Journal d'un amoureux de la vie au temps du Corona Virus

14e jour de confinement Dimanche 29 mars Una dominica di pianto. Un dimanche de deuil a décrété le Pape avec bénédiction "urbi et orbi" télévisée

 

Une fois de plus, je suis un peu perturbé par le changement d’horaire, comme tous les ans. Un héritage de Giscard d’Estaing. Ça remonte à un siècle.
Selon les radios de ce matin, l’évènement du jour, c’est le décès de Patrick Devedjian, ancien ministre de Chirac et de Sarkozy, belles références, maire d’Antony pendant quelques années et président des Hauts de Seine. 75 ans ! A peine plus jeune que moi. Hospitalisé le 26, mort le 28 ou le 29. Aurait-il trop attendu pour aller à l’hosto ? Pas détecté assez tôt ? Pas soigné efficacement ? Une fois de plus, la faucheuse met à terre les petits épis comme les grands. Belle égalité des éteules que les socs viendront retourner. Condoléances à ceux qui l’aimaient.

Autre décision, celle de l’Empereur Orange, de ne pas confiner New-York ! Il y a quelque chose qui m’échappe dans ces informations. Il y a bien un gouverneur de N-Y qui fait la loi en son état ? Et d’ailleurs les new-yorkais, un peu moins bas de plafond, restent au maximum chez eux, sauf les « indispensables » à la vie de la nation. On nous a montré Time Square désert, la Ve Avenue vide.
Voui, mais il ne faut pas que l’économie s’arrête, soit ! Laquelle ? Celle absolument nécessaire à notre vie quotidienne ou celle indispensable à la croissance des dividendes ? Sans doute les deux. Et pourtant, on nous annonce 200 000 entreprises françaises à l’arrêt.
Est-ce que la prise de conscience que les millions de petits salariés sont en vérité la force vive de nos sociétés sera récompensée à sa juste valeur ? J’aimerais croire que les tonnes de lauriers qu’on leur tresse pour qu’ils tiennent le coup, se concrétisent par un peu plus de considération et une augmentation des salaires.
Mais je ne me fais aucune illusion. Le danger passé, un ou deux arcs de triomphe inaugurés, voire un ajout aux monuments aux morts des noms de ceux qui tombèrent au champ de la lutte contre le ConarVirus, tout reprendra comme avant. Les usines à fabriquer du LBD recevront des commandes, et les GJ survivants seront copieusement matraqués par les forces de l’ordre bourgeois, survivants eux aussi.
On fera appel à l’unité de la Nation, aux sacrifices indispensables pour remonter les bourses dans la cavité périnéale des nantis, et socialiser les pertes. Comme d’habitude.

En attendant, à en croire la bande à Manu, l’heure serait à l’Union Nationale, revue et corrigée. Soit ! Tous derrière Macron-Philippe, et quant à l’opposition quelle qu’elle soit, « fermez vos gueules, les mouettes ! » Personnellement, ce n’est pas ma conception du fonctionnement de la République. J’ai toujours été contre TINA, car il y a DES politiques possibles. Si je ne remets pas en question l’actuel confinement, "sauf pour ceux qui sont…", la gestion de la lutte contre le fléau aurait peut-être pu être différente.
La comm’ sur le thème de « nous sommes en guerre » n’émeut que les nostalgiques des guerres précédentes. Nous avons à responsabiliser les gens, à les éduquer, à leur faire confiance, à les respecter, à les inciter à tous participer à la lutte contre un virus tueur qui s’attaque à chacun sans aucune distinction de race, de niveau de vie, de religion. Nous n’avons pas « à la fermer » mais à la fois à conserver notre sens critique, et à proposer des solutions. Voir l’article suivant :

Oui ! Je sais. RT. France ou la voix de Moscou qui fait s’évanouir les fragiles du cœur à droite toute, là où il est le plus souvent remplacé par un porte-feuilles garni, comme si la Russie était encore l’URSS et n’était pas sur le même continent que le nôtre.
Dois-je vous avouer qu’avec tous ses défauts, et il en a, à commencer par sa propension à faire assassiner les journalistes indépendants du pouvoir, je trouve que Vladimir Poutine, les gros biceps à la Mussolini, des poses de star, déguisé en chasseur, pêcheur, hockeyeur, fait partie des chefs d’Etat les moins c… de la planète.
Certes, il se prend pour un héritier du tsar dans un pays qui n’a jamais connu la démocratie bourgeoise ou si peu, quelques mois, en tout. S’il existe une opposition qui a bien du mal à être reconnue et admise comme la forme normale de toute démocratie, j’ai bien peur que la majorité des citoyens soient assez satisfaits d’être reconnus comme des citoyens respectables au niveau international.
Les milieux d’affaires sont tout aussi mafieux qu’en Occident, les oligarques russes se retrouvent sur leur yacht arrimé à côté de nos oligarques « purs démocrates » avec lesquels, ils partagent champagne, caviar et beautés féminines.
Alors, je me marre quand j’en vois se pincer le nez quand on évoque la Russie. Que dis-je, la Sainte Russie ! C’est qu’ils n’ont jamais regardé des documentaires sur le pays. Comme ce camion qui roule à fond la caisse sur la glace avec son chargement de CocaCola pour ravitailler un village au-dessus du cercle polaire, les embouteillages de Moscou, l’exploitation des travailleurs des mines avec quand même des salaires supérieurs à ceux qui travaillent plus au sud comme cela existe pour les travailleurs en Alaska. Et puis, pour qui possède quelques notions de cette langue, le nombre assez conséquent de mots d’origine française. Car, il existe une très longue histoire franco-russe de relations politiques, intellectuelles, culturelles qui devrait survivre au très court XXe siècle, avec, pendant la Seconde Tuerie mondiale, un régiment Normandie Niemen. Eh oui ! Les plus anciens se souviennent que l’URSS fut notre alliée au cours de la Seconde Guerre.

Il y avait même un musée consacré à ces héros, combattants contre le nazisme, aux Andelys, qu’on a fermé en 2010, faute de moyens financiers et d’intérêt pour cette solidarité dans les combats anti-fascistes.

Il est vrai que nos nouveaux « philousophes », ceux qui ont aidé à ridiculiser la gauche, ont eu une révélation de ce qu’était le système soviétique avec la lecture de « L’archipel du goulag ». Fin du maoïsme de leurs années d’étudiants, finis les errements situationnistes, finies les espérances de grands soirs et de petits matins triomphants. Tout ce qui était rouge, coco, soviétique, devait être effacé, gommé, satanisé. Le stalinisme, soit !, mais même tout ce qui est russe, sent le souffre, d’autant que ces belles consciences, avec un jugement de cow-boy du Middle-West n’ont pas hésité à mettre un signe égal entre nazisme et stalinisme et fascisme mussolinien. Ils ont presque complètement lavé les esprits de toute velléité de prendre en considération les travaux de Marx et d’Engels, de Lukacs et autres Sève.
Du coup, fermeture du musée Normandie-Niemen et les collections ont été transférées au Bourget où elles doivent être au musée de l’aviation. Des français de la France Libre du général De Gaulle, qui sont allés risquer leur vie aux côtés de l’Armée Rouge. Il faut croire qu’aux yeux des autorités locales et nationales, ils étaient devenus, 68 ans plus tard, quasiment des traîtres. Quoi ! Les russes, soviétiques, avec Joseph Staline à la tête de l’État ont lutté contre le nazisme ? Ils y ont même perdu quelques millions de morts pour débarrasser la terre du virus du national-socialisme. Bien plus de victimes que les américains sur tous les fronts de l’Europe et du Pacifique. Or, que fabriquent les faiseurs de légende ? Que ce sont les anglo-américains, yankees et canadiens qui nous délivrèrent du nazisme.
Il n’y a qu’à interroger les futurs bacheliers d’aujourd’hui. Ajoutons au dossier, quelques films d’Hollywood et l’affaire est entendue. Les russes sont devenus nos « ennemis naturels » comme jadis le furent les allemands.
Facéties de l’Histoire. Nul doute qu’on va avoir des aventuriers du fake-news pour nous trouver les responsables du Covid-19, et l’on accusera ceux qui en furent les premières victimes, à savoir les chinois. Ben voyons ! C’est déjà fait ? Ah ! Cela ne m’étonne pas.

Au train où vont les évènements et à la vitesse de propagation des nouvelles, on a appris qu’un couple de croyants en Trump se sont administré une dose de phosphate de chloroquine pour aquarium et que le mec est décédé. Du coup, c’est tout juste si le professeur Raoult va bientôt être reconnu coupable d’incitation à la mort pour avoir osé annoncer qu’un traitement à base d'hydrochloroquine ET d’antibio adapté pouvait sauver des vies. Cela vaut son pesant de moutarde.
On tâtonne, on observe, on expérimente, on constate que pour certains malades pris par le ConarVirus, ça peut fonctionner et, aussitôt, les gens prennent pour argent comptant, exigent immédiatement d’être soignés à la chloroquine, y compris avant d’être sûrs d’avoir été contaminés. Folie des hommes. La peur de mourir accélérant la mort !


On ne doit pas s’auto-médicamenter ! Sauf aux States où les drugs sont en vente libre. On consulte. On achète ses médicaments chez un pharmacien que l’on connaît et l’on vient avec la liste des médicaments que l’on a l’habitude de prendre parce que, passé un certain âge, on en prend tous un ou plus. Personnellement, je suis sous traitement contre l’hypertension depuis plus de trente ans. C’est ce qui m’a épargné les infarctus et autres AVC qu’ont connus mon grand-père maternel, mon père et l’un de mes frères. Toutefois, je ne fais pas le malin, je n’ai pas dit mon dernier mot.

La semaine qui s’annonce, risque d’enrichir les pompes funèbres, un secteur qui ne connaît pas la crise. Pourvu qu’il y ait suffisamment de cercueils ! A moins que, chacun respectant l’isolement, cela porte ses fruits et que l’épidémie ralentisse, piétine, ne joue pas au « tsunami » que certaines modélisations prévoient. Pas toutes.

En Normandie, 1105 contaminés, 90 nouveaux cas, 32 décès dont 22 H et 10 F avec une moyenne d’âge de 81 ans. Oui, et alors ? Qu’est-ce que ça signifie vraiment et est-ce que ces chiffres correspondent à la réalité puisque ceux qui meurent chez eux ou en EHPAD ne sont pas encore comptabilisés. C’est pourquoi, je préfère les tendances de la Tribune de Genève.

Portugal, U.K et USA progressent de plus de 13 %, par contre, en Italie, qui a payé un lourd tribu, ça baisse, quant à la France, progrès contenu pour le moment et la Chine stagne avec quand même + o,1% de nouveaux cas.


Et en hommage à Devedjian, qui vient d’avaler son bulletin de naissance, je n’oublie pas que le « grand homme » eut une jeunesse de facho, il faisait partie du commando qui vint massacrer mes copains à Rouen, rue d’Herbouville, où l’un d’entre eux faillit y passer et vit depuis avec une plaque pour renforcer sa boite crânienne défoncée ce jour-là. Coup de chance, j’étais ailleurs.
Cette bande d’Occident est arrivée aux plus hautes fonctions. La bourgeoisie n’a jamais rien eu contre ce genre de lascars. Bien au contraire, les Madelin et autre Longuet y ont fait leurs armes.
Attention ! Ce qui est valable à droite, vaut aussi pour la gauche. Révolutionnaire à 20 ans, ministre ou PDG à 50. Devenus gens respectés, en sont-ils pour autant respectables ? (Je vais encore me faire des amis)

Allez ! Prévert nous le dit, c’est :

LA FÊTE A NEUILLY


Une horloge sonne douze coups
Qui sont ceux de minuit
Adorable soleil des enfants endormis

Dans une ménagerie
Ala fête à Neuilly
Un ménage de dompteurs se déchire
Et dans leurs cages
Les lions rugissent allongés et ravis
Et font entre eux un peu de place
Pour que leurs lionceaux aussi
Puissent jouir du spectacle
Et dans les éclairs de l’orage
Des scènes de ménage des maîtres de ma ménagerie
Un pélican indifférent
Se promène doucement
En laissant derrière lui dans la sciure mouillée
La trace monotone de ses pattes palmées
Et par la déchirure de la toile de tente déchirée
Un grand singe triste et seul
Aperçoit dans le ciel
La lune seule comme lui
La lune éblouie par la terre
Baignant e ses eaux claires les maisons de Neuilly
Baignant de ses eaux claires
Toutes les pierres de lune des maisons de Paris

Une horloge sonne six coups
Elle ajoute un petit air
Et c’est six heures et demie
Les enfants se réveillent
Et la fête est finie
Les forains sont partis
La lune les a suivis.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.