Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

5 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2019

Retraite minimale de 1000 € par mois? C'est déjà inscrit dans la loi de 2003

C'est l'un des arguments du gouvernement pour affirmer que la retraite par point améliore la situation des plus précaires : introduire une retraite minimale de 1000 € par mois. Cette promesse ne fait pourtant que recycler un engagement, déjà pris par Delevoye, inscrit dans la loi de 2003 et qui aurait du être effectif dès 2008. Appliquer la loi existante suffirait donc à appliquer cette promesse.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est le site d'information en ligne Basta qui le révèle. La promesse d'introduire une retraite minimale égale à 85 % du SMIC (environ 1000 €) que le gouvernement agite comme preuve de sa volonté d'améliorer la situation des plus précaires n'est pas nouvelle. Elle date de 2003. Elle date de la réforme Fillon. Alors ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de l’Aménagement du territoire, Jean-Paul Delevoye s’était déjà engagé à garantir pour l'année 2008 une retraite égale à 85 % du SMIC aux salariés retraités ayant eu une carrière complète.

Cette promesse est d'ailleurs transcrite noir sur blanc à l'article 4 de la loi de 2003. Cet article prévoit que cette pension minimale de 85% du SMIC soit effective d'ici à 2008, pour celles et ceux qui ont cotisé tous leurs trimestres. Soit environ 1000 euros par mois. Si la loi de 2003 était donc appliquée, cela fait donc 11 ans qu'il ne devrait plus y avoir un seul salarié retraité ayant une carrière complète à moins de 1000 euros par mois. 

Lien vers la loi : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000781627

A l'heure où l'Assemblée nationale examine le projet de loi « pour l'économie circulaire », le gouvernement d'Edouard Philippe et le haut-commissaire aux retraites Jen-Paul Delevoye ne font que recycler en promesse pour le futur un article de loi que les gouvernement successifs, dont le leur, n'ont jamais rendus effectifs.

Pour garantir un niveau de retraite minimal de 85% du SMIC, soit environ 1000 euros par mois pour celles et ceux qui ont une carrière pleine, il n'y a donc pas besoin de la Retraite par points du gouvernement, ni d'attendre 2022 ou 2025 comme annoncé par Delevoye, mais simplement d'appliquer la loi. Rien que la loi. Toute la loi.

En repoussant la mise en œuvre de cet article 4 de la loi de 2003 à 2021, 2022 ou 2025 selon les sources évoquées au11 décembre matin, Edouard Philippe repousse donc à plus tard une promesse qui a bientôt 20 ans et qui aurait dû améliorer la situation de bon nombre de petits retraités d'aujourd'hui.

Compléments :

  1. Rappelons ici que ce minimum de 1000 euros ne sera pas systématique et ne sera accordé qu'en cas de carrière pleine, une fois l'âge du taux plein passé ; pour y prétendre, il faudra une carrière complète (sans doute 43 années pleines de cotisation) et sans doute avoir atteint l'âge pivot de 64 ans en cas de mise en œuvre de la retraite par point voulue par le gouvernement (et non 62 ans, âge légal de la retraite). 
  2. La proposition des 1000 euros minimum de retraite pour tous renvoie à ce qu'on appelle le « minimum contributif ». Ce dispositif est destiné à celles et ceux qui ont cotisé un nombre de trimestres suffisant (variant de 41 ans et 9 mois à 43 ans selon les générations) ou dépassé l'âge de retraite à taux plein (67 ans), mais qui ont eu de faibles revenus, comme les femmes ayant travaillé à temps partiel par exemple. Depuis janvier 2019, date de la dernière revalorisation des retraites, le montant du minimum contributif est actuellement fixé à 81% du smic net pour les salariés (974,4 euros) et 75% (902,2 euros) pour les agriculteurs. Ce minimum contributif est revalorisé chaque année. Selon l'annonce du gouvernement, l'augmentation de 30 euros pour atteindre les 1000 euros... attendra donc 2022 ou 2025. Une augmentation qui avait pourtant été annoncée pour 2020 par le gouvernement suite à la conférence de presse d'Emmanuel Macron du 25 avril dernier visant à répondre au mouvement des gilets jaunes. Voilà un nouveau recul, donc.
  3. Voici l'article de Basta !, publié mardi 10 décembre matin, révélant cette information :
    Les promesses jamais tenues de Delevoye et du gouvernement en faveur de la retraite des agriculteurs
    https://www.bastamag.net/Delevoye-reforme-retraite-greve-pension-1000-euros-minimum-agriculteurs

Maxime Combes, économiste, porte-parole d'Attac France et auteur de Sortons de l'âge des Fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, collection Anthropocène)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT