Triste 14 juillet 2013

 


 

Pourtant, il fait beau. Les petits enfants poussent bien. Les enfants ont presque tous un emploi. Ce sont les vacances et l’Etat, qui a dévoyé l’anniversaire de la Fête de la Fédération en en faisant l’étalage de ses forces armées, va, par télévision interposée, nous offrir le spectacle annuel des soldats de plomb de notre enfance, avec la famille Drucker en cadeau Bonux.

Sauf que pour les jeunes, les soldats, ils s’en fichent comme de leur première Pampers : ils n’ont plus de service militaire à faire. Et leurs soldats à eux, ce sont des « warriors » avec lesquels ils s’éclatent dans leurs jeux électroniques.

Triste 14 juillet, dans la mesure où la gauche en totale reniement avec elle-même nous offre le spectacle d’un monarque isolé, bien dans la continuité de son prédécesseur, puisque, comme tous les chefs d’Etat de l’UE, il n’est que le fondé de pouvoir de la finance internationalisée. Lire l’excellent article sur ce « comptable » qui nous gouverne.

http://www.mediapart.fr/journal/france/120713/la-republique-des-comptables-lunettes

        Triste 14 juillet, avec la preuve par six morts au moins du manque de sérieux de l’entretien du réseau ferré français. A l’heure où l’avenir est aux transports en commun, nous commençons à payer le « tout par la route », et la politique de prestige des TGV. Ce n’est qu’un début.

Triste 14 juillet, malgré une étape du Tour de France qui se terminera au sommet du Ventoux.

Les forçats de la route devront se frayer la montée au milieu des vociférations d’une foule en transes, en pleine après-midi, et en développant des watts qui en feront des surhommes, c’est à dire des humains très bien « préparés » par les dernières découvertes en chimie fine pharmaceutique.

Spectacle vil du consumérisme comme raison de vivre grâce à la caravane publicitaire, spectacle antique des cirques romains où nos ancêtres prisaient fort la mort des gladiateurs.

Là, on admire et l’on jouit de la souffrance du cycliste, quitte à ce qu’il crève sur les cailloux chauffés à blanc comme Simpson jadis.

Je ne regarderai pas la télévision. Elle me débecte de plus en plus.

Triste 14 juillet, où Le Monde nous apprend que la « majorité des sympathisants de l’UMP serait favorable au retour de leur Caïd de Neuilly ».

 

La France, comme le reste du monde, semblerait avoir définitivement perdu tout sens moral.

On absout les menteurs, les tricheurs, les traîtres, les voyous, les profiteurs. On voue aux gémonies les petits délinquants. L’on est dur avec le peuple, les salariés, les chômeurs, les retraités. On admire les requins de la finance, les caïds qui nous pillent en bandes organisées, et l’on se soumet avec une veulerie incommensurable aux caprices de l’Empire US, qui n’a qu’une politique depuis 1919 : dominer le monde. « Nous sommes les plus forts et nous le resterons, car (sous entendu) nous sommes le peuple élu de Dieu ».

Et tous les moyens sont bons.

Triste 14 juillet où le pays des Droits de l’Homme, de la Liberté et de la Fraternité, n’a rien fait pour aider M. Snowden qui a eu le courage de dénoncer ce qu’il juge avec quelques autres comme un scandale d’Etat : l’espionnage systématique des citoyens de cette planète par les services secrets US.

 

A part cela ! Bon dimanche à tous.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.