Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

5 Éditions

Billet de blog 16 avr. 2013

Énergie, climat, schiste, l'Union européenne fait fausse route

Promotion des gaz et pétrole de schiste, préconisation de politiques climatiques au rabais pour 2030, relance de l'inefficace et dangereux marché carbone, les instances de l'Union européenne multiplient les initiatives qui font fausse route. Etat des lieux.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Promotion des gaz et pétrole de schiste, préconisation de politiques climatiques au rabais pour 2030, relance de l'inefficace et dangereux marché carbone, les instances de l'Union européenne multiplient les initiatives qui font fausse route. Etat des lieux.

© 

Ce mardi, le Parlement européen est amené à se prononcer sur les mesures cosmétiques de la Commission européenne visant à « corriger » le marché carbone européen. Inefficace, aubaine financière pour les industriels, sujet à la fraude et alibi de l'UE pour ne rien faire d'ambitieux, le marché carbone européen est un véritable échec, comme le détaille ce communiqué de presse d'Attac France, la Confédération paysanne, les Amis de la Terre et l'Aitec. La tonne carbone se négocie à quelques pauvres euros, n'incitant aucunement la réduction des émissions de gaz à effets de serre industriels. Avec un tel bilan, n'importe quel dispositif devrait être supprimé et enterré. Pas le marché carbone européen. La Commission européenne lui voue un attachement idéologique sans faille, déterminée à maintenir cet instrument comme le pilier central de ses politiques climatiques.

Partant du principe que ce marché peut être réformé, la Commission européenne propose de retarder la mise aux enchères de quelques 900 millions de permis d'émissions, là où l'on sait que les permis surnuméraires se comptent en milliards. Il n'y a pas un seul spécialiste pour considérer que ces mesures sont de nature à changer la donne. Soutenue notamment par le gouvernement français (voir notre précédent post), la proposition de la Commission européenne conforte une vision marchande et financière de la « gestion de l'environnement ». Un rapport récemment publié démontre pourtant point par point comment les justifications avancées pour maintenir le marché carbone ne sont pas justifiés et constituent autant de « mythes à déconstruire ». Par contre, de telles politiques minent toute mise en oeuvre de politiques ambitieuses qui puissent opérer une transition énergétique réduisant drastiquement la très forte dépendance de l'UE aux énergies fossiles.

Ainsi, la Commission européenne vient de publier le livre vert « cadre 2030 pour les politiques climatiques et énergétiques » qui préfigure les futurs objectifs climatiques que pourrait adopter l'Union européenne (UE). En restant bloquée sur son objectif de 20 % de réduction d'ici 2020 alors que le GIEC préconisait 25 à 40 %, l'Union européenne délaisse tout objectif ambitieux pour se tourner vers l'échéance de 2030. Elle reprend ainsi l'exigence de Business Europe, lobby industriel, qui fut le premier à proposer de passer directement à 2030 et de ne plus parler de 2020. Par ailleurs, les 20 % de réduction d'émissions d'ici 2020 ne seront atteints qu'en raison de l'absence de prise en compte des émissions importées. En tenant compte de celles-ci, les émissions n'ont baissé que 4% entre 1990 et 2012, et non 17,5 % comme le claironne l'UE.

Le livre vert évoque également ouvertement l'abandon d'un objectif global au profit d'objectifs sectoriels. La crise économique, les finances publiques exsangues, ou encore la précarité énergétique seraient autant de justifications pour réduire les objectifs globaux de l'UE. Par ailleurs, tout objectif contraignant d'efficacité énergétique est mis de côté. Il est même envisagé d'abandonner l'approche basée sur la consommation d'énergie primaire au profit d'indicateurs d'intensité énergétique, minorant les objectifs absolus au profit d'objectifs relatifs, bien moins contraignants. Si les orientations de ce livre vert ne sont pas définitives puisqu'une consultation publique est ouverte jusqu'au 26 juin, elles n'en restent pas moins alarmantes et très éloignées des objectifs à atteindre.

Manifestation à Durban lors de la 17 © Crédit : Alter-Echos (www.alter-echos.org)

Ce d'autant plus que, dans le même temps, l'UE cherche à tout prix à préserver un modèle de consommation et de production insoutenable. Ainsi, sous couvert d'avoir consulter la population européenne et les organisations de la société civile sur « les combustibles fossiles non conventionnels (par ex. le gaz de schiste) en Europe », la Commission européenne considère pour acquis « le développement des combustibles fossiles non conventionnels » et elle cherche à « l'accompagner de garanties sanitaires, climatiques et environnementales adéquates et d'un maximum de sécurité et de prévisibilité juridiques ». De son côté Attac France a exprimé « son opposition totale à l'exploration et l'exploitation de nouveaux combustibles fossiles en France, en Europe et ailleurs sur la planète ». Le tout en exigeant que les instances européennes « prennent la seule décision possible, fondée sur le respect des objectifs que se sont fixé l'Union européenne et ses Etats membres, consistant à décréter un moratoire général sur toute nouvelle exploration d'hydrocarbures sur le sol européen ». De quoi fixer le cap d'une politique énergétique et climatique clairement alternative aux initiatives actuelles des instances de l'Union européenne.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)

Twitter : @MaximCombes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux