Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

196 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 juin 2013

Energie et climat: les dix questions à poser à Connie Hedegaard

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce mardi 4 juin, Connie Hedegaard, commissaire européenne en charge du climat, sera auditionnée par les commissions du développement durable et des affaires européennes de l'Assemblée Nationale. Intervenant quelques jours après un Sommet européen de l'Energie marqué par l'influence des lobbies industriels et la marginalisation croissante de la lutte contre le changement climatique en Europe, cette audition pourrait être l'occasion de revenir sur les multiples reculades et impasses actuelles des politiques climatiques et énergétiques menées par l'Union européenne (UE). Tour d'horizon à travers les dix questions que nous aurions aimés poser lors de cette audition ouverte aux parlementaires et journalistes.

1. Le récent sommet européen sur l'énergie a été salué comme « la fin de l'hystérie sur le climat » par Holger Krahmer, eurodéputé libéral allemand (ADLE), tandis que Yannick Jadot, eurodéputé vert français, a évoqué une « contre-révolution énergétique ». A la lecture de la déclaration finale, qui ne mentionne le climat qu'à une seule reprise, difficile de leur donner tort. L'UE n'est-elle pas en train de sacrifier toute politique climatique sur l'autel de la compétitivité et des exigences des lobbies industriels ?

2. A l'issue de ce sommet, vous avez publié un communiqué se félicitant que la déclaration finale mentionne le livre vert « cadre 2030 pour les politiques climatiques et énergétiques », document qui préfigure les futurs objectifs climatiques que pourrait adopter l'UE. Alors que l'UE pourrait atteindre son objectif de réduction de 20 % fixé pour 2020 dès cette année, elle refuse tout objectif plus ambitieux – le GIEC préconisait 25 à 40 % – pour se tourner vers 2030, comme le préconise le lobby industriel Business Europe, avec un modeste objectif de 40 % de réduction d'émissions. L'UE n'est-elle pas en train de sous-estimer les objectifs à atteindre ?

3. Un peu de mathématiques : en supposant que l'objectif de réduction d'émissions de 40 % soit atteint en 2030 comme vous le préconisez, il faudra encore diviser quasiment par trois les émissions de l'UE entre 2030 et 2050 pour obtenir une réduction de 80% en 2050 par rapport à 1990 comme le préconise le GIEC. Ce qui revient à fixer pour objectif une réduction des émissions de plus de 5 % par an de 2030 à 2050, alors qu'un effort continu dans le temps aurait permis de rester sur un objectif autour de 2,5. Pourquoi repousser ainsi à post-2030 l'essentiel des efforts de réduction d'émissions de gaz à effets de serre (GES) ?

4. Prendre en compte les émissions incorporés1 dans les biens importés rend la réalité moins reluisante que ne le dit l'Agence Européenne pour l'Environnement (AEE). Ainsi, les émissions de GES pour les 27 pays de l’UE n’ont pas baissé de 17,5 % mais seulement de 4% entre 1990 et 2010. Puisque le climat est indifférent à l'origine géographique des émissions de GES, c'est bien le modèle de vie insoutenable des Européens qui est en cause. Pourquoi ne pas vous appuyer sur ces données pour mener des politiques qui soient véritablement à la hauteur des enjeux ?

5. Le marché carbone européen est défaillant, inefficace et dangereux. Il n'y a aucune preuve qu'il contribue à la réduction des émissions de CO2 en Europe. Selon la grande majorité des analystes, vos propositions cosmétiques ne permettront en rien de le transformer en profondeur. Pourquoi insistez-vous donc avec des mesurettes qui font perdre du temps à la lutte contre les dérèglements climatiques ? Pourquoi ne pas imaginer d'autres dispositifs et d'autres politiques climatiques en Europe, comme celle visant à décréter un moratoire général sur toute nouvelle exploration d'énergies fossiles sur la base des recommandations de l'AIE (Agence Internationale de l'Energie) de son rapport 2012 expliquant qu'il fallait laisser plus des trois cinquième des réserves actuelles d'énergies fossiles dans le sol  ?

6. En France, des parlementaires sont de plus en plus critiques à l'égard du marché carbone européen. Ainsi, lors d'un récent débat au Sénat, Evelyne Didier, sénatrice du groupe Communiste Républicain et Citoyen du groupe, a déclaré qu'il fallait « impérativement réfléchir à d'autres outils ». Laurence Rossignol, sénatrice et secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de l'environnement, a affirmé de son côté que « la Commission avait donné un coup de grâce à ce marché, qui ressemble désormais à un couteau sans manche. Faut-il le sauver ou l'achever ? Je m'interroge ». Pourquoi ne pas s'appuyer sur de telles déclarations pour faire bouger les lignes plutôt que de tenter de sauver un dispositif aussi inutile que nuisible ?

7. Malgré l'état lamentable du marché carbone européen, la Commission européenne continue à encourager d'autres pays pour qu'ils mettent en place des marchés carbone en prétendant que ce serait le meilleur outil (sic) pour réduire les émissions. Compte-tenu des échecs du marché carbone européen, pourquoi ne pas mettre fin au dispositif Partnership for Market Readiness (PMR), une initiative commune de l'UE et de la Banque mondiale qui fournit des fonds publics et une assistance technique à 16 pays pour mettre en place de tels marchés ?

8. Vous venez de prendre publiquement position pour arrêter de financer les énergies fossiles. Or la BEI (Banque européenne d'investissement) et la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) n'ont toujours pas mis fin à de telles pratiques, la BERD envisageant même de financer l'exploitation des gaz de schiste en Europe. Alors que ces institutions sont en train de revoir leurs politiques de financement dans le secteur énergétique pour les cinq à six prochaines années, soutenez-vous l'exigence portée par des organisations de la société civile (Attac France, Amis de la Terre, Bankwatch, etc.) envers le gouvernement français, notamment le ministre de l'Economie et des finances, de stopper le financement des énergies fossiles par ces banques multilatérales ?

9. Le gouvernement français a fait acte de candidature pour que la France accueille la Conférence internationale de l'ONU sur le climat de 2015, qui revient selon le tourniquet instauré à un pays de « l'Europe de l'Ouest ». Jusqu'à présent, vous vous êtes montrée très discrète à ce sujet, comme si vous auriez préféré que cette rencontre n'ait pas lieu en Europe de peur de devoir assumer un nouvel échec international retentissant après Copenhague. Soutenez-vous cette candidature alors que les politiques climatiques de l'Union européenne sont aujourd'hui à des années-lumière du leadership que l'UE prétendait jouer en matière de climat ?

10. Alors que des relevés indiquent que la concentration de CO2 dans l'atmosphère vient de dépasser les 400 ppm, c'est dans l'indifférence générale que s'ouvre ce lundi 3 juin un nouveau cycle de deux semaines de négociations à Bonn (Allemagne). Aussi étrange que cela puisse paraître, les objectifs de réduction d'émissions tangibles et effectives de GES ne se trouvent pas au cœur des négociations. Après Durban, nous craignions que l'UE ait « signé la défaite du climat ». Plus d'un an et demi plus tard, nos craintes sont malheureusement vérifiées : protocole de Kyoto vidé de sa substance, pas de nouvel accord décidé avant 2015 et mis en œuvre avant 2020, accord non contraignant, Fonds Vert pour le Climat aux abonnés absents, etc. Au moment où les rapports scientifiques convergent pour dire l’urgence des changements à mettre en œuvre, pourquoi l'UE et ses Etats-membres s'enferrent-ils dans une stratégie qui est celle d'un grand renoncement ?

L'audition de Connie Hedegaard sera diffusée en direct (4 juin – 8h15) sur le site de l'Assemblée nationale.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

Twitter : @MaximCombes

1Données sur www.globalcarbonproject.org/carbonbudget/10/data.htm

Manifestation à Durban lors de la 17 © Crédit : Alter-Echos (www.alter-echos.org)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro