Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

196 Billets

5 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2016

L'élection de Donald Trump, un tsunami climatique

Au lendemain de l'élection de Donald Trump, journalistes et commentateurs s'interrogent sur sa capacité à « annuler » l'Accord de Paris sur le climat. Pour certains, les risques seraient limités et éloignés dans le temps. Ce n'est pas notre avis : Trump peut quitter l'Accord de Paris en un an, et, plus important, son élection pulvérise le story-telling entretenu depuis la COP21.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si l'on écoute Ségolène Royal, Pascal Canfin ou même l'IDDRI, il ne faudrait pas s'inquiéter plus que cela : à compter de l'entrée en vigueur de l'accord, ce vendredi 4 novembre, trois ans seraient nécessaires pour que le président des Etats-Unis puisse le dénoncer, puis encore un an avant que la dénonciation ne prenne effet.

Interview de Michel Colombier de l'IDDRI chez AlterEcoPlus

Ce n'est pas exact : Trump peut sortir les Etats-Unis de l'Accord de Paris en un an : l'alinéa 3 de l'article 28 de l'Accord de Paris stipule en effet que tout pays qui viendrait à se retirer de la Convention-Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (CCNUCC), qui date de 1992, serait « considéré comme s'étant également retiré » de l'accord de Paris. Le président Trump peut légalement, seul, décider du retrait de la CCNUCC dès son arrivée à la Maison-Blanche, et ce retrait sera effectif un an plus tard. Une année suffirait donc à Trump pour déstabiliser l'ensemble de la gouvernance onusienne sur le climat, déclenchant des forces centrifuges potentiellement non maîtrisables. 

Personne ne sait ce que Trump fera ou ne fera pas. Mais laisser entendre que nous aurions quatre ans tranquille devant nous n'est pas exact.

D'autre part, si Trump se limite à ne pas appliquer les (bien maigres) engagements pré-2020 et post-2020 pris par Obama, tout en désarmant les régulations et outils existant au niveau national, il contribuera néanmoins à vider de sa substance le principe fondateur des négociations de la COP21 et de l'Accord de Paris qui consistait à 1) embarquer tous les plus grands polleurs dans le même accord 2) empêcher qu'il puisse y avoir des retours en arrière. Puisque l'Accord de Paris n'est doté d'aucun instrument contraignant pouvant empêcher Trump de faire ce qu'il souhaite, il pulveriserait ainsi la promesse de l'Accord de Paris.

Trump veut encourager l'esploitation du charbon !

C'est d'ailleurs le point le plus important : l'élection de Trump fait voler en éclat la prophétie, voulue auto-réalisatrice, selon laquelle « l'esprit de Paris », répété en boucle, allait déplacer des montagnes et convaincre jusqu'aux plus récalcitrants de placer la lutte contre les dérèglements climatiques sur de bons rails, et d'en faire une priorité. Voyant bien le danger, ces mêmes architectes de l'Accord de Paris, proposent déjà de remplacer cette prophétie par une autre : il faudrait désormais compter sur la main invisible du marché, devenue verte, et des arbitrages privés des investisseurs et des entreprises, pour poursuivre la mue de l'économie mondiale vers « un futur bas carbone » et amorcer la "révolution climatique"

Cette idée est aussi saugrenue que dangereuse. La main invisible des marchés n'est pas plus verte qu'elle n'est sociale, égalitaire ou juste. Cette approche dépolitise l'enjeu climatique, faisant oublier que le climat est aussi un terrain de bataille qui opposent des intérêts fortement divergents.

Avant l'élection de Trump, les engagements des Etats conduisaient à un réchauffement climatique largement supérieur à 3°C.

Il n'est pas sérieux de laisser entendre que le l'élection de Trump ne serait pas si grave : un négationniste du climat est entrée à la Maison-Blanche, en mesure de recontruire autour de luit une alliance dure de l'ensemble des forces politiques et économiques qui ne veulent surtout rien changer. Cette élection ne doit donc pas être minorée ou édulcorée au prétexte d'essayer de sauver les belles histoires contées depuis la COP21. Il nous faut au contraire faire preuve de lucidité, et tenter de tracer un chemin qui s'appuie sur toutes celles et ceux qui, sincères dans leur démarche, chaque jour agissent à leur niveau, pour contribuer à une transition vers des sociétés décarbonées, justes, solidaires et démocratiques.

Le parcours est encore plus escarpé aujourd'hui qu'hier. Il va nous falloir désarmer tous ceux qui nient l'urgence de sortir de l'âge des fossiles et qui ont trouvé un allié de poids avec l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Le tout avant de pouvoir enclencher une véritable transition énergétique. La phrase de Murray Bookchin, selon lequel nous sommes condamnés « à faire l'impossible pour ne pas devoir faire face à l'impensable » est encore plus pertinente qu'hier. C'est notre tâche. Plus importante que se raconter des histoires, aussi belles ou rassurantes soient-elles. 

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France.

Auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, Seuil, coll. Anthropocène. Octobre 2015

@MaximCombes sur twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier