Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

196 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 mars 2017

DieselGate: le gouvernement doit arrêter de couvrir Renault!

De nouvelles révélations viennent attester que Renault aurait installé un « dispositif frauduleux » afin de fausser des tests sur les émissions de polluants de ses moteurs. Bercy (notamment Emmanuel Macron) et Ségolène Royal, qui avaient jusqu'ici tenté de minimiser les agissements de Renault, doivent immédiatement arrêter de couvrir le constructeur français.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le procès-verbal rédigé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), que Libération a consulté, est clair : « Renault SAS a trompé les consommateurs (…) et a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution » et « ces résultats permettent de soupçonner l’installation d’un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx dans des conditions spécifiques du test d’homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires ».

C’est un véritable RenaultGate. Il n’y a désormais pas de différence de nature entre les révélations qui ont touché Volkswagen avec celles qui concernent Renault. Alors que que les ONG dénoncent depuis plusieurs années l'écart entre les émissions théoriques et les émissions réelles des véhicules mis sur le marché européen, ces révélations prouveraient bien que la direction de Renault aurait délibérément cherché à tromper les consommateurs. Sa stratégie de défense est aujourd’hui mise en pièce par ce nouveau document.

Depuis les perquisitions au siège de Renault en janvier 2016, les ministres Emmanuel Macron et Ségolène Royal ont toujours cherché à couvrir Renault. Ils ont ainsi contribué à tromper les citoyens sur la teneur véritable des agissements de Renault. Bercy et Ségolène Royal doivent arrêter instamment de couvrir et minimiser les agissements « frauduleux » de Renault : ils doivent tirer toutes les conséquences de ces nouvelles révélations. Le gouvernement pourrait par exemple exiger de Renault qu’il rembourse l’ensemble des aides délivrées par l’Etat pour encourager l’achat de véhicules supposés « peu polluants » et dont les acheteurs de véhicules Renault ont pu bénéficier.

Au moment où le constructeur s’apprête à généreusement augmenter les dividendes versés aux actionnaires - ce qui serait une décision inacceptable et incompréhensible pour le grand public - la moindre des choses serait d’exiger un juste dédommagement des pratiques inacceptables du constructeur. Enfin, le lobbying des constructeurs automobiles contre des normes contraignantes puis, une fois adoptées, contre leur mise en oeuvre, doit cesser immédiatement. Il en va de notre santé et de notre avenir.

Nous rappellerons également que Renault-Nissan était l'un des sponsors officiels de la COP21 choisis par François Hollande, Laurent Fabius et Ségolène Royal. Un sponsoring que nous avions dénoncé (voir aussi ce Lobby planet), pointant déjà les pressions du constructeur contre les limitations des émissions des véhicules. A l'époque, ni Laurent Fabius, ni Ségolène Royal (pas plus que Pierre-Henri Guignard, secrétaire général de la COP21) n'avaient daigné considérer avec sérieux nos plus vives réserves. Confirmation est donnée que le constructeur automobile s'est donc payé une belle opération de communication pour 1,7 million d'euros, alors qu'il tournait le dos à l'intérêt général au même moment.

Nous méritons mieux que les pratiques frauduleuses des constructeurs automobiles.

Maxime Combes, économiste et membre d'Attac France

Auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, Antropocène, 2015).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon