Retraites: l'âge pivot est-il retiré du projet de loi? Pas vraiment

On lit un peu partout que «l'exécutif retire l'âge pivot de 64 ans» et la CFDT se félicite d'avoir «obtenu le retrait de l'âge pivot du projet de loi». C'est faux. S'il est suspendu provisoirement pour la période pré-2027, le temps d'une négociation étriquée dont les modalités ont été fixées par Edouard Philippe, l'âge pivot reste pleinement au coeur de la retraite par points. Décryptage.

L'âge pivot (ou âge d'équilibre) est-il retiré ?
Pas vraiment. Pour deux raisons :

  • le paragraphe 4 de la lettre d'Edouard Philippe le dit clairement : « le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d'équilibre », c'est-à-dire un mécanisme mis à disposition des gouvernements futurs pour retarder assez simplement l'âge de la retraite à taux plein ;

  • ce qu'Edouard Philippe suspend se limite, à la mesure paramétrique de l’âge pivot, à savoir les fameux 64 ans appliqués progressivement à partir de 2022, à raison de 4 mois ajoutés chaque année ; et c'est un retrait provisoire.

Le coeur de la Retraites par points n'est donc pas modifié : le futur « régime universel » sera bien construit autour de cet âge pivot.

fakealertcfdt


Cette suspension provisoire est par ailleurs conditionnée à ce que les partenaires sociaux trouvent rapidement, d'ici fin avril, d’autres mesures d’économie. Dans sa lettre, le premier ministre exclut d'ores-et-déjà le fait de toucher aux montants des cotisations et aux exonérations de cotisations existantes (pour les entreprises notamment). Comme il parait difficile d'annoncer une baisse des cotisations, il n'y a pas d'autres possibilités, dans le cadre étroit fixé par le gouvernement, que d'avoir une mesure d'âge. La suspension est donc bien provisoire.

CONCLUSION : l'âge pivot est suspendu pour la période pré-2027, le temps de la négociation, mais il pourra revenir par la fenêtre une fois la négociation achevée. Le Premier ministre écrit d'ailleurs qu'il prendra sa responsabilité s'il n'y a pas d'accord entre les partenaires sociaux. Et dans tous les cas, l'âge pivot sera bien au coeur du futur régime prétendument universel de la retraite par points

Résumons donc la "victoire de la CFDT"
- le 6 janvier sur France 2, Laurent Berger indiquait qu'il est contre : 1) l’âge pivot dans le régime universel ; 2) toute mesure d'économie d'ici à 2027
- le 11 janvier, Laurent Berger et la CFDT acceptent : 1) l’âge pivot dans le régime universel (donc le recul futur de l'âge de départ à taux plein) ; 2) de négocier des mesures d'économie dans le cadre étriqué fixé par le gouvernement.

Ajoutons à cela que que les députés de la majorité En Marche et Modem (et bien-entendu tous les autres) sont court-circuités par Édouard Philippe : les mesures paramétriques pré 2027 seront décidées par ordonnances une fois le projet de loi Retraites voté. Les députés de la majorité opposés à cette mesure sont ainsi réduits au silence et le gouvernement aura quartier libre pour prendre, au cas où il n'y ait pas d'accord entre partenaires sociaux, les mesures qu'il souhaite.

a-ge-de-quilibre

lettreem-2

Maxime Combes, économiste, porte-parole d'Attac France

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.