Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

5 Éditions

Billet de blog 12 mars 2013

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Transition énergétique: Delphine Batho à la rescousse du marché carbone?

En pleine déconfiture, le marché carbone est actuellement l'objet de propositions cosmétiques de la Commission européenne que le gouvernement français a décidé de soutenir. Et ce alors que le marché carbone entrave toute politique climatique sérieuse en Europe.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En pleine déconfiture, le marché carbone est actuellement l'objet de propositions cosmétiques de la Commission européenne que le gouvernement français a décidé de soutenir. Et ce alors que le marché carbone entrave toute politique climatique sérieuse en Europe.

Tombé à moins de cinq euros la tonne, le prix du carbone n'est que la partie émergée et visible du bilan catastrophique du marché carbone européen. Fiasco réglementaire, aubaine pour les industriels, inefficace et non-incitatif, sujet aux fraudes et aux malversations, la liste des griefs envers le marché carbone européen est sans fin (voir ce CP d'Attac France, Amis de la Terre, Confédération paysanne etc.).

Avec un tel pedigree, n'importe quelle réglementation, n'importe quel dispositif ou n'importe quel service public aurait été voué aux gémonies et enterré sur le champ. Pas le marché carbone européen. La Commission européenne lui voue un attachement idéologique sans faille, bien déterminée à maintenir cet instrument comme le pilier central de ses politiques climatiques. De nombreux industriels, parmi lesquels les multinationales de l'énergie Shell, Statoil, E.On ou EDF, bien peu ennuyés par un dispositif si peu contraignant, appuient les efforts de la Commission européenne en la matière.

Pour donner le change, la Commission européenne a proposé de geler la mise aux enchères de 900 millions de permis afin d'essayer de réduire le surplus de permis en circulation et relancer les prix à la hausse. Pas un seul spécialiste ne croît que cette mesure puisse remettre d'aplomb un marché si structurellement défaillant et ramener le prix de la tonne carbone aux niveaux des 30 à 50 euros généralement considérés comme le minimum nécessaire pour être un tant soit peu incitatif.

Pourtant, Delphine Batho et son gouvernement viennent d'approuver publiquement les propositions de la Commission européenne. En plein débat sur la transition énergétique, et sans qu'aucune discussion n'ait eu lieu, le gouvernement et la ministre de l'écologie ont donc validé une proposition cosmétique de la Commission européenne qui, en plus de se révéler inefficace, repousse d'autant toute politique climatique et énergétique digne de se nom en Europe.

Au contraire du gouvernement français, plus de 120 organisations européennes et du monde exigent de l'Union européenne qu'elle abandonne le marché carbone européen. Servant trop souvent d'alibi pour ne pas mettre en oeuvre des politiques de sobriété ou d'efficacité énergétiques plus offensives, le marché du carbone européen est présenté par les instances européennes comme l'horizon indépassable de la politique climatique européenne.

Si les objectifs des directives sur l'efficacité énergétique ou les grandes installations de combustion ne sont pas plus ambitieux, c'est parce que le marché carbone est mis en avant comme l'instrument adéquat pour atteindre ces objectifs. Par ailleurs, ce dispositif défaillant est promu par l'UE comme un exemple à suivre pour introduire des dispositifs similaires dans d'autres pays (Vietnam, Mexique, etc) et sur d'autres sujets (biodiversité, etc.). On croit rêver.

Par cette déclaration sans équivoque, les organisations de la société civile signataires entendent s'opposer à la litanie néolibérale de la Commission européenne qui ne cesse de vouloir confier au secteur privé et aux marchés toujours plus de domaines essentiels à la vie. Contre l'idée selon laquelle le marché carbone devrait rester l'alpha et l'omega de la politique climatique de l'Union européenne et de ses Etats-membres, les organisations veulent réduire la place et le rôle confiés aux marchés et au secteur privé dans les processus de transition énergétique et de politiques climatiques.

« Mettre fin au marché carbone, mais le remplacer par quoi ? » interrogent tous ceux qui bien que partageant l'analyse critique, sont hésitants à se joindre à l'appel. Les signataires de la déclaration répondent qu'il faut repartir de l'essentiel (voir ce document). Ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique global signifie laisser dans le sol 60 à 80 % des réserves d'énergies fossiles. Objectif reconnu et légitimé par l'Agence Internationale de l'Energie dans son dernier rapport.

A cet aune, poursuivre les explorations d'énergies fossiles est inconséquent et criminel, ce d'autant plus que la situation climatique s'aggrave. Tout comme en rester à des objectifs de réduction d'émissions insuffisants comme ceux que François Hollande a annoncés lors de la Conférence Environnementale. Avant-même de prétendre sauver un marché carbone inefficace, dangereux et à la dérive, il serait bon de batailler pour que les réductions d'émissions soient à la hauteur des enjeux : 40 % d'ici 2020, 80 à 95 % d'ici 2050 selon les recommandations du GIEC.

Ce mardi soir, Delphine Batho et le gouvernement présentent devant le Sénat une loi, assez technique, visant à transcrire dans le droit français la directive de 2009 définissant la troisième période du marché carbone européen (2012 – 2020). Le rapport de la Sénatrice Laurence Rossignol est extrêmement critique et demande à « remettre à plat le système dans son ensemble ». Voilà donc une bonne occasion pour Delphine Batho et le gouvernement de s'engager à rouvrir le champ des possibles et arrêter de brandir le marché carbone européen comme une excuse pour toute autre politique climatique à la hauteur des enjeux.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

Twitter : @MaximCombes

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas