La pédagogie par l’exemple ou une autre gouvernance.

« Faîtes ce que je dis et non ce que je fais ! » est presque unanimement pratiqué par les parents, les enseignants et les politiciens. Ne serait-il pas temps d’inverser ce qui constitue le fondement de l’hypocrisie humaine ?

On a le droit de rêver. Exiger des autres ce que l’on est incapable de réaliser m’a toujours semblé relever du j’m’enfoutisme primaire. Certes, je sais bien que dans certains domaines, le sport, par exemple, un entraîneur âgé peut demander à des jeunes ce que seuls des jeunes sont capables de réaliser et que lui ne peut plus exécuter. Mais dans les autres domaines des activités humaines, c’est un autre son de cloche.

« Je fais ce que je vous dis de faire et je le prouve ! »

Ainsi, M. Le Président de la République peine à entraîner sa majorité à convaincre le peuple français dont il ne représente que moins du quart de la population de la justesse de sa politique. Normal. Édouard Philippe, fils d’enseignants, est convaincu que ses ministres ont un manque de pédagogie. Qu’ils pratiquent la pédagogie par l’exemple serait donc plus que souhaitable.

Ainsi, la réforme des retraites envisagée par les services de Bercy pourraient peut-être éventuellement convaincre, si députés et sénateurs commençaient par annuler et réformer leur propre système de retraite qui échappe totalement au régime général. Non ?

Des députés, des sénateurs, des « experts », Mme la Présidente de la FNSEA, estiment que le glyphosate n’est pas si dangereux que cela pour la santé. Parfait ! Pourquoi ne pas les obliger à en prendre quelques gouttes le matin, ou de les asperger ne serait-ce qu’une fois la semaine, avant qu’ils n’entrent en séance de travail ? Pédagogie par l’exemple.

Certains politiciens et experts, hum ! Estiment que les LBD ne sont point des armes létales et peuvent être utilisées en toute impunité. Fort bien ! Que l’on réunisse M. Castaner, le Président himself, les votants pour l’emploi de cette belle arme face à un peloton de CRS et qu’on leur tire dessus à une distance équivalente à celle des rues où des manifestants sont canardés. Voilà qui aurait le privilège de convaincre les citoyens du bien fondé du choix de cette arme. Non ?

Vous aurez compris chers lecteurs, que la liste serait longue pour que, par la pédagogie par l’exemple, les citoyens recouvrent le respect indispensable en leurs représentants.

Ainsi, pourquoi les riches crapules prises la main dans le pot de confiture bénéficieraient-ils d’un régime VIP au sein des prisons ? D’autant que lorsqu’ils étaient élus, la surpopulation carcérale ne semblait pas être leur souci premier. Egalité devant la loi ! N’est-ce point ce qui est inscrit sur toutes les mairies de France et de Navarre ?

On peut vivre avec un SMIC ou une allocation minima ? Que nos élus en fassent l’expérience pendant un mois. Un seul mois. Je suis sûr que les banques les aideront au lieu de leur enfoncer la tête sous l’eau en cas de découvert puisqu’elles sauront que les indemnités arriveront à la fin du « mois pédagogique ». Mais peut-être prendraient-ils conscience que les sommes votées et approuvées sont un peu justes pour vivre et que l’on sombre vite dans la survie.

La France se voudrait un modèle de lutte contre les pollutions et en première ligne pour sauver la planète. Parfait, il est plus que temps ! Bravo ! Alors, pourquoi nos élus de la République n’ont-ils pas modifié sérieusement leurs manières de se déplacer ? Où en est le passage du tout atome aux énergies renouvelables ? C’est quoi cette soumission du gouvernement au lobby de l’atome ? A la privatisation des barrages hydro-électriques, à la braderie des aéroports, à la perpétuelle remise à plus tard de la taxation du transport routier ? Sacrebleu, est-ce qu’on ne se paierait un peu notre fiole ? Un peu, beaucoup, voire passionnément.
Que l’on ne s’étonne plus, si un peu partout sur la planète, car le phénomène est mondial, il y ait une perte de crédibilité dans le fonctionnement des démocraties dites libérales qui, inexorablement, deviennent des monstres de moins en moins doux selon l’analyse de Rafaele Simone.

Il paraîtrait pourtant que nous avons la chance de vivre dans un pays démocratique, libre, indépendant, souverain, au passé glorieux, pays des Droits de l’Homme et du Citoyen que le monde nous envierait. Soit !

Le simple fait que j’écrive ces lignes prouve que nous possédons encore quelques libertés auxquelles je tiens. Alors, pourquoi n’accueillons-nous pas en grande pompe, avec Légion d’Honneur à la clé, M. Edward Snowden qui a dévoilé au monde entier la vérité du système de surveillance auquel les peuples sont soumis ?
Voilà qui confirmerait notre amour de la liberté, notre fraternité pour ceux qui se battent pour elle, et montrerait que la France possède encore quelque grandeur. (un programme vient de se déclencher qui me surveille, Snowden a été inscrit « mot-alerte », la NSA est avertie, je, vous êtes dans le collimateur) C’est cela la surveillance de masse. Tous suspects.

Si nous nous plions aux injonctions de Washington, nous ne serions vraiment que des « gallo-ricains » pour reprendre la formule de M. Régis Debray. Peuple soumis à l’Empire US. République bâtarde des marches de cet Occident que Mme Ursula von der Leyen érige en modèle mondial, après deux guerres mondiales, colonisation de la planète, industrialisation de la mort de populations, guerre atomique, et mise en danger du satellite Terre à cause de son système économique reposant sur la croissance et le profit infinis.

Décidément, un peu de modestie et d’honnêteté intellectuelle devraient s’emparer des esprits qui nous gouvernent. N’est-ce pas ce que réclament les peuples ?
Ce ne sera pour nos habituels folliculaires que du populisme. Donc à rejeter pour que tout change afin que rien ne change ! Et vive l’hypocrisie suicidaire !
Mais il faut bien gagner son salaire et ne sont-ce point des milliardaires qui les paient ?

La grogne; la lutte, les revendications ne sont pas prêtes de s’éteindre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.