La haute trahison !

 

 

 

Les accords de Wagram, siège du Medef, entre les patrons et trois syndicats de salariés, constituent un enterrement de première classe de « l’esprit » du Conseil National de la Résistance, tel que le réclamait depuis des années le Medef, et que la droite n’avait réussi à imposer qu’en partie.

Trouvez ci-dessous l’analyse remarquable de Gérard Filoche, à la fois, militant Cgtiste et membre du BN du Ps, qui doit être épuisé entre ce qu’il vit et ce qu’il voudrait vivre.

 

http://www.filoche.net/2013/01/12/rien-contre-le-chomage-le-medef-a-bloque-tout-avancee-pour-les-salaries-dans-cet-accord-axa-signe-par-une-minorite-syndicale/#.UPHXvuNzK3k.twitter

 

On remarquera que la manif des réactionnaires de l’UMP et du FN, des cathos intégristes et des fous de dieu dans les trois religions du Livre, plus la guerre au Mali et le fiasco de notre opération en Somalie, permettent de camoufler cette ultime trahison de la classe ouvrière et des salariés en général dans les gazettes d’hier et d’aujourd’hui.

 

On aimerait mieux connaître le financement des syndicats de salariés signataires. On sait que leurs « responsables » à la retraite sont recasés avec sinécures sonnantes et trébuchantes, voir sur wiképia ce que sont devenus Notat  http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicole_Notat  et Chérèque 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Ch%C3%A9r%C3%A8

par exemple.

 

Il est vrai que dans le cadre de la mondialisation et de la compétitivité, l’avenir des conditions de travail et du code du travail doit se trouver du côté de Shenzhen, de Ho Chi Min ville, de Pnom Pen ou de New Dehli.

C’est ça être moderne ! Revenir aux temps merveilleux du XIXe siècle, Guizot encourageant les nantis : « Enrichissez-vous ! », avec travail des enfants, journée de douze heures, salaires de misère et les effets de la loi Le Chapelier interdisant les syndicats, les mutuelles et tout ce qui ressemblait à une lutte de classe, à une organisation de salariés.

Dans la novlangue, « L’avenir, c’est le passé ».

On a connu cela sous Sarkhosy, l’on vit le changement avec Hollandéou.

Bravo ! Il y a de la Légion d’Honneur dans l’air et de la misère pour le peuple.

Se laissera-t-il faire ? A-t-il encore une conscience de classe ? Comment envisage-t-il son futur ?

Gare aux fausses espérances : chacun pour soi, auto-entreprise, Française des Jeux, FN, drogue, révolte sans révolution, sports, télé anesthésiante, religions et autres dérivés aliénants.

Sait-il qu’il est le plus fort, le plus nombreux, et même le souverain, de par la Constitution, ce qui fait que ceux qu’il a élus, sont ses serviteurs et non ses maîtres ?

Gros travail d’éducation civique en vue !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.