Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

5 Éditions

Billet de blog 1 juin 2012

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Climat : explosion des émissions de CO2, négociations en berne, sommes-nous en route pour le chaos ?

Dans l'indifférence quasi-générale, les émissions de CO2 et les niveaux de température globale battent record après record. Les politiques climat actuelles, notamment les marchés carbone sont de véritables mascarades. A la veille de Rio+20, ce sont pourtant elles qui ont le vent en poupe. 

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l'indifférence quasi-générale, les émissions de CO2 et les niveaux de température globale battent record après record. Les politiques climat actuelles, notamment les marchés carbone sont de véritables mascarades. A la veille de Rio+20, ce sont pourtant elles qui ont le vent en poupe. 


Une barrière symbolique vient d'être franchie. Les stations de relevé de l'Arctique, aussi bien en Alaska, au Groenland, qu'en Norvège et en Islande, ont mesuré des concentrations de CO2 dans l'atmosphère supérieures à 400 parties par million (ppm) durant ce printemps. Il en sera bientôt de même pour l'ensemble de la planète. C'est le taux le plus élevé de ces 800 000 dernières années. Ce seuil est symbolique car il nous éloigne toujours un peu plus de l'objectif de 350 ppm qu'il faudrait atteindre pour stabiliser le climat, selon les scientifiques. Pour l'instant, on bat des records de température : les années 2005 et 2010 sont les années les plus chaudes jamais enregistrées, tout comme la première décennie de ce 21ème siècle. Conséquence, les phénomènes météorologiques extrêmes s'intensifient : sécheresses en Australie et en Afrique, inondations au Pakistan et en Thaïlande, les feux de forêt en Russie, changement des saisons des pluies dans les Andes ou en Asie du Sud-Est.

Rien de bien surprenant que d'atteindre ce seuil symbolique de 400 ppm. Chaque année, de nouveaux records d'émission de gaz à effets de serre sont battus : +3,2 % en 2011 selon les dernières données de l'Agence Internationale de l'Energie. En 2010, c'était + 6%. Si une bonne part de l'augmentation est due à la croissance des émisions des pays émergents, en faire les seuls responsables du dépassement du seuil de 400 ppm serait des plus réducteur. D'abord, parce qu'atteindre 400 ppm résulte d'un siècle d'accumulation de C02 dans l'atmosphère, dont plus des trois quarts sont dus aux pays du Nord. Ensuite parce que ces mêmes pays du Nord ne sont en rien exemplaires. L'Union européenne, souvent affublée d’un très usurpé titre de « leader climatique », vient de voir ses émissions de 2010 augmenter de 2,4%. En raison de la reprise de la croissance, notamment. Ce qui fait dire à Attac France, qu'entre croissance et climat, une certaine schyzophrénie s'est installée. 

Pendant ce temps les négociations internationales sur le climat sont à côté de la plaque, les politiques climat inefficaces et les instruments tels que les marchés carbone sont une véritable mascarade, comme le rappelle cet article. À quelques semaines de la conférence Rio+20, où l’Union Européenne compte promouvoir une « économie verte » – qui prévoit d’étendre ces mécanismes de marché et les politiques qui ont échoué depuis 20 ans –, mieux vaudrait sans doute tout revoir de fond en comble pour éviter le chaos climatique.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec,engagé dans le projet Echo des Alternatives(http://www.alter-echos.org/).

Pour Aller plus loin : 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT