"Et l'athéisme dans tout ça ?"

(copie du commentaire déposé ce jour à propos des tables rondes d'hier sur Médiapart)

Non ! Je ne me prends pas pour Chancel.

Mais, alors que nos éminents interlocuteurs sont parfaitement d'accord pour qu'un effort soit fait, à l'école pour un enseignement du "Fait religieux", il me semble que l'athéisme, une fois de plus a été pudiquement conservé sous le boisseau. A croire que nous en sommes restés à ce déisme voltairien, qui se traduisait par cette nécessité de la religion pour les "petites gens" afin que le peuple se tienne tranquille et laisse la bourgeoisie et la noblesse, jouir de leurs privilèges.

J'ai une grande admiration pour Morin, Stora et Debray, mais j'ai été un peu déçu par leur timidité face à la nécessité d'introduire la philosophie dans les têtes multicolores qui encombrent nos classes, à moins que j'aie mal écouté.

Quoi ! Est-ce le manque de fauteuils Voltaire dans les locaux de Médiapart, qui les a empêchés de se lever contre l'Infâme ? Quand ont-ils défendu la Raison avec force ? Quand s'en sont-ils pris aux billevesées constitutives des religions ? Quand ont-ils dénoncé cette croyance en une vie au-delà de la vie et qui permet aux "martyrs" d'assassiner qui ils veulent, où ils veulent, quand ils veulent, Dieu, Allah ou IWH faisant le tri, APRES que la mort ait emporté coupables et innocents ?

Discours convenu, agréable, où le peupleu se sent soudain moins sot devant tant d'érudition contenue et de savoir-vivre salonnard. Prolongation d'une tradition française avec M. Plenel en Mme du Deffand. Rien de bien révolutionnaire chez ces anciens combattants de la Liberté...

Presque une gêne, car, il faut désormais faire très attention à ce que l'on dit. C'est enregistré. Ce sera analysé : la preuve. Alors, pas question de se lâcher.

Ces "intellectuels" auraient quand même pu, modestement, humblement, le béret à la main, rappeler que depuis des siècles, tout penseur, tout chercheur, tout homme de science et de sapience digne de ce nom, a toujours été em... par les religieux des différentes confessions si sa pensée, sa découverte remettait en question les fondements de la religion prétendument révélée dont les prêtres, cette caste de brahmanes, toutes religions confondues, se sont déclarés les gardiens.

La liste est longue des enfermés, des torturés, des brûlés vifs, des écartelés, des coupés en morceaux.

La philosophie recherche des vérités, les religions les décrètent. Merde ! ça fait une sacrée différence. Encore faut-il pouvoir l'enseigner sans danger de se faire tuer.

Car, plus que jadis encore, nous vivons sur une même planète, mais dans des temps différents.

Obligés de nous assumer, de prendre nos responsabilités, d'accepter notre finitude, de prendre conscience que nous n'avons qu'une seule vie, certains craquent et se réfugient dans les délices felatrés de ces religions rassurantes qui leur offrent des mauvaises réponses à leurs vraies angoisses.

Pas facile de vivre sans espoir ! De vivre lucide ! De vivre raisonnablement et fraternellement avec des gens qui ont reçu pour consigne que toute fréquentation d'un mécréant constitue un danger pour lui et les siens. D'où le devoir du croyant de les supprimer en toute miséricorde, bien entendu.

Athée ? Vous avez dit athée ? Abomination ! Sus, sus ! Pas de ça chez nous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.