Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 mai 2017

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Vers 14 millions de voix pour Marine Le Pen le 7 mai ?

A se focaliser sur l'abstention à gauche, les commentateurs en oublient peut-être l'essentiel : les six millions de voix supplémentaires promises à Marine Le Pen proviennent principalement d'un report massif de l'électorat de droite. A en croire le très faible niveau d'adhésion à chacun des candidat, le pays n'est pas divisé entre Macronistes et LePenistes, mais entre anti-Macron et anti-LePen.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A quelques jours du 7 mai, il n'est pas inutile d'analyser les derniers sondages. Non qu'ils soient subitement devenus des indicateurs sans faille, mais parce que leurs tendances, alors que le débat est omniprésent et que les opinions des électrices et des électeurs sont en train de se cristalliser, peuvent nous aider à discriminer ce qui est décisif de ce qui est secondaire. Si ce qui est secondaire n'est pas sans importance, il serait plus que dommage qu'il laisse au second plan ce qui fera le résultat du second tour.

Par manque de temps, je me limite à faire des copier coller d'une série de tweets (que vous retrouverez ici) qui commentent les éléments saillants des derniers sondages parus. Comme tout commentaire, c'est discutable. Et à discuter. C'est aussi partiel et insatisfaisant. Mais puisse cela-t-il aider à donner du contenu à des discussions qui se transforment bien trop vite en invectives. Le plus souvent entre amis, proches, voisins, collègues, là où il ne faudrait plutôt construire du collectif et des perspectives communes afin de nous sortir de ce mauvais pas.

(explications : il y a 47 millions d'inscrits environ ; 40,5% des 73% de votants sur les 47 millions d'inscrits donnent un résultat brut de 13,9 millions de voix pour Le Pen - soit près de 9 millions de plus que pour Le Pen père en 2002)

(NB : il est impossible de prendre en compte les votes blanc et nul dont on a aucune indidation à travers ces sondages - mais même à supposer que leur nombre double par rapport au premier tour et atteignent 1,75 millions de bulletins de vote, Marine Le Pen ferait encore 13,2 millions de voix)

Complément :

Si le nombre de voix pour Le Pen père n'avait que peu progressé entre les deux tours en 2002, ce n'est pas en raison de la bonne participation (ou de la faible abstention) mais parce que très peu d'électeurs de droite avaient reporté leurs voix sur Le Pen. Il avait gagné 700 000 voix, soit à peu près le résultat de Bruno Mégret au premier tour.

Si le score de Marine Le Pen sera très haut le 7 mai, c'est principalement en raison d'un très fot report de voix de droite. L'abstention, faible au demeurant, ne jouera qu'un effet marginal : si cette abstention n'était que de 20 % (comme au premier tour), Marine Le Pen ferait encore, sur la base de ce sondage, 37,8 % des voix au second tour.

Bonne réception

Maxime Combes, économiste et auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, Anthropocène)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère