Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 mars 2017

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

DieselGate: le gouvernement doit arrêter de couvrir Renault!

De nouvelles révélations viennent attester que Renault aurait installé un « dispositif frauduleux » afin de fausser des tests sur les émissions de polluants de ses moteurs. Bercy (notamment Emmanuel Macron) et Ségolène Royal, qui avaient jusqu'ici tenté de minimiser les agissements de Renault, doivent immédiatement arrêter de couvrir le constructeur français.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le procès-verbal rédigé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), que Libération a consulté, est clair : « Renault SAS a trompé les consommateurs (…) et a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution » et « ces résultats permettent de soupçonner l’installation d’un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx dans des conditions spécifiques du test d’homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires ».

C’est un véritable RenaultGate. Il n’y a désormais pas de différence de nature entre les révélations qui ont touché Volkswagen avec celles qui concernent Renault. Alors que que les ONG dénoncent depuis plusieurs années l'écart entre les émissions théoriques et les émissions réelles des véhicules mis sur le marché européen, ces révélations prouveraient bien que la direction de Renault aurait délibérément cherché à tromper les consommateurs. Sa stratégie de défense est aujourd’hui mise en pièce par ce nouveau document.

Depuis les perquisitions au siège de Renault en janvier 2016, les ministres Emmanuel Macron et Ségolène Royal ont toujours cherché à couvrir Renault. Ils ont ainsi contribué à tromper les citoyens sur la teneur véritable des agissements de Renault. Bercy et Ségolène Royal doivent arrêter instamment de couvrir et minimiser les agissements « frauduleux » de Renault : ils doivent tirer toutes les conséquences de ces nouvelles révélations. Le gouvernement pourrait par exemple exiger de Renault qu’il rembourse l’ensemble des aides délivrées par l’Etat pour encourager l’achat de véhicules supposés « peu polluants » et dont les acheteurs de véhicules Renault ont pu bénéficier.

Au moment où le constructeur s’apprête à généreusement augmenter les dividendes versés aux actionnaires - ce qui serait une décision inacceptable et incompréhensible pour le grand public - la moindre des choses serait d’exiger un juste dédommagement des pratiques inacceptables du constructeur. Enfin, le lobbying des constructeurs automobiles contre des normes contraignantes puis, une fois adoptées, contre leur mise en oeuvre, doit cesser immédiatement. Il en va de notre santé et de notre avenir.

Nous rappellerons également que Renault-Nissan était l'un des sponsors officiels de la COP21 choisis par François Hollande, Laurent Fabius et Ségolène Royal. Un sponsoring que nous avions dénoncé (voir aussi ce Lobby planet), pointant déjà les pressions du constructeur contre les limitations des émissions des véhicules. A l'époque, ni Laurent Fabius, ni Ségolène Royal (pas plus que Pierre-Henri Guignard, secrétaire général de la COP21) n'avaient daigné considérer avec sérieux nos plus vives réserves. Confirmation est donnée que le constructeur automobile s'est donc payé une belle opération de communication pour 1,7 million d'euros, alors qu'il tournait le dos à l'intérêt général au même moment.

Nous méritons mieux que les pratiques frauduleuses des constructeurs automobiles.

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France

Auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, Antropocène, 2015).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio