max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

666 Billets

3 Éditions

Billet de blog 25 mai 2022

Pourquoi des massacres aux USA ?

Le président Biden est effondré. 19 enfants tués plus deux adultes.  La vice-présidente est atterrée. La National Riffle Association va tenir son congrès annuel à Houston. Trump y sera.

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le deuxième amendement est « sacré » aux States. Chacun peut et doit avoir les moyens de se défendre, donc être armé, donc pouvoir tuer s’il se sent menacé. Et un « accident » est si vite arrivé. 

Quoi attendre d’autre d’un peuple, d’une civilisation qui a pour fondement le génocide des amérindiens ? La Bible dans une main, le fusil ou le colt dans l’autre. 

Cliché ? Non ! La réalité. La banalité de la réalité. 

Le record des crimes est détenu par la Californie, l’Etat le plus peuplé, suivi par le Texas. Mais à quoi bon aligner les nombres…Il est tellement évident que l’on a "le droit" de se défendre les armes à la main contre le passage d’immigrants sur ses terres.

« Non ! Mais ! Je suis chez moi ! Na ! » et pan ! Violation de domicile dans les immensités arides de l'Arizona, du Nouveau Mexique ou du Texas.

Aller à l’école, au collège, à l’université, dans certaines régions, c’est risquer sa peau. Les jeunes se tuent entre eux. 

Certes, il est préférable d’habiter le N-E des USA que l’Ouest et le Sud. Mais pourquoi  cette violence ? Si ce n’est parce qu’elle inscrite dans la mémoire collective des états-uniens et surtout entretenue par l’entertainment sous toutes ses formes (jeux vidéo, films, séries, romans et informations diverses sur les réseaux sociaux où la haine peut se déverser librement).

On glorifie 24/24 H le winner dans tous les domaines. Celui qui écrase les autres dans une concurrence de chacun contre tous. C’est le principe même du capitalisme élevé au rang de religion. 

Peut-être faudrait-il ajouter une éducation sacrifiée, où ceux qui se montrent les plus physiquement violents, sont aussi ceux qui possèdent le vocabulaire le plus pauvre pour s’exprimer. 

C’est valable pour tous les peuples. 

Ajoutons à cela le racisme fondamental des Wasp, à l’égard des gens de couleur. Racisme qui va jusqu’à un retour en force du suprémacisme blanc que l’on voit se répandre non seulement aux USA mais qui déborde dans l’Occident sous domination américaine. 

Or, ce qu’il se passe aux USA, va arriver chez les états vassaux. Nous autres, européo-ricains, devons faire très attention à ne pas nous laisser aller à copier stupidement ce qui nous vient de là-bas. 

Et pourtant, l’extrême droite « trumpiste" ne cesse de croître en Europe. Il n’y a qu’à voir les résultats des dernières élections présidentielles. Même si, chez nous, la vente des armes est contrôlée, surveillée, on sait que le volume d’armes en circulation, en France, ne cesse de croître. 

On ose afficher ses convictions par des tatouages, des drapeaux américains, dont la bannière texane, pour bien signifier que l’on partage l'esprit de ceux qui sont au  KKK, et il arrive que des sauvageries s’abattent lâchement sur un arabe ou un noir isolé. 

La police et la gendarmerie, sans compter l’armée n’ont guère intérêt à défiler torse nu, le 14 juillet. On y lirait des images et des signes qui nous donneraient une réalité de l’état d’esprit des forces de coercition de la République et l’on comprendrait mieux leur comportement lors de la répression des manifestations de salariés ou d’étudiants. Voire leur comportement quotidien dans l’exercice de leurs fonctions.

Vient enfin s’ajouter à cette violence historique US, le conditionnement religieux d’une Nation qui croit en une vie au-delà de la mort, ce qui permet de laisser à Dieu le soin de trier ceux qu’Il reconnaît comme les siens.

Cette belle hypocrisie, partagée avec les autres paysqui possèdent une religion d’Etat, trouve son apogée avec cette volonté de vouloir remettre en question la liberté des femmes sur leur corps en supprimant l’avortement au nom d’un respect pour la vie.

Société schizophrène qui prône l’anti-avortement ET la peine de mort. 

Nation persuadée d’être « le peuple élu » de Dieu et donc un modèle absolu pour le reste du monde.

L’américain moyen ne connaît guère la planète où il vit. Son monde, ce sont les Etats-Unis. Et encore, parfois son état, voir son comté. Tout ce qui vient hors de ce qu’il connaît lui est étrange, dangereux, menaçant. C’est ce qu’a découvert Dany Laferrière, notre académicien haïtien, et que l’on peut lire dans son livre « Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ? » (Zulma Poche)

Je ne sais plus quel auteur, analysant cette violence intrinsèque aux USA, faisait remarquer que ce n’était pas tant le nombre d’armes en vente libre (quoique) que l’état d’esprit des gens. Ainsi, il y a autant d’armes en circulation au Canada, ou en Suisse, puisque les citoyens suisses en âge d’être militaires possèdent même leur arme à la maison, et le nombre de meurtres n’a rien à voir avec celui des States. 

On peut comprendre le désespoir sûrement sincère de M. Biden. Ce n’est pas en moins de cinq ans que l’on pourra modifier la mentalité d’une population habituée à la violence, vivant de la violence, répandant la violence, instillant la violence sur le satellite par son système économique, sa politique extérieure reposant sur le principe simpliste et impérial : « Nous sommes la première puissance économique et militaire mondiale et nous la resterons ! ». 

Ce qui explique le refus d’admettre que d’autres puissances puissent mettre les USA à égalité ou les dépasser que ce soit l’UE, demeurée supplétive de Washington, la Russie et surtout la Chine.

La guerre froide, constituée de guerres chaudes où les deux blocs se défiaient par pays de moindre importance nous prouve cette continuité d’impérialisme US. Il faut être bien malhonnête pour le nier. Et l'on voit bien que l'aide inconditionnelle apportée à l'Ukraine envahie, ravive un passé que l'on regrettait. Rien ne vaut une compétition pour alimenter les bénéfices du complexe militaro-industriel. 

Guantanamo a quand même été une zone de non droit, en toute impunité. Et Washington ne reconnaît pas le TPI, tout comme la Russie et la Chine. Donc, recours à la violence, la torture, les massacres de masse en toute impunité. Ce ne sont pas les donneurs d'ordres que l'on emprisonne, mais ceux qui les dénoncent, les lanceurs d'alerte. Assange en prison. Snowden en Russie. Manning incarcérée, libérée puis à nouveau emprisonnée et libre aujourd'hui après tentative de suicide. Et les autres "démocraties" complices de cette violence.

Enfin, la manière dont les USA exploitent leurs ressources du sol et du sous-sol et ce qu’ils imposent aux autres pays dont ils pillent les ressources comme nous le faisons aussi, constitue la violence suprême d’une civilisation qui s’est emparée du satellite et que « l’american way of life » menace de mort. 

Alors, les pétages de plomb de jeunes contre des plus jeunes qu’eux, ne sont que de tristes faits divers à replacer dans un monde impitoyable que nous subissons tous et dont nous sommes plus ou moins complices. 

Parce que pour nous débarrasser de cette manière de vivre… ce n’est pas demain la veille.

Le confort et la consommation possèdent bien des charmes, voire constituent une addiction. Nous vivons dans « le capitalisme de la séduction permanente » pour notre plus grand bonheur présent mais pas pour tout le monde, et pour le plus grand malheur des générations futures pour l’humanité entière.

25/05/2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Gauche(s)
Éric Coquerel : « Je veux travailler davantage sur l’évasion fiscale »
Élu au terme d’un scrutin à suspense, le nouveau président insoumis de la commission des finances revient sur la manière dont il envisage son mandat. Il promet un changement de pratique profond.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
Des élus veulent continuer de bétonner en paix
Des élus locaux, qui ont le pouvoir de rendre constructibles des parcelles de terre, mènent la fronde contre de nouvelles dispositions les empêchant de bâtir à tour de bras. Mais la protection des terres et du vivant ne devrait-elle pas constituer une priorité plutôt que de construire un nouveau centre logistique ou un énième hypermarché ? 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles