Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

5 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2014

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Sommet climat de l'ONU : vers une agriculture sous l'emprise de la finance et des multinationales ?

Le 23 septembre 2014, le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon organise un Sommet 2014 sur le climat pour "passer à l'action". Le temps presse, c'est exact, mais pas pour n'importe quel action. Décryptage des enjeux. En commençant par l'agriculture.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 23 septembre 2014, le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon organise un Sommet 2014 sur le climat pour "passer à l'action". Le temps presse, c'est exact, mais pas pour n'importe quel action. Décryptage des enjeux. En commençant par l'agriculture.

Le 23 septembre 2014, le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon organise un Sommet 2014 sur le climat « pour donner un nouvel élan à la lutte contre les changements climatiques ». « Il est grand temps d'agir » tonne-t-il dans une récente tribune. Pour ce faire, Ban Ki-moon a demandé aux « dirigeants mondiaux », c'est-à-dire à des chefs d'Etat, des dirigeants de multinationales et d'institutions financières, et quelques représentants de la société civile triés sur le volet, d'annoncer à New York « des mesures audacieuses visant à réduire les émissions, à renforcer la résistance aux changements climatiques et à mobiliser les volontés politiques en vue de parvenir à un accord juridique significatif en 2015 ». Ce sommet se veut celui « des solutions » pour « inciter à l'action ». Quelle action pour quel projet ? La réponse à travers l'exemple de l'agriculture (voir la note plus détaillée ici).

Vers une alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat ?

En matière agricole, Ban-Ki Moon souhaite lancer officiellement une « Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat » (« Global Alliance for Climate-Smart Agriculture »). Le lancement de cette alliance mondiale viendrait finaliser plusieurs années d'efforts, notamment à l'initiative de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) et de la Banque Mondiale, pour imposer définitivement à l'agenda international la notion de « climate-smart agriculture », le cadre idéologique et les politiques qu'elle implique. A condition de souscrire au document cadre et de contribuer à ses activités, des gouvernements, des institutions internationales, des organisations de la société civile, des institutions de recherche et des entreprises sont invités à devenir membre de l'alliance, sur une base volontaire. Ban Ki-moon espère qu'un minimum de vingt pays et de vingt entreprises rejoignent l'alliance.

Selon ce document fondateur, l'agriculture intelligente face au climat repose sur trois piliers1, qui sont présentés tant comme des principes d'action que comme des résultats attendus, et qui sont supposés pouvoir être menés de front, conjointement et en synergie : 1) une augmentation durable et équitable de la productivité agricole et des revenus ; 2) une plus grande résilience des systèmes alimentaires et des moyens de subsistance tirés de l'agriculture ; 3) la réduction et/ou l'élimination des émissions de gaz à effet de serre liés à l'agriculture. Bref, avec les programmes d'agriculture intelligente face au climat, on aurait trouvé le Graal des politiques agricoles capables de régler tous les défis auxquels nous sommes confrontés.

Le cheval de Troie de la finance carbone et des intérêts des multinationales ?

Derrière cette image raisonnable et vertueuse, il est possible de se demander si l'agriculture intelligente face au climat n'est pas un des moyens utilisés pour promouvoir des pratiques et options techno-scientifiques fortement décriées. Ainsi, des dix success stories mises en avant par la FAO, on ne compte par exemple aucun projet d'agroécologie. Par contre, on y trouve plusieurs projets connectés aux marchés de la compensation et de la finance carbone. Malgré les échecs des marchés carbone, la Banque mondiale et la FAO oeuvrent donc pour faire de l’agriculture l’un des pivots de la décarbonification de l’atmosphère et un sous-système de la finance carbone ! Avec de tels projets, l'accaparement de terres par des investisseurs internationaux pour mener des opérations de compensation carbone, déjà observé2, pourrait s'aggraver. Par ailleurs, la faillibilité et l'instabilité des marchés et dispositifs de compensation carbone3 ne peuvent qu'hypothéquer la survie des cultures vivrières locales auxquelles la Banque Mondiale et la FAO veulent appliquer de tels programmes.

A lire les différents documents qui promeuvent ces projets d'agriculture intelligente face au climat (voir la note d'analyse), on comprend que l'usage d'intrants chimiques (engrais, pesticides, herbicides...) et d'organismes génétiquement modifiés n'est pas exclu, au contraire, pas plus que la production d'agrocarburants industriels. La mise au point de variétés à hauts rendements, y compris à travers les biotechnologies et le génie génétique, est au contraire présentée comme ayant des effets positifs sur la sécurité alimentaire et l'adaptation aux dérèglements climatiques. Dans ce cadre, il n'est pas rare que des OGM tolérants aux herbicides ou aux sécheresses soient promus comme des moyens d'améliorer la sécurité alimentaire, de lutter contre les dérèglements climatiques et de favoriser la résilience. Les paysans sont invités à se faire rémunérer pour la préservation des services écosystémiques et à se doter de contrats d'assurance (et de micro-assurance) pour faire face aux intempéries et aux évènements climatiques extrêmes.

L'agriculture intelligente face au climat, une aubaine pour la finance et les multinationales ?

A travers les projets d'agriculture intelligente face au climat, ce sont donc des OGM et des mécanismes financiers qui sont promus, présentés comme pouvant sauver les paysans et la planète des dérèglements climatiques. Ainsi, des multinationales comme Yara, la plus grosse entreprise mondiale d'engrais, se font aujourd'hui les promotrices de l'agriculture intelligente face au climat, tout comme le lobby des multinationales des biotechnologies qu'est CropLife. En lançant cette nouvelle Alliance mondiale pour une agriculture intelligente face au climat, Ban Ki-moon va renforcer la prééminence du rôle donné aux multinationales, aux investissements privés et aux mécanismes de marché dans le domaine agricole, le tout dans une perspective productiviste finalement assez classique, bien que promue au nom de la lutte contre les dérèglements climatiques et de la sécurité alimentaire.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

@MaximCombes sur Twitter

1Voici la définition que donne la FAO de la « climate smart agriculture » : « Agriculture that sustainably increases productivity, resilience (adaptation), reduces/removes greenhouse gases (mitigation), and enhances the achievement of national food security and development goals », Climate-Smart Agriculture Sourcebook, FAO, 2013, p. 548, http://www.fao.org/docrep/018/i3325e/i3325e.pdf

2Voir ce cas au Libéria où la production d'huile de palme par un investisseur malaisien devait être compensée carbone : http://www.bastamag.net/Crime-environnemental-sur-la-piste

3Voir par exemple la déclaration Il est temps de mettre fin au marché carbone européen, https://france.attac.org/actus-et-medias/le-flux/articles/il-est-temps-de-mettre-fin-au-marche-du-carbone-europeen

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey