu’un «consommateur» et «une variable d’ajustement». Car dans ce monde-là, Monsieur, Madame, ne sont humains que les personnes de la haute société d’affaire. Les autres, on les met en chiffres, en nombre, en statistiques, en valeur marchande.

Certes, il y a la souffrance au travail dans tous les secteurs et le démantèlement de la fonction publique, ce qui n’est pas rien, mais si nécessaire aux comptes de la Nation et à l’obéissance au Saint Marché pour le plus grand profit du privé. Privatisation des bénéfices, socialisation des pertes. Les banques furent sauvées et le seront à nouveau.

Et pourtant :
l’on commence à entrevoir qu’il n’y a pas d’autre planète de rechange, et que le satellite sur lequel grouillent quelques milliards d’homuncules commence sérieusement à donner des signes de dangerosité à cause des pollutions diverses qui s’aggravent exponentiellement, et que les soutes sont en voie d’épuisement ;

le système économique dominant, reposant sur la croissance infinie des êtres humains et des objets constitue la part la plus importante de cette mise en danger de notre Terre et de ses passagers sans qu’il soit vraiment remis en question par les gouvernements des différents pays qui sont à son service ;

la prolifération des armes de plus en plus sophistiquées, y compris les armes nucléaires qui s’ajoutent à une utilisation du nucléaire civile sans que l’on sache maîtriser les déchets ultimes qui menaceront les générations futures n’inquiètent qu’une faible partie de la population ;

les perturbations climatiques, les guerres alimentées par le commerce des armes fabriquées dans les pays riches, la démographie galopante de certains pays d’Afrique, les rivalités religieuses servant de prétextes aux rivalités économiques, le contrôle des ressources minières et de l’agriculture d’exportation sont à l’origine de migrations forcées des zones dangereuses vers des zones plus stables au grand dam des populations repues qui refusent la responsabilité de leurs actes en se barricadant derrière des frontières, des murs, des camps voire pratiquant une indifférence criminelle à l’égard de ceux qui se mettent en danger pour voguer à travers la Méditerranée tombeau d’azur d’innocents engloutis qui n’empêcheront nullement les vacanciers de se baigner dans les mêmes eaux ;

la recherche de pointe, le management, la soif inextinguible de profits de la part des actionnaires, l’arrivée de l’intelligence artificielle ont pour conséquence, la suppression de postes de travail, des mutations de sociétés, le grand remplacement des travailleurs par les machines et de ce fait, l’impossibilité de donner un travail à chacun, ou à chacune. Le salaire universel pour tous s’impose, conséquence normale de la robotisation des tâches, avec imposition sur le matériel ultra-performant à l’origine de ce rejet des humains. Il s’agit bien d’une nouvelle révolution industrielle en cours...

Mais parlons d’autre chose. Tout cela est si sérieux, si ennuyeux ! Le Tour de France, le prochain maire de Paris, les JO, et les vacances de ceux qui prétendent nous gouverner, sont des sujets autrement porteurs.

On va bien nous sortir un petit scandale estival, histoire de nous donner une série d’articles croustillants que l’on se gardera de trop relier avec les vrais sujets politiques que j’ai tenté de sérier tout en sachant qu’il doit encore en manquer.

Allez ! Bonnes vacances à tous ! La rentrée sera au taquet, comme d’habitude.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.