Samuel Paty : mort au champ du savoir et de la liberté d'expression

Pour avoir fait son travail de passeur d’idées, de pédagogie aidant les adolescents à devenir adultes, c’est à dire des citoyens responsables et ouverts sur le monde, il a été assassiné au nom d’Allah le Miséricordieux !

 Qu’est-ce que la Miséricorde ? Savoir pardonner.

Les « fous de dieu » quels qu’ils soient ignorent le sens des mots et ne comprennent pas ce qu’ils lisent dans leurs livres prétendument sacrés.

Éduquer a toujours été la hantise des fanatiques de toutes confessions. S’attaquer aux enseignants, surtout quand ils sont laïcs, détruire les écoles, empêcher les filles d’apprendre à lire et à écrire se retrouvent un peu partout au cours de l’Histoire de l’humanité.

C’est pourquoi, de tout temps, enseigner a toujours constitué un danger. Car enseigner c’est parler de choses, de faits, de réalités, de vérités parfois remises en question, de doutes en contradiction avec les certitudes de ceux qui croient. Qui croient savoir. Qui sont détenteurs de leur vérité comme si il n’y avait qu’une seule vérité : la leur !

Première affirmation : les dieux sont des inventions des humains pour répondre à leur angoisse d’être conscients qu’ils sont mortels.

Pas d’hommes, pas de dieux. Difficile à avaler pour ceux qui croient que du rien tout a été créé et que dieu existe de toute éternité. Pourtant, zéro plus zéro fait toujours zéro. Du moins dans une des mathématiques. Et Dieu a une histoire. Lire Régis Debray.

Deuxième affirmation : les livres dits sacrés, ont été écrits à plusieurs mains sur plusieurs siècles et renferment tout et son contraire.

C’est ce qui explique que certains croyants, par leur foi, se comportent en citoyens admirables, généreux, fraternels, compatissants et encore plus miséricordieux que le dieu des livres. Et que d’autres, s’appuyant sur ces mêmes livres, mais dont ils ne lisent que les extraits qui plaisent à leurs délires et passions se comportent en assassins, en dictateurs, en détenteurs de leur vérité avec le désir de soumettre tout le monde à leur folie.

C’est valable pour toutes les religions qui possèdent leurs extrémistes, leurs « fous » qui ne sont pas à une contradiction près.
Ainsi, voit-on les « pro-life », grands défenseurs de la Vie avec un « V » majuscule être bien souvent favorables à la peine de mort. Comprenne qui pourra. Oui ! Les fous sont au pouvoir, et pas seulement aux USA et au Brésil.

Même les « religions » sans dieu décervellent les masses. On se souvient du culte de la personnalité sous Staline, Mao, Pol Pot et aujourd’hui Kim Jong Il.
Dominer, soumettre, faire s’agenouiller l’humanité et servir les intérêts d’une minorité. C’est le rôle des religions qui mettent en place les tabous et les lèvent selon le bon plaisir des princes.

« Tu ne tueras pas ! » ainsi est défini le dixième commandement. Sauf, lorsque le goupillon s’allie au sabre et lève le tabou. Alors, tuer devient un droit et même un devoir. Le sang des innocents peut abreuver la terre, « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! » est plus que jamais d’actualité avec cette guerre au sein des populations (GSP) que nous vivons, en plus, de l’épidémie de Sars-Cov-2 !
Car, ne nous cachons pas derrière je ne sais quelles considérations de tolérance, il existe bien, au sein de l’oumma des tendances wahabites et salafistes qui placent la charia AVANT les lois des pays dans lesquels ils vivent, dénaturant ainsi la religion musulmane dont la majorité des croyants-pratiquants ou non en sont les premières victimes.

Troisième affirmation : toute religion conduit à la fois à l’hypocrisie et à la schizophrénie. Voir ce qui vient d’être rappelé.

On pourra croire à la volonté de paix et au respect de la vie lorsque les aumôniers militaires des différentes religions auront été supprimés.

Mais comment vendre sa vie en étant conscient qu’il n’y a qu’une seule vie ? D’où la nécessité de faire croire à n’importe quel prix en une vie au-delà de la vie. Et ça marche !
Crèche obligatoire dans les casernes de la Légion Étrangère. N’est-ce pas mignon ? Ce qui doit poser problème pour les engagés judaïques ou musulmans. Qu’à cela ne tienne ! On fêtera aussi l’Aïd et on respectera le ramadan.
Et quand on meurt pour les compagnies minières et le CAC 40, on a droit au Paradis et une médaille.

Quatrième affirmation : il est du devoir des enseignants de remettre en question les textes dits sacrés.
Ils n’ont pas plus été inspirés par IWH Adonaï, Dieu ou Allah que moi qui écris ces lignes. Ils ne disent pas la vérité. Ils sont incompatibles avec les progrès de nos connaissances scientifiques.
Non ! La Terre n’est pas plate et n’est pas le centre de l’univers ! Le créationnisme est nié par toutes les sciences de la Nature preuves à l’appui. Que cela plaise ou non aux parents qui sont indignes d’inculquer à leurs enfants des mensonges aussi stupides.

Cinquième affirmation : la tolérance s’arrête là où commence l’intolérance. Il n’y a pas de dialogue possible avec des fanatiques.

Personnellement, ça me désole un peu de rencontrer des gens qui croient à la Trinité, à la prochaine venue d’un Messie, à la Virginité de Myriam ou que le seul dieu digne de ce nom est Allah. Mais après tout, tant qu’ils ne m’imposent pas ce qui les aide à vivre, c’est leur problème et je les respecte surtout s’ils sont fraternels et généreux.
Mais qu’on vienne m’imposer une croyance quelconque, qu’on en arrive à égorger un de mes collègues parce qu’il a fait son métier, là on passe une frontière qui va, hélas se retourner contre tous les musulmans, une fois de plus.

C’est l’aspect suicidaire de ces haineux qui ne défendent nullement la religion de leurs pères et mères mais au contraire en constituent la pire image. Ils n’auront pas ma haine, ce serait faire leur jeu. Ils n’auront pas non plus mon pardon. Qu’ils se contentent de ma miséricorde et de ma compassion. Je les plains plus que je ne les crains. Ils ne m’ont jamais fait taire. Ce n’est pas demain que je m’arrêterai à dénoncer leur folie, leur bassesse, leur lâcheté et surtout, leur hypocrisie, quelle que soit la religion qu’ils pratiquent.

Nous autres occidentaux, on connaît, on a vécu cela jadis. Les guerres de religions, l’Inquisition, les tribunaux ecclésiastiques, les massacres inter-religieux, merci ! On a déjà donné.
Et c’est pour éviter de retomber dans de tels excès que l’on a conçu la laïcité. Soit la liberté reconnue à chacun de croire ce qu’il veut, de pratiquer la religion de son choix, tout en respectant les autres religions et surtout tous ceux qui n’en ont plus, n’en ont pas et n’en veulent plus.

De même que l’habit ne fait pas le moine, la barbe ou les sacs à enfermer les femmes ne font pas les musulmans.

Quant à la théologie qui pointerait de nouveau son nez à l’université, eh, eh, elle est à la philosophie ce que l’astrologie est à l’astronomie, ne l’oublions pas !

La France se doit de s’arrêter, de se figer, et de se recueillir en mémoire de ce collègue, mort au champ du savoir et de la connaissance.
Sans haine et sans peur, la raison et la fraternité doivent l’emporter.

Courage ! En ces temps de GSP, l’heure de la Résistance a sonné.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.